Tu sais quoi, lecteur ?

Je suis vachement fière d’un truc. Je ne sais pas qui a gagné la Coupe du Monde. Et je trouve ça formidable. Je ne veux pas qu’on me dise, je ne veux pas savoir. Je veux que dans quelques années, lors d’une partie de Trivial Poursuit, quand la question sera :

Quelle équipe remporta la Coupe du Monde en 2010 ? Je veux pouvoir m’écrier «  Bordel de merde, j’en sais foutre rien et pour tout te dire, je m’en tamponne les babines. A toi de jouer »

Je veux ne pas pouvoir répondre à cette question. C’est bien simple : par principe, je la perdrais, cette partie.

Y’a plein de choses comme ça que j’aurais préféré ne pas savoir. Tout un tas d’informations dont j’aimerais vachement bien me débarrasser. Des informations de merde qui prennent über de la place dans ma cervelle et qui, se sentant à l’étroit, entreprennent de virer une à une des infos autrement plus capitales.

Donc voilà, j’ai la mémoire qui fait du tri sélectif. Pas le bon genre de tri sélectif qui fait que tu es un bon éco-citoyen mais plutôt le genre de tri que ferait une nonagénaire sénile frappée du syndrome de Diogène.

C’est un genre de soucis chez moi.

Imagine Luce- Alberte (la nonagénaire sénile frappée du syndrome de Diogène) dans son deux-pièces à Saint-Mandé. Tu vois le bordel ? Toutes les ordures, la puanteur, c’est bien simple, tu vois même plus les meubles. Luce-Alberte veut ranger mais Luce-Alberte a un ptit vélo dans la tête. Qu’est-ce qu’elle fait ? Elle vire les meubles et comme ça, elle libère de la place pour davantage d’ordures. C’est pas sa faute.

Il en va de même pour mon cerveau qu’il est tout pourri.

Je serai vivement infoutue de me rappeler si c’est Louis XIV ou Louis XVI qui s’est fait arrêter à Varennes. En contre partie, je sais exactement pourquoi Emilie et Vanessa du Secret Story de l’année dernière, elles se faisaient genre grave la gueule. Je sais ça.

Je ne me souviens pas quand j’ai pris Grumeau dans mes bras pour la première fois. En revanche, je me souviens très bien de ce que portait la pharmacienne quand je suis allée louer mon matériel à traire les seins.

J’ai parfois un doute sur la date de la Révolution Française mais je me souviens qu’il pleuvait le jour du bicentenaire et que mon copain Olivier il me faisait la gueule et qu’il voulait pas me tenir la main .

Je me souviens en tout et pour tout de deux de mes premiers baisers, dont un seulement est cher à mon coeur. Par contre, j’ai un souvenir très net du Clan de la Caverne des Ours.

Je ne peux te citer que la moitié des gars qui m’ont culbutée et c’est pas seulement rapport à mon côté tapin-nous-sommes-légions. Y’a pas longtemps, j’ai croisé quelqu’un dans la rue qui me « disait vaguement quelque chose ». Avec ce quelqu’un en question, j’avais passé six mois torrides. Mais c’est pas grave, du moment que je sais à quels épisodes de la Petite Maison dans la Prairie appartient la réplique « Marie a eu la meilleure note! »

Pourquoi je sais sur le bout des doigts les paroles de Bali-Balo alors que j’ai oublié comment poser une putain de fraction ???

Qu’est-ce que j’ai fait il y a deux jours ? J’en sais foutre rien bordel mais tant pis je me résigne…, je vais passer le reste de mes jours à demander à mon entourage: « C’est quand déjà que j’ai eu mes règles? Qui donc est cette petite fille? Culculine? C’est quoi mon numéro de sécu? Notre appart, c’est au premier ou au deuxième étage ? Il est où le chat ? Comment ça chez ma mère depuis deux ans ???

Ce n’est absolument pas grave du moment que je peux continuer de rejouer les dialogues de Sissi Impératrice.

PUTE DE VIE. MONDE DE MERDE.

Lecteur, s’il reste une once de pitié dans ton ptit coeur de pierre, tu ne me diras pas qui a gagné la Coupe du Monde.

Tu es gentil.

Publicités