Zouaves,

Quand les temps sont durs, quand c’est la mierda de tous les côtés, il faut savoir s’aménager des espaces de paix, ses petits coins en nous même où il fait bon de se blottir, de se réfugier en pleurant sur la misère de nos pitoyables petites existences. On peut appeler ça comme on veut: lâcher prise, faire l’autruche, se mettre des œillères, être dans le déni, même. Ces parenthèses-là sont nécessaires au bon fonctionnement de nos méninges et sont un peu nos parachutes à sérotonine. Dans mon cas, cet espace de paix, j’y ai posé mes valises en CDI. C’est une ville, c’est chez moi, ça s’appelle Dounote-Giveucrape.

A Dounote-Giveucrape, c’est merveilleux parce que vois-tu, sitôt que j’y entre:

J’arrête de me poser des questions complètement débiles telles que: Combien de gens ont été pulvérisés le 11 septembre 2001? Combien de ces personnes pulvérisées ont été respirées par d’autres gens ce jour-là? Est-ce que j’ai déjà respiré quelqu’un? Si ça se trouve, on a tous des miettes de gens dans nos poumons, non? Putain mais y’a combien de cadavres dans mon corps exactement? Et de faire la liste de tout ce que j’ai bouffé dernièrement … Je sais. Non, ne dis rien…


J’ignore que je suis de plus en plus hupérophobe. Oui, j’ai la phobie d’Isabelle Huppert, j’y peux rien. Elle me fait trop flipper ma race. Cette femme ne joue pas des rôles de cinglées pour rien, j’veux dire, c’est pas un talent. C’est inné, quoi. Complètement barge… Nan mais t’as vu La Cérémonie? La Pianiste? Depuis que j’ai vu La Cérémonie, je regarde plus les postières de la même façon…
Elle m’inquiète, cette femme-là. J’y confierais pas Culculine…


En parlant, de moutards… Dans Dounote-Giveucrape, c’est magique parce que « pouf-pouf », d’un coup d’un seul, je suis complètement sereine face au fait que mon fils de deux ans et demi soit incompréhensible. « pouf-pouf » d’un coup d’un seul, c’est tout à fait normal qu’il ne soit ni propre ni enclin à former une phrase toute simple telle que « Merci, Maman » au lieu de « ‘iti’, ieux ‘élin ». Il a le temps, quand il ira à la maternelle, il évoluera très vite.  Mais oui, pourquoi pas, qui ça dérange?


Dans cette ville-là, mon compte en banque est bourré de pognon et j’ai pas besoin de trouver du travail. Déjà parce que je suis Reine. Y’a pas de nourrice à payer attendu qu’il n’y a que des enfants parfaitement autonomes, pas de loyer parce que j’ai fait fabriquer mon propre palais écolo à base de canettes de Coca Zéro, pas d’impôts, et dans cette ville-là, je ne fume pas donc je retire de mon budget les 55€ hebdomadaire que coûte une foutue cartouche de clopes.


Dès que j’y suis, je ne vois plus que Pute est maître ès déplaçage de bordel. Donc non, dans mes chiottes ne se trouvent pas les litres d’huile usagée ( Pute est toujours à fond sur son concept du tout-frit « Frifoude », on bouffe de l’huile depuis deux semaines) qui se trouvaient préalablement dans la friteuse. Friteuse que je l’avais sommé de nettoyer sous peine de la retrouver dans le local poubelle. Non, mes chiottes sont en or et Pute n’existe pas.

Je te laisse, j’en suis à la fin de la saison 9 et je vais pas tarder à me taper Joey. Et bientôt, le bout du tunnel?

Publicités