Lecteur,

A la demande générale de trois personnes, je romps le silence de ce blog le temps pour moi de te donner des nouvelles et pour toi de prendre la pause bien méritée que ta recherche constante de perpétuel perfectionnement réclame à cors et à cris. Oui, lecteur, je me plais à t’envisager comme quelqu’un qui cherche à être chaque jour un peu meilleur. J’ai foi en toi, lecteur.

Là, j’ai cinq minutes devant moi, Grumeau a été largué chez sa grand-mère et me permet donc d’envisager d’autres problématiques que mes sempiternelles « Grumeau monte sur la table basse. Grumeau va-t-il se casser la gueule? Oui.»

Ça ne veut pas pour autant dire que je vais te passionner, loin de là. Vois-tu, chéri, plus on est enceinte, moins on réfléchi  à ce qui ne concerne pas directement son utérus. La femme qui arrive à terme peut se comparer à une huître, tant par sa vivacité intellectuelle que par son mode de vie. Fermée, roulée sur elle-même et vautrée dans son gigantissime rien. Tu ne peux pas parler à une femme enceinte. Elle oublie le sujet de la conversation en deux seconde et demi, le temps pour elle de se rappeler qu’elle est enceinte et que donc elle n’en a tout bonnement rien à foutre de ce que tu racontes, parce que, vois-tu, elle est enceinte. Par contre si tu te mets à lui parler poche des eaux, contractions et hémorroïdes, tu deviens agrégé de philo. La femme enceinte de plus de huit mois est un être détestable.

Laisse-moi te dire que je suis extrêmement enceinte.

De quoi donc vais-je te parler, lecteur? De ma grossesse, tu t’en doutes. Et puis des femmes enceintes en général. Et puis, si dans la foulée, je réussi à te dégoûter à vie de la reproduction, j’aurais pas perdu ma journée.

Que ne m’a-t’on enlevé les deux trompes, au lieu d’une seule…
Et pourquoi cette trompe, qui était censée être à peu près aussi performante qu’un mulot devant un ordinateur, a-t-elle rempli sa mission alors que je ne lui avais rien demandé?  Pute de trompe pour m’avoir encloquée, encore, et pour avoir par là-même considérablement réduit ma capacité à être moi-même: belle et intelligente. La femme enceinte est imbue d’elle-même, enfin, du soi qu’elle a été avant de perdre jeunesse et tonus musculaire.

La grossesse ne rend pas belle. Ça c’est un putain de mythe. Au mieux ça murit, en quelques sortes.
Prends une fleur que tu n’aimes pas, un hortensia par exemple. L’hortensia enceinte peut au mieux espérer être une version encore plus hortensia d’elle-même. Si tu ne l’aimes pas à la base, ya aucune raison que tu la trouves mieux foutue. Ça c’est dans le meilleur des cas.
Dans le pire des cas, la femme enceinte n’est qu’une copie gonflée de ce qu’elle a été, avec des poils partout, des odeurs pas toujours très ragoûtantes pour les néophytes, des cheveux qui tombent en masse, des vergetures que t’as même plus besoin d’aller sur Google Map et des taches de colostrum au niveau des seins.
Je te laisse le soin d’imaginer dans quelle catégorie je me place.
La femme enceinte ressent tout plein de choses dans son corps et te le fait savoir plus que de raison. Tu as de plus en plus l’impression d’être connecté 24h/24h sur http://www.toutcequisepassedansmoncorps.com.
« Putain c’est horrible on dirait qu’elle me gratte la vessie avec des faux ongles »
«  J’ai une contraction, là »
«  Oh putain, ma sciatique ! »
«  Putain de merde, qu’est-ce que j’ai mal au dos »
«  J’ai une contraction, là »
«  C’est chiant, ça me démange, mais à l’intérieur du ventre, tu vois? »
«  J’ai envie de pisser, dégage des chiottes »
«  J’ai une contraction, là »
«  Arrête de me toucher les seins, c’est HYPER douloureux ! »
«  Je sais pas ce que t’es en train de faire en bas, mais je sens RIEN du tout, arrête tu m’énerves »
«  J’ai une contraction, là »
«  J’ai froid, je suis morte de froid »
«  Aïe. »
«  J’ai une contraction, là »
«  Aïe. »
«  Aïe. »

La femme enceinte n’est d’ailleurs absolument pas sexy. Elle est drôle à regarder, certes, mais t’as pas vraiment envie de lui sauter sur la râble dans l’instant. Je le vois bien dans les yeux de Pute, quand j’essaie de m’extraire du canapé et qu’il me dit « T’es belle quand tu galères à te lever». Dans sa bouche ça veut dire « J’ai beaucoup de tendresse pour toi, pardonne-moi si je ne suis plus jamais amoureux, par contre. »

La femme enceinte tient vraiment à te raconter dans les moindres détails ses rendez-vous de grossesse et si tu n’es pas suspendu à ses lèvres boudinées, mal t’en prend.
«  Alors là, elle me dit : ça va faire un peu mal j’essaie de tirer sur votre col et d’y entrer un doigt. Ça faisait vraiment putain de mal ! Après elle m’a dit que j’avais le col très mou et raccourci mais pour l’instant il est fermé vu qu’elle a pas pu mettre un doigt d’dans. Si dans une semaine elle peut mettre un doigt ça voudra dire que je suis dilatée et qu’elle pourra me décoller les membranes. Tu sais ce que c’est? Bah en fait elle fait tourner son doigt dans ton utérus pour décoller la poche des eaux et parfois ça déclenche le travail. Yen a même qui perdent les eaux direct, comme ça, et ça fait splash! T’imagine si elle s’en prend dans la gueule? »
Et bon appétit bien sûr…

La femme enceinte n’a plus aucune notion de ce qui est franchement dégueulasse et ce qui ne l’est pas. Si une femme enceinte te dit : « Je crois que j’ai perdu le bouchon muqueux, viens voir, dis-moi ce que t’en penses », tu cours très loin mais surtout tu n’entres pas voir. Idem quand ses selles ont une consistance bizarre et que selon elle, c’est un signe du début du travail et qu’elle tient absolument à ce que tu toi aussi tu t’en assures.
Non, je ne mens pas. Sur un forum, j’ai vu un post dans ce genre, la femme enceinte en question a agonis d’injures son mec qui n’avait pas plus que ça envie de voir à quoi ressemblait le petit popo de sa chère et tendre. Et toutes les autres parturientes de s’indigner « Mais quel gros connard, ton mec, vraiment! »

La femme en fin de grossesse est folle. Il est courant de retrouver la femme enceinte assise en tailleur sur le sol de la chambre du bébé to be, se balançant d’avant en arrière avec une régularité de métronome, berçant dans ses bras un doudou ou une gigoteuse vide. Toi, bonne pâte, t’essaies de lui parler…
«  – Chérie, ça va?
– Tape, tape, petites mains, tourne, tourne, tourne, petits moulins…
– Bah viens reste pas par terre comme ça.
– Et Hector? Qu’est-ce que tu penses d’Hector, ça a une classe folle, non? »

Voilà, lecteur, voilà à quoi ressemble une femme enceinte! Bien sûr j’ai un peu grossi le trait en espérant qu’aucune femme sur terre ne réunisse toutes les atrocités dont je viens de te faire la liste (non-exhaustive). Mais quand même…
Alors? Toujours envie de faire des bébés?

La prochaine fois, je te dirais si on m’a décollé les membranes…

Advertisements