Tu vas me détester mais j’ai décidé que je te chroniquerai Koh-Lanta jusqu’à ce que je trouve du boulot. Je sais que c’est injuste et que t’as rien demandé mais la vie est injuste.

Comme c’est de pire en pire, saison après saison, j’ai bon espoir que tu te mettes à me chercher un boulot avec beaucoup d’efficacité.

Cette année pour la onzième édition, la prod s’est déchiré le slip attendu que l’on a affaire aux équipes « hommes » contre « femmes », j’arrive toujours pas à comprendre pourquoi ils n’ont pas pris en compte mes lettres répétées dans lesquelles je leur conseillais « sans papiers » contre « handicapés ». Quand Brognart a lâché ça, j’ai cru que j’allais pas regarder. Aucune envie de voir une tripotée de connasses se foutre sur la gueule pendant 40 jours, je veux voir les gens se déchirer dans la mixité.

Donc y’a deux équipes: les Do: c’est-à-dire les hommes avec la « vieille » (y’a toujours une senior dans Koh-Lanta, souvenez-vous de Mimi Caoutchou.) et les Vang: Les feu-meux affublées de Boris, celui qui a des idées trop d’la balle comme enterrer le feu … dans le sable…

Bref. Chez les hommes ça turbine sévère, que ça fait du feu en deux minutes et demi, que ça construit un tipi, que ça construit même un abri pour le feu.

On remarquera particulièrement le confiturier du pays basque, que je le comprends pas quand il parle. Le rempailleur de chaises qui aime à se présenter comme un Grégoire combo Freddy. L’éducateur sportif (oui, c’est que le troisième épisode, je connais pas leur p’tits noms, je retiens plus les emplois, rapport à ce que j’en cherche activement un, rapport à ce que j’ai trop de temps libre, rapport à ce que si tu veux que j’arrête de te chroniquer Koh-Lanta faut peut-être penser à m’en trouver un, fin de la parenthèse la plus longue de l’Histoire de la ponctuation) qui s’est trompé d’émission, qui pensait bouter à qui mieux mieux sur l’Ile de la Tentation.

Y’a aussi le chauffeur de maître qu’a une gueule à vendre du shit à Stalingrad, le mannequin plante-verte Valentin, le seul blase que j’aie retenu parce que c’est simplement pas un prénom et puis l’autre éducateur, celui que t’as l’impression qu’à tout moment il va se mettre à chanter Marly-Gomont. Tout ce petit monde est à fond dans le jeu, on les sent complètement investis dans leur mission, passer pour des cons devant à peu près 8 millions de gens. Je le sais, j’ai tapé « koh-lanta part de marché » dans J’ai de la chance, TROP DE TEMPS LIBRE.

Anybref.

Pendant ce temps, chez les femmes, c’est pire.

Chez les femmes, comme c’est étonnant, bah ça se fout sur la gueule.

Ou quand ça se fout pas sur la gueule, ça bronze ou ça joue à « Si t’as faim, sens-moi la chatte »
. Y’a l’hôtesse de l’air avec ses étoiles tatouées sur les épaules qu’a l’air de tout sauf d’une hôtesse de l’air, la styliste ongulaire ( ???) que tu croirais échappée d’un casting « C’est mon choix » la toiletteuse canine qui jouait la mère dans Je baise ma mère, j’encule ma soeur Vol 17, la coiffeuse que t’as juste envie de la noyer et la marseillaise qu’est là uniquement pour bitcher et montrer son boule.

Non contentes de nous infliger leur bêtise crasse : « Attends j’ai vu un singe, et qui dit singe dit bananes, il doit y avoir des bananes pas loin » (les meufs, elles ont jamais fait SVT, elles ont maté Le Livre de la Jungle et Dian Fossey de se retourner dans sa tombe) leur vocabulaire… je dirais aléatoire… « J’adore notre petit quatrio » et la vue de leur horrible maquillage permanent, elles sont aussi complètement craspecks. Tellement craspecks qu’elles attirent les rats… Règne sur cette tribu de nichons cassés un bellâtre discutable qu’a que des idées à la con comme faire une cabane dans un buisson de ronces.

Qu’est-ce que TF1 nous fait passer comme message ? Il brise un mythe et je suis d’accord, l’hygiène féminine à toute épreuve est une légende urbaine, les filles sont aussi des grosses dégueulasses, quand on les regarde pas…

Mais surtout, TF1 nous dit que les femmes sont des monstres de sottise infoutues de se démerder toutes seules. Elles étaient tellement minables face à l’équipe des hommes qu’ils ont dû se dire « C’est pas possible, elles vont crever, ces connes. Faut refaire les équipes »

Nous avons donc maintenant deux nouvelles équipes : ceux qui savent où ils sont et ceux qui se croient en spring break, équipe starring le « quatrio » de morues plus la plante verte plus le bouteur fou plus le dealeur de shit plus le bellâtre. Dans le camp adverse, j’ai envie de dire le reste du monde.

A l’issue d’un jeu débile à base de coupelles d’eau dont les spring break sont sortis vainqueurs, ils ont pu choisir quel camp leur fraîchement formée équipe allait investir. Les femmes ont parlé, les femmes choisissent d’aller pourrir le camps adverse, attendu que le leur voit la petite vérole s’offrir une nouvelle jeunesse.

Dans l’autre camp, celui où se trouvent ceux qu’ont turbiné comme des malades pour se faire un Holiday Inn, ça pleure, ça tombe dans le coma devant tant d’injustice et ça part à l’hôpital en pirogue.

Au moins, le cadreur s’amuse…

Le bilan TF1 : Les femmes sont des grosses dégueus qui sont justes bonnes à tourner du cul et à se faire bronzer pendant que les mecs triment comme des connards pour rien, vu qu’ils sont finalement spoliés et humiliés par 8 paires de nichons qu ‘ils doivent en plus se coltiner sans aucun espoir de se les taper un jour. Vivez heureux, soyez gays et misogynes.

Publicités