Chère Vieux Félin,

Je viens de voir ton dernier article et je me suis précipitée pour y participer. Soit-dit en passant, merci pour ton article sur le cunnilingus! C’est d’ailleurs pour ça que je t’écris. J’ai un julot depuis 4 moIs. C’est un prof de gym de 33 ans (ne me juge pas) et il conduit une Mini Cooper (ne me juge pas). Tout se passe très bien entre nous sauf qu’il ne semble pas décidé à « conter-lichette » ou « descendre à la cave » comme tu le dis. J’ai essayé d’en discuter avec lui, pas facile d‘aborder le sujet. Lui reste vague et dit que ça viendra, qu’il le fera quand il le sentira. Je lui ai demandé si il l’avait déjà fait, il m’a dit « oui, des fois ». Moi, je le suce. J’ai lu plein de blogs sexes sans trouver le début d’une réponse à mon problème. Enfin, si j’en ai trouvé, mais ça ne me convenait pas.
Je me tourne vers toi dans l’espoir que tu m’aides à remettre ce monsieur dans le droit chemin de ma culotte.

Je t’aime.

Candida.

Chère Candida,

Je suis au regret de t’annoncer que ton prof de gym (je fais semblant de ne pas te juger, là) qui conduit une Mini Cooper, euh comment dire?
Je crois que tu vas pouvoir attendre longtemps avant qu’il ne te lèche avec gourmandise. « il le fera quand il le sentira »
Quand il sentira quoi, au juste?
Attendu que je ne suis pas Macha Bérenger, je vais me borner à te dire ce que je ferai, moi, à ta place.

Déjà, je crois que j’arrêterai de le sucer un moment. Quand les politesses ne sont pas rendues, au bout d’un moment, tu finis par te sentir comme à celle à qui personne ne parle dans les diners, celle auprès de qui on a pas envie d’être assis, celle à qui toute la tablée tourne le dos. Une lépreuse, ouais.

Tu dis que ton boy a 33 ans. En imaginant qu’il ne soit pas le genre de type à avoir perdu son pucelage l’été dernier, on peut en conclure qu’il y a un truc qui déconne niveau bouffage de motte. J’ai rencontré des hommes qui n’aimaient pas ça. Ils disaient trouver ça sale. Ils disaient que c’est pas un endroit qu’on embrasse parce que c’est par là qu’on saigne.

Le dialogue est-il possible?
J’en doute ou en tout cas, j’ai pas envie d’expliquer à quelqu’un que non,  « c’est pas sale » et que « le vagin s’auto-nettoie » (merveille de la nature) et autres « faut partager les bonnes choses ».

Regarde, un exemple: J’ai horreur des huîtres, j’y ai déjà goûté plusieurs fois pour voir si par hasard j’aurais pas changé d’avis. Bah rien à faire, je trouve ça dégueu. Alors il peut m’arriver d’en bouffer pour faire plaisir à quelqu’un mais non, je le ferai jamais de gaité de cœur. Je trouverai toujours ça dégueu.
Il en va des crustacés mollusques comme des vulves, tu me suis?

T’as envie de te lancer dans une campagne pour le bouffage de motte devant un type que tu as très peu de chances de convaincre? Et même s’il finit par te faire l’honneur de se pencher sur ton cas, t’as vraiment envie qu’il le fasse comme moi je mange une huître? Le nez bouché et les yeux fermés très fort?

Bon, moi, si tu me grignotes pas les petites viandes fragiles, t’as environ 99.99% de chances de jarter de ma vie.

Donc, à ta place, je dirai à ton julot:
Tu prends tes altères, ton step et ta bagnole de merde et tu vas cordialement te faire téter ailleurs.

Ou alors tu peux lui laisser du temps. Ce qui, je te préviens, est une perte de temps pour toi. Mets ton jules et le cunnilingus dans la balance de ce que tu préfères. Si les hommes aiment ça, ils le font.

Ou alors je me trompe?

EDIT: Si toi aussi tu veux recevoir mes conseils avisés tout-à-fait objectifs ainsi que ceux de mes brillants commentateurs: envoie ta complainte à vieuxfelin (@)hotmail (.)fr

Publicités