https://i2.wp.com/us.123rf.com/400wm/400/400/kirza/kirza0707/kirza070700001/1159310.jpg

Où tu apprends que Pute, c’est rien qu’un gros dégueulasse.

P: Allô, VF?
VF: Mais qu’est-ce que tu fous? On a rendez-vous à midi, bordel!
P: Oh ça va, deux minutes. Je suis en bas, là. Tu descends?
VF: Ouais…
P: Prends la DS aussi.
VF: Ouais…
P: Et prends des Granola aussi.
VF: C’est ça, ouais.

Dans la voiture:

P: T’as pris la DS?
VF: Ouais.
P: T’as pris le chargeur?
VF: Non.
P: Super!
VF: T’avais qu’à la charger, je suis pas ton assistante.
P: Je pense juste que dans un esprit de cohésion, t’aurais pu avoir l’idée, toute seule, de prendre le chargeur.
VF: De cohésion?
P: Ouais.
VF: On pourrait penser qu’au bout de six ans, j’aurais appris à digérer ton utilisation de la langue française, mais non. En fait.
P: Ta gueule. D’ailleurs, une assistante, ça ferme sa gueule. Who’s your boss, kid?
VF: Certainement pas le con qui m’a encloquée et qui, non content de me coller un hôte indésirable, m’en colle deux.
P: De toute façon, j’aime pas les jumeaux. Ça me fait flipper. Tu me roules une clope?
VF: Non.
P: Pute.
VF: Mais enquille-toi là! Tu vois pas la place?
P: Toi, je vais te larguer dans ta chambre et j’me casse chez Décath’
VF: On en a déjà parlé, Pute. Grumeau est trop petit pour posséder une arbalète.

A l’hôpital, une infirmière nous accueille.

I: Bonjour Melle Vieux Félin, voilà les comprimés. Surtout, vous les faites bien fondre sous la langue. Je vais prendre votre tension.
P: Euuuuuuh, ça va durer combien de temps? Non parce que j’ai une course à faire.
I: Vous ne restez pas avec votre compagne dans un moment pareil?
P: Si je pouvais éviter…
I: Deux heures…
VF: Toi, tu bouges même pas une oreille!
P: Mais euh!
VF: Chhhh !
P: Mais VF!
VF: TU te TAIS!
I: Bon, je reviens vous voir dans une heure.
P: Elle est bonne…
VF: Ouais, dans le genre sardine.
P: Aaaaah! La mauvaise foi!
VF: Excuse-moi de ne pas partager ton engouement pour les filles qui se font des palmiers au somment du crâne.
P: T’y connais rien, c’est pratique.
VF: Aïe.
P: Pour la fellation.
VF: Aïe!
P: Elle doit aimer ça…
VF: Ca fait mal…
P: T’as pas envie que… je te bouillave?
VF: T’es dégueulasse!
P: Non mais pas là. Dans l’absolu…
VF: Non.
P: T’as pas envie que je te tire la languette?
VF: Non.
P: T’as pas envie que je te touille la compote?
VF: Non.
P: T’as pas envie que je te surtaxe la TVA?
VF: Non.
P: T’as pas envie que je te fasse le devis?
VF: Non.
P: T’as pas envie que je te remue le joufflu?
VF: Non.
P: T’as pas envie que je te croque le fenouil?
VF: Non.

Une heure plus tard…

P: Tu veux pas que je te boulotte la framboise?
VF: Non.
P:  Tu veux pas que je t’envahisse la Gaule?
VF: Chhhhh! Tais-toi, par pitié…
P:…
VF: …
P: Que je te ratiboise la clairière?
VF: TA GUEULE !
Une autre infirmière: Toc! Toc! J’vous laisse un plateau repas!
VF: Bah oui, c’est sûr, j’ai trop la dalle, là…
AI: Okaaaaaaay… A tout-à-l’heure! Soyez sages!
P: Elle est conne.
VF: Grave.
P: Elle m’excite.
VF: Pourquoi ça vous excite, la connerie?
P: Tu peux pas comprendre.
VF: Alors toi, direct. Tu te jettes sur la bouffe…
P: Bah quoi, c’est du couscous!
VF: Oui je vois ça. Je vois aussi que ce plateau est destiné à une certaine Kadiatou Sy.
P: Preuve qu’elle est conne, cette infirmière.
VF: Et toi, ça te gêne pas de bâfrer la bouffe de quelqu’un d’autre?
P: Bah non, l’avait qu’à pas se planter.
VF: Pauvre Kadiatou.
P: Une pensée pour Kadiatou.
VF: J’ai envie de me casser.
P: Ouais, moi aussi.
VF: …
P: …
VF: …
P: T’as pas envie que je te gigote les escalopes?
VF: Putain ça recommence… Non!
P: Que je te déguste les lasagnes?
VF: Je vais gerber…
P: Que je te félicite le lauréat?
VF: Non.
P: Que je te décongèle le lapin?
VF: Non.
P: T’as pas envie que je te taquine le soufflé?
VF: Non. Combien de temps il reste?
P: Trente minutes. Que je te démocratise le Congo?
VF: Pour la dernière fois, non! Je ne veux pas que tu me démocratises le Congo! Ni que tu me le belgifies, je t’entends penser!
P: On se casse?
VF: Ouais, on se casse.
P: On laisse un mot quand même…
VF: Ok, attends. « Chère Mademoiselle, on voulait pas vous déranger, on s’est cassé en loucedé. Merci pour l’avortement. PS: Désolée pour Kadiatou. Signé: VF et Pute. » Tu crois que ça va?
P: Nickel.
VF: Ok, on se casse.
P:  Tu veux un McDo?
VF: Bizarrement, ouais… je dis pas non.
P: Ok.
VF: Tu sais que t’as été horrible?
P: Vraiment?
VF: Vraiment.
P: Dis-moi, est-ce que t’as pensé une minute à toute cette merde, à l’avortement et tout ça, pendant que j’étais… horrible?
VF: … Non.
P: Alors tu vois?
VF: Ouais. Merci, Pute.
P: Je t’aime.
VF: Putain, moi aussi.

Publicités