« Chère VF,

Ma compagne est juive et moi pas. Elle est enceinte de 6 mois et elle voudrait que je me convertisse au judaïsme. Cette lubie lui est venue avec la grossesse et elle insiste beaucoup pour qu’on élève notre fils dans la religion juive. Je ne suis pas fermé à cette idée mais je voulais te poser la question comme tu dis être juive light: Est-ce que c’est compliqué? Je ne souhaite pas discuter de ça avec elle parce que ça finit toujours en pugilat. Est-ce que c’est une bonne idée?

Amicalement,

Simon. »

Cher Simon,

Tout d’abord, je voudrais éclaircir un point: quand je dis que je suis juive light, ça veut dire que mon père était juif. Donc du point de vue talmudique, je ne suis pas juive. Une partie de ma famille l’est mais pas ma mère. Juive light, c’est profiter des avantages du judaïsme (Bar-Mitzva, Pessah, et autres moyens pour se faire péter la panse et rigoler) sans en subir les inconvénients: tu me verras pas souvent faire shabbat, par exemple ou traquer les miettes de pain dans chaque recoin de ma baraque avant Pessah. Un genre d’appartenance au judaïsme, un peu comme Le Club des Créateurs de Beauté: je ne m’abonne pas mais je kiffe recevoir les échantillons gratuits. Tu vois?

Sache que se convertir au judaïsme est un véritable engagement. Impossible de prendre ça à la légère: déjà parce que ça prend du temps.

Sache aussi que si tu décides de sauter le pas, il va falloir faire montre d’une putain de motivation. Sur 1200 demandes, seuls 150 dossiers aboutissent.

Tu devras envoyer une lettre de motivation au Consistoire de Paris et trouver un rabbin assez sympa pour devenir ton tuteur et t’apprendre TOUT ce que tu devras savoir pour être un bon juif. Il ne faut pas que tu aies peur d’apprendre une langue über-difficile: l’hébreu. Bon courage BTW. Des années d’études, donc.

Il faut aussi que tu sois open à l’idée de te séparer de ton col roulé. J’ai un ami qui s’est fait circoncire adulte, il a pleuré sa mère.

Ensuite c’est comme le bac: tu dois passer l’examen du bon juif sur je crois 280 questions. Sache que la philosophie juive c’est un peu « J’ai une réponse, qui a une question? ». Bon courage BTW

Si jamais Oï Vey tu réussissais, tu devras ensuite passer un genre de procès dans lequel tu devras prouver à un jur de trois rabbins que oui, ce serait trop de la balle pour toi de faire partie du peuple élu que c’est trop le meilleur de la intersidéralement parlant.

Imaginons que tu arrives à les convaincre, il y aura ton immersion rituelle: le Mikvé. Tu seras un enfant d’Israël.
Ce jour-là, ton fils aura dix-huit ans et dira sûrement merde à la Torah.

Est-ce une bonne idée?

Je vais laisser aux commentateurs le soin de te répondre parce que pour moi, ça sonne comme une question rhétorique.

Shabbat Shalom.

PS: Est-ce que tu sais que les femmes enceintes ont une nette propension à dire des conneries plus grosses qu’elles? J’dis ça, j’dis rien.

Publicités