Mon connaud,

Est-ce que tu sais ce que c’est que le Rasoir d’Ockham?
C’est la théorie qu’elle est bien connue selon laquelle l’hypothèse la plus sûre est souvent la plus simple. Mais pas que hein. Sinon on croirait encore que la foudre et le tonnerre sont l’expression du courroux divin. On continuerait de croire aussi que les femmes sont des êtres maléfiques envoyés sur terre par Satan pour corrompre le monde des Hommes. Heureusement, le théorie du rasoir d’Ockham rejette Dieu des hypothèses simples, alors tout va bien.
Plus précisément, il s’agit d’éviter de formuler de nouvelles hypothèses à un problème tant que l’on est pas certain que celles déjà énoncées ne suffisent pas à le résoudre et qu’à deux hypothèses ayant la même vraissemblance, on choisira la plus simple.
Dieu Wikipédia dit aussi à ce sujet:

« l’idée du rasoir n’est pas de supprimer purement et simplement des principes pour en diminuer le nombre, mais de densifier ceux qui restent afin que les autres soient subsumés par eux. »

Qu’on soit bien d’accord, je n’ai aucune idée de ce que signifie le verbe subsumer. Enfin, maintenant si, mais pas y’a deux minutes quand j’ai plissé les yeux en murmurant « what… the… fuck? ».

Pourquoi diras-tu, si tu n’es pas déjà en train de baver du sommeil du juste sur ton clavier, pourquoi donc t’entretiens-je de cette sombre chose?
C’est parce que l’on m’a conseillé de la mettre en pratique, moi qui ne suis plus qu’un nid à emmerdes ces derniers temps.

OK, j’ai un oiseau qui vient de s’assommer sur le rebord de ma fenêtre, dois-je y voir un signe?

Application du rasoir d’Ockham: Non, triple busette, un oiseau, surtout un moineau, c’est con. D’ailleurs ne dit-on pas con comme un moineau? Donc, non, petite huître, c’est pas un signe, c’est juste un oiseau assommé, et probablement mort, vu la chute qu’il vient de faire en s’assommant comme un con sur le rebord de ta fenêtre.

Où tu vois que je mets bien en pratique ce qu’on me dit, je suis obéissante quand je veux.

Passons si tu le veux bien aux vrais problèmes et là, tu notes l’emploi du pluriel.
Nous sommes légions.
Alors je t’ai déjà bassiné avec mes problèmes de mère indigne.
Mes problèmes de belle-mère, check.
Mes problèmes de Pute? Check.
Mes problèmes financiers? J’t’en garde un peu pour plus tard, si t’as faim.
Mes problèmes de vie professionnelle cataclysmique? On y vient.

Je perds mon boulot payé en bons points. Je sais, c’est dramatique. Le monde des bibliothèques est en deuil. Plus de PCDM4 partant, plus de joie.
C’est C. qui m’a prévenue (la directrice), elle avait plus ou moins planté le décor deux jours auparavant en m’envoyant un mail à base de : « Il faut absolument que je te voie mercredi » genre déjà, le mail, il puait le popo.
Et quand je suis arrivée dans son bureau le mercredi en question, une pile de CD dans une main, le reste de mon courage dans l’autre, elle m’a dit, en penchant la tête sur le côté pour signifier qu’elle compatissait à mort, elle m’a dit:
« Ton contrat ne sera pas renouvelé, je dois rendre des comptes à mon équipe »
Bon alors comme j’hésitais entre lui faire bouffer ses dents et chialer comme un veau, j’ai juste répondu un truc du genre : « Ok, je te laisse, je vais faire des cotes. ».

C’est à partir de ce moment qu’ont commencé à s’échafauder sous mes cheveux les hypothèses les plus abracadabrantes: Pourquoi Diable suis-je devenue une intouchable?

Et ça veut dire quoi bordel, « Je dois rendre des comptes à mon équipe »?

J’en ai parlé à des collègues bien intentionnés:

VF: Attendez, je suis viré, quoi!
CBI#1: HEIN? Oh merde! Ma pauvre!
CBI#2: Ouais moi, je savais.
VF: Mais pourquoi bordel, pourquoooooi?
CBI#2: J’en sais rien, je lui ai dit que ton boulot me convenait.
CBI#1 Moi aussi j’ai dit pareil.
VF: Personne ne se mouille, quoi…
CBI#2: Ca’ par contre…
CBI#1: Ouais c’est vrai, j’étais là.
VF: Quoi Ca‘, quoi?
CBI#2: Bah elle t’a descendue grave.
CBI#1: Et la secrétaire aussi.
VF: HEIN? Mais je ne bosse même pas avec ces deux connasses!

Elles en savaient pas plus sur le pourquoi du comment du casse-toi, lépreuse. Où Vieux Félin remarque que le monde de la Fonction Publique c’est un monde rempli de requines.

OK alors j’avais plusieurs hypothèses:

1) Il était effectivement revenu aux oreilles sales de cette connasse de Ca’ la fois où j’avais gravement sous estimé l’acoustique du centre culturel en beuglant au téléphone: « Ouais putain je suis verte je suis tout l’après-midi avec Ca‘. Ah non, mais je t’assure, c’est une grosse CONNASSE ».
Je crois qu’en Auvergne, ils m’ont entendue. Cette connasse aurait fait en sorte de me faire virer, la pute. Me revenaient en mémoire les paroles de D : Méfie-toi d’elle, t’en fais pas une ennemie. A partir de ce moment, je commençais à chercher la meilleure façon de me venger Old school carnage’style.

2) Peut-être étaient-ils effectivement tombés sur mon blog la fois où j’avais vu mon url sur une session qui n’était pas la mienne, sur un poste qui n’était pas le mien. Comment c’est possible, je fais super gaffe! Oh putain c’est parce qu’il savent que mon mail c’est vieuxfelin@pute.com… alors sans problème ils peuvent tomber dessus!

3) Peut-être m’avaient-ils effectivement grillée en train de raconter des conneries sur Facebook alors que j’étais censée bosser sur le putain de coup de <3 Nick Cave… Comment c’est possible, je fais super gaffe? J’efface toujours les historiques, je décoche toujours se souvenir de moi.

4) Peut-être que la Communauté d’Agglo appréciait moyen mes absences justifiées par des « Désolée, je suis tombée sur un torrent de La Petite en vostfr alors que ça faisait un sacré bail que je le cherchais, alors vous comprenez… » ou simplement par « Because. »

La théorie du rasoir d’Ockham, mes amis.
Ils ne renouvellent pas contrat simplement parce que même si mon travail leur convient quand je veux bien me pointer, le reste du temps, je suis juste insupportable. Ouais, je sais, bien fait pour ta gueule…

Demain, j’ai rdv pour un nouveau boulot qui consiste à vendre des meubles. Quand j’en ai parlé à ma génitrice, elle m’a dit:
G: Je le connais j’ai eu un date avec le patron.
VF: Je sais tu me l’as dit.
G: J’te préviens c’est un gros connard…
VF: M’en fous, je compte pas me le faire.

Je sens qu’il va m’adorer.

Publicités