Lecteur, mon petit comédon,

Va savoir pourquoi mais j’ai une furieuse envie de me marier.

J’ai conscience de briller par mon manque total d’originalité mais j’assume, presque.

Pour assumer entièrement cette envie toute commune et selon certains beaufisante, encore faudrait-il que je puisse comprendre pourquoi cette idée s’accroche à moi comme une bernique sur un rocher de Plougastel. Pourquoi je demande à peu près six cent fois par semaine à ma moitié: « Dis! Dis! On se marie, hein? On se marie, hein? On se marie quand, dis? ».

Je t’avoue, lecteur, que sur ce coup-là, je ne me pige absolument pas.

Pourquoi, en effet, m’infligerai-je une journée étouffante à me fader tout un tas de connards invités que par diplomatie, sourire devant les flashes continus des idiots d’amis des parents béats et bourrés, gérer la copine qui ne sait pas se tenir et qui fini par vomir tripes et boyaux, les nichons à l’air, à à peine 17h30?
Sans oublier la pièce montée dégueulasse, ton maquillage qui coule et ta robe qui pèse à peu près un âne mort…
Bref une journée infernale qui te coûte les yeux de la tête pour finir avec un bout de papier officiel, un probable divorce quelques années plus tard et trois photos sur lesquelles tu es ivre de rage mais qu’au fil du temps tu associeras à un souvenir génial, tout droit sorti de ton imaginaire débordant de femme fraîchement larguée.
Parce que non, sur cette photo, là, tu n’étais pas rouge de plaisir et de champagne, tu étais juste à deux doigts de décapiter un marmot qu’avait eu l‘outrecuidance de marcher sur ta traîne. Le marmot en question étant le tien propre…

Tu peux objecter qu’on a le mariage qu’on mérite et je te donnerai entièrement raison.

Malgré tout, l’envie persiste. En bonne connasse, je la veux ma journée à moi. Je la veux, ma belle bague. Je la veux, ma copine ingérable. Je la veux, ma pièce montée dégueulasse. Je les veux, mes trois photos ratées.

Mais bien sûr, Pute, il préfèrerait se jeter du haut du pont du Gard que de me mener devant Monsieur le Maire. Pas qu’il ne m’aime pas d’un amour profond, note bien, preuve en est le mérite qu’il a de partager ma couche depuis six ans, c’est juste que non, il veut pas. Il dit non merci, Madame. Enfin, il dit plutôt « Tu te touches, salope » mais dans sa bouche ça sonne gentil.
Lui, il dit que c’est le meilleur moyen pour finir par se séparer. Que lui il veut être libre dans sa tête, et que il veut pas entendre « dans la santé comme dans la maladie » et toutes ces fadaises.
Il veut pas porter d’alliance. Il veut pas avoir de témoin. Il veut pas voir sa mère pleurer toutes les larmes de son corps. Il veut pas partager ses sous avec moi.
Je te dis qu’il m’aime quand même.

J’ai beau lui faire un exposé très très clair sur les différents régimes matrimoniaux comme celui de la séparation des biens, ou celui réduit aux aquêts, il veut rien entendre.
J’ai beau lui parler réductions d’impôts et tout le bataclan, il fait celui qui n’a pas entendu.
Il y a deux ans et quelques, on avait décidé de se pacser, et puis je suis tombée enceinte. Du coup, il s’est dit que ça irait bien comme ça.
Et maintenant nos conversations sur le sujet se déroulent invariablement de la manière suivante:
«  – Pute, on se marie quand?
– Quand tu passeras ton permis.
– Nan, sérieux.
– Jamais.
– Mais t’avais dit dans 1090 jours !
– Oué…
– Et ma bague, t’as dis que t’allais me l’acheter…
– Oué. Je te l’achèterai.
– Alors on va se marier?
– Oué.
– Quand?
– Dans 1090 jours.
– PUTE! Nan mais je parle sérieusement là.
– Tu me saoules, tu verras bien.
– Alors on va se marier?
– Oué, un jour.
– Promis?
– Tu sais quoi? Va te coucher et attend mes instructions. »

Donc voilà où j’en suis avec mes désirs d’union. Paradoxalement, avec son pote, ils discutent mariage… Je sais plus sur quel pied danser.
Tu pourrais me dire « Ca te suffit pas qu’il t’ait fait deux grumeaux? ». Nan. Déjà que la deuxième, j’en voulais pas, alors ça compte pas.
Tu pourrais aussi me dire « Arrête de le gonfler, tu le dégoûtes ». Là, je ne pourrais qu’abonder en ton sens.

Dieu que j’aime pas être une fille…

Publicités