Threesome_04_1391166a

 

Chère Vieux,

Je crois qu’on t’a suffisamment jeté des fleurs ces temps-ci alors je vais l’impasse sur les préliminaires et aller droit au but. Je pense qu’à un truc depuis deux semaines, le sexe à trois. Je t’explique. J’ai une voisine, elle est  jolie, elle est marrante et elle a un cul à monter des tentes toute seule.
Parfois (quand elle est bourrée) j’ai la chance de coucher avec et j’aime beaucoup ça. J’ai cru qu’elle me bullshitait au début mais il semblerait qu’elle veuille m’embrigader dans un truc à plusieurs.

Ça y est, tu te demandes c’est quoi mon problème au juste.

Bah j’ai jamais fait. Et surtout pas avec un autre homme. Oui parce que le rêve s’arrête là pour moi, c’est son trip à elle et je veux lui faire plaisir.

Toi qui passes pour une super salope, aide-moi. 

Comment faire pour que ça se passe bien? Pour moi, surtout. D’avance merci.

Lectureusement,

Richard Mennen.

PS : Si tu veux, quand je l’ai finie,  je te fais découvrir ton corps.

306618_10151127462711299_129728971_n

Cher Richard,

La super-salope en moi s’émeut à la lecture de ce courrier ; parce qu’il n’est pas dit que du fond du trou je laisserais tomber un lecteur en détresse, surtout quand celui-ci fait montre d’une bonne volonté suffisamment décomplexe pour accepter d’entrer en contact avec une autre paire de couilles parfaitement épilées dans le cadre d’une partie de sexe embarrassante.

Embarrassante, c’est EXACTEMENT le mot que je choisirais si je devais décrire ma première expérience impliquant les efforts conjugués de deux phallus et quatre testicules. Tout ce que je peux en dire c’est qu’il n’y en a qu’un sur deux qui s’est vraiment marré, celui avec lequel j’avais déjà couché. Bon point pour toi. L’autre est parti la tête basse et l’égo meurtri par l’incroyable franchise dont je peux faire preuve quand je suis murgée comme une vache. Donc, embarrassante. Mais au moins ne sera-t-elle pas vaine, puisqu’elle va te permettre de te sortir la tête haute du merdier dans lequel tu t’es foutu tout seul. Heureusement que ta promise a comme moi l’air d’être encline à se murger comme une vache, c’est un bon point dans la mesure où même si tu foires royalement, y’a toujours une chance pour qu’elle s’en rende pas vraiment compte.

Premièrement, te revient de droit le choix du partenaire, attendu que c’est aussi toi qui sentiras son haleine et qui le verras de très près. Aussi je te conseille d’ores et déjà de faire valoir auprès d’elle tes préférences en matière d’hommes : à partir de maintenant, tu les aimes jeunes, frêles et inexpérimentés.

La clé d’un bon threesome, elle ouvre aussi la porte de la saine compétition de la vie de tous les jours ; quand tu dois te battre et choisir ton partersaire [moi aussi je fais des mots-valises], tu choisis avec précaution, tu choisis un stagiaire.

Une fois que tu auras trouvé un jeune homme qui place en toi toute sa confiance et qui est prêt à marner comme un âne pour voir tout le mérite de son labeur décerné à son supérieur hiérarchique, en l’occurrence toi, il sera nécessaire de signer avec lui une convention de stage dans laquelle vous aurez soin de définir quelles parties de l’anatomie de chacun sont considérées comme taboues.

Quant à ta promise, je te conseille de lui vendre amoureusement l’aventure avec un bandeau, comme une expérience sensuorielle où, de toutes façons, bourrée comme elle sera, elle aura bien du mal à discerner l’un de l’autre et qui aura l’heur de lui éviter d’assister à tous ces moments où toi et ton stagiaire aurez envie de vous foutre sur la gueule.

Tu serres les dents et tu pries pour que ta voisine accepte de te revoir après.

Je te laisse avec les géniaux commentateurs qui auront la bonté de te répondre et de partager leur science.

Bisous.

VF

About these ads