photo(42)

Si tu m’avais demandé, petite, comment je m’imaginais à l’âge de trente ans, je t’aurais dit que je me voyais sans enfants, blonde aux cheveux longs au volant d’une BMW décapotable rouge. Je m’en souviens très bien parce que j’avais fait part de cette vision à la première femme de mon père qui m’avait répondu sans ambages que la BMW rouge, c’était l’achèvement de la vulgarité. Les enfants ont des goûts de chiotte.
J’ai pas voulu la contredire parce que cette femme était l’heureuse propriétaire d’un caniche et qu’à dix ans, je savais déjà que c’était pas la peine d’essayer d’argumenter avec ces gens-là.

Bref, si j’avais su.

J’ai continué très tard à croire que je serais riche un jour, vraiment tard, jusqu’en 2012 pour tout te dire et ça je pense que c’est assez universel chez les enfants, j’veux dire en plus des goûts de chiotte, la conviction qu’adultes on sera tous riches comme des princes. C’est vrai, j’imagine mal prendre un môme entre quatre yeux pour lui demander ce qu’il veut faire plus tard et l’entendre dire « Moi quand je serai grand je serai dans-la-merde ! ».

Un enfant, c’est super optimiste. Le regard neuf, la tête et le cœur qu’ont pas encore beaucoup servi. L’enfant c’est le premier humaniste, c’est l’épicurien de compétition. Regarde Grumeau qui a perdu sa première dent de lait, quand je lui ai raconté que la petite souris viendrait lui poser une pièce sous son oreiller, bon, il a hurlé de joie et il a demandé combien direct :

-          Ben je sais pas, tu sais, j’ai plus en tête les tarifs. J’ai perdu les miennes y’a trop longtemps et en plus, c’était même pas la même monnaie. Je pense que tu peux tabler sur un euro sûr, deux peut-être si Papa peut lui faire de la monnaie.

-          Non moi je pense qu’elle va me donner une pièce de huit.

-          Ça n’existe pas, Grum…

-          SI.

Optimiste, visionnaire et extrêmement sûr de lui. Limite extra-lucide. Quand je demande à mon fils ce qu’il veut faire plus tard, il répond :

-          Je sais pas encore, en fait.

-          T’as tout le temps de trouver.

-          Par contre je sais que c’est Papa qui gardera mes enfants quand j’irai au travail.

-          Ça c’est certain, mon chaton, parce que no fucking way ce sera moi.

Mais je reviens à cette blonde aux cheveux longs sans enfant qui conduit l’achèvement de la vulgarité et conséquemment friquée que j’imaginais devenir, petite, versus la réalité : cette bonne blague. Même si j’ai des cheveux blancs, même si j’ai deux enfants mais pas de permis de conduire, même si effectivement le coupé BMW rouge ne serait plus mon choix de prédilection et même si je n’ai pas d’emploi stable, je croyais encore qu’un jour, je serais loin des ennuis.

J’ai sans doute eu tort de vivre ma vie tel que je l’entendais sans me soucier d’un avenir professionnel concret, je me suis trompée en arrêtant mes études, juste pour vivre, à la place.  

Aujourd’hui j’ai 31 ans et je suis devenue l’exacte idée de ce que je me faisais de l’âge adulte, petite. Quelqu’un qui ne rêve plus. Et du coup, j’ai aucune idée de ce que je dois dire à mes enfants.

« Tout ira bien » ?

 

About these ads