Elle avait des semaines de retard sur la date de ses dernières règles, elle savait vraiment pas quoi se mettre et elle est sortie vendredi soir, non, je ne te parle pas d’une petite picarde de quatorze ans mais de Koh-Lanta Malaisie, la douzième et nouvelle saison de mon programme de realTV favori.

Comme je ne suis pas actuellement en pleine possession de mes moyens, je vous épargnerai cette fois les screen shots en rafale et mes photomontages discutables. Je vais me contenter de faire EXACTEMENT la même chose que vous devant votre téléviseur vendredi soir, drogués de la survie surexposée, je vais juste apprendre à faire connaissance avec la collection Automne-Hiver, les saltimbanques du pont de singe.

Ce sera une bonne façon de partager mes impressions, mes préjugés et mon goût pour le racisme régional. Et comme souvent je me dis qu’il faut pas se fier aux premières impressions et que généralement je le regrette, je vais donc m’employer à dresser un portrait psychologique de nos concurrents. Et puis si je laisse libre court aux flots d’insanités qui menace de faire péter les limites de ma propre-morale, j’aurais pas complètement perdu ma matinée.

Les règles de base ne changent pas : 20 naufragés, 40 jours, 1 survivant et 100 000 €. Deux équipes ; les Mawar emmenés par Namadia et les Sungai, emmenés par Camille, la petite fille qu’aimerait bien se négliger. Ou c’est l’inverse?

Son rêve: repartir sans sa capsule. "Mes parents me voient encore comme la petite fille gamine, immature et ptèt que euuh, avec cette aventure, ils verront finalement que je suis pas si gamine que ça!"

Impression sur une fille qui sait ce qu’elle veut : ses pertes blanches sentent le Colgate Max White, elle est étudiante en sport à Strasbourg, elle a dix-huit ans et quand elle te parle t’as l’impression qu’elle squirte des Bisounours et du bain moussant Vanille Bourbon, voici Camille. Quand je vois Camille, je vois à peu près ce qu’elle est venue chercher, DU PAIN. D’ailleurs, elle le dit: "J’ai envie d’apprendre des trucs".   Chef de l’équipe jaune les Mawar grâce à son association avec le grand beau noir Namadia lors de la première épreuve, si elle voit ses chances de tâter sa fantastique poutre d’ébène  fondre comme un pouss-pouss’, cela lui permet néanmoins du haut de ses petits seins de choisir son équipe et de déterminer lequel  prendra FINALLY sa petite fleur et qui lui cassera les pattes arrières jusqu’à plus savoir marcher droit. Dis-moi ce que tu prends, je te dirai que t’es une sacrée petite salope… Elle choisit d’abord…

Charles, un wannabe architecte avec lequel elle pourra jouer à Ted et Robin Tou-toute première fois dans  How I Bled Your Mother.

Brice, 30 ans, Impression sur un "mannequin professionnel".
Pas grand chose… C’est moi où y’avait déjà un Brice bellâtre et abruti dans la saison précédente? En tout cas, il a l’air lucide vis-à-vis de lui-même. "Mon corps, c’est mon outil de travail"
Cathphrase: "J’ai deux mains comme tout le monde, je m’en sers peut-être moins bien que les autres mais je vais me mettre au charbon. " Une vraie gagneuse, prends un ticket.

Ugo, impression sur un "enfant des îles": il en fallait un pour faire mouiller toute la tranche 20/80 ans, c’est Ugo qui a gagné le casting. Et on comprend. Fauconnier ayant grandi en Nouvelle Calédonie, adepte des grands espaces et du deltaplane, moi aussi Ugo, fais-moi voler, je me poserai sur ton bras. Siffle, Ugo, siffle. Je viens.

Faut bien prendre des femmes alors Camille prend sur elle d’écarter les éléments féminins attrayants en choisissant Catherine, Marie et Vanessa. Chacune étant soit moche, butch ou transparente.

Du côté adverse, Namadia, dont la mère dit " C’est un bon fils qui fait plaisir à sa Maman", veut bien se charger de récupérer les bombasses.

Marylou, une ancienne championne de Taekwondo. Quand on demande à Marylou pourquoi avoir raccroché les gants, elle répondra décomplexe que ça lui est venu d’un coup le jour où elle a compris qu’elle était bonne. Depuis elle est hôtesse de l’air. Mais Namadia, une fois avoir ramassé une MILF dénommée Myriam, c’est quand même un gars qui veut gagner aussi choisit-il à bon escient. Quand on lui demande de prendre une femme, il s’arrange quand même pour prendre un homme.

"Mon père aurait péféré avoir un garçon en premier, j’ai besoin de prouver à mon papa que dans ce corps de fille y’a un homme qui sommeille en elle. Un garçon, un vrai. Un guerrier."

Sara, 42 ans: Le taf de Sara dans la vraie vie, c’est de hurler sur de la musique dans un casque-micro en projetant de la fonte dans les airs et en grognant comme une laie en chaleur, devant tout un tas de pauvres innocents qui la paient pour être en forme.  Quand je regarde Sara se démener, j’ai envie de crier à la prod "AYEZ PITIE JETEZ LUI UN REDBULL" tant elle a l’air fragile psychologiquement. Ulcérée de leur défaite en épreuve d’immunité, elle se jettera au sol pour faire des pompes en hurlant son désespoir. Je l’adore.

Anthony, 24 ans.
Quand il ne se fait épiler les tétons par ses copines, ce jeune plombier du Var, encore plus cagole, que la plus cagole de tes copines, sonne chez les ménagères en détresse en disant "Bonjour, je viens pour la fuite" (TEXTO). Il acquiescera, oui les plombiers sont sujets à fantasmes, ça fait rêver les cigales. Pourtant, Anthony revendique vaillamment sa virilité: "Je porte pas des trucs qui m’extravestie dans la rue…. Je suis pas extravestie. Non, pour moi, non, je suis pas métrosexuel"
Arrêtez de me mâcher le travail, Denis. Ah et what the fuck avec son brushing qui survit au saut depuis l’hélicoptère?  Donc c’est un très bon élément attendu qu’il n’en fout bien sûr pas une rame et qu’il passe son temps à ne plus en pouvoir. Dans un tout autre style de gros connard…

"Quand je suis dans un contexte de compétition, je connais plus personne, même pas mon fils, si je dois lui casser une jambe pour gagner, bah je gagnerai"

Mickaël, 57ans.  MICKAËL EST TAXI LYONNAIS.
Le mieux avec Mickaël, c’est encore de le laisser parler. "Putain!"
"Quand je suis dans mon taxi, j’ai les yeux, c’est un radar. Et Koh-Lanta, c’est pareil, j’ai les yeux, un radar, surveiller si je suis avec loups… ou avec des requins. Moi, je veux être le Dur du Désert"
"PUTAIN!"
"On va faire une ouverture sur la plage. J’en ai déjà fait des travaux chez moi, on va la monter cette cabane."
"PUTAIN"
"J’suis à donf’ là". Cabane en question se trouvant sous un cocotier, ça c’est le +.
MICKAËL EST TAXI LYONNAIS, bordel. Comment vous avez fait pour réunir tous ces préjugés millénaires en un seul gros connard ?

"Tu te détends le plus possible et tu accueilles"

Thierry Cantat, magnétiseur.

Et puis à un moment, y’en a six partout. Seulement cette année, il y a un truc nouveau en plus du collier d’immunité et de je sais pas encore quelle autre merde ils vont nous inventer en cours de saison mais il y a aussi l’Île des Bannis. Île des Bannis où se trouvent ce moment-même quatre concurrents de Koh-Lanta, les baisés de l’aventure.

Tu te souviens quand tu faisais de l’EPS, que t’étais pas tout à fait certain du rendu de ta tenue et que tu sentais les complexes et la peur t’envahir aussi sûrement que l’odeur de sueur montait à tes narines ? Tu te souviens quand on disait « On va faire les équipes  » ? Tu te souviens quand c’étaient les beaux les chefs d’équipes et que t’étais pas choisi(e) ? Chacune des équipes doit choisir un dernier concurrents. Un homme pour les jaunes, une femme pour les rouges. Les hommes se vendent et c’est un belge des Landes, Javier, qui remporte le choix des jaunes leur promettant du bon bullshit toute la journée. Si vous aviez voulu quelqu’un de vulgaire qui se gratte les miches en racontant des blagues de cul, fallait me prendre moi. C’est tout ce que j’ai à dire. Je leur serais toute aussi utile. De l’autre côté j’ai pas envie de me rappeler qui a été choisi parce que ça fait des heures que j’écris cet article et que je crois que vous comme moi on aimerait bien que ça se finisse vite.

Les Bannis.
J’appelle successivement le Prophète, la Tricheuse, le Beatnik et la Neurasthénique.

Là y’a du lourd.

Philippe-Jésus-Revient
Tu te souviens quand y’avait Philippe-Jésus et qu’on se marrait TROP BIEN? Bah y’en a un nouveau. Il s’appelle Philippe et il est roux et lui aussi il est complètement mystique. Tout pareil donc, sauf qu’il est normand et que vous seriez bien gentil de le sous-titrer parce que je ne veux pas perdre une MIETTE de ce qui tombe de la bouche de cet homme que je décrète comme mon poulain, mon grand favori de première impression. Pourquoi? Parce  c’est le messie, putain. Pourquoi il est pas avec l’équipe des jaunes si il est si génial? Parce qu’il sait pas très bien communiquer. Et que lorsqu’il promet de la nourriture en plaidant sa cause, dans sa voix t’as plus l’impression qu’il en demande. C’est l’honnêteté qui tue les héros.

La prochaine fois je t’expliquerai pourquoi La Neurasthénique qui est chargée de coordonner les transplantations d’organes va sûrement  finir par courir nue en hurlant sur le sable, en s’arrachant le visage avec le coupe-coupe. Et puis pourquoi une femme sensée appelle son fils Dexter et puis pourquoi Bernard, même s’il a fait Paris-Dakkar en trottinette avec son keffieh, va finir projeté d’une falaise, par la folle qui a appelé son fils Dexter et avec lequel elle a l’habitude passer 99% de son temps.

A tous, je leur souhaite bien du courage.

Je vais me coucher.

About these ads