Chère Vieux Félin,

On a pas mal de points communs toi et moi. Comme toi, j’ai moins de trente ans, je suis maman de deux enfants rapprochés et je vis en couple. Je suis aussi déjà passée par la case « avortement ». Sœurs de lait, non?
Mon dernier a eu un an récemment et avec mon mec, on s’était dit que ça allait bien comme ça niveau descendance.
Problème #1: J’ai senti il y a quelques jours que j’étais envahie et un test de grossesse a confirmé mes craintes. Je suis enceinte.
Problème #2: Je n’ose pas le dire à mon mec même si je crois qu’il se doute de quelque chose. J’ai peur de sa réaction et surtout que tout ça devienne réel. Je ne l’ai dit à personne.
Problème #3: Je ne suis pas prête à avoir un troisième enfant pour le moment mais en même temps, je ne veux plus avorter.
Problème #4: J’ai mal vécu les naissances de mes enfants avec DPP et tout… mais je me dis peut-être que cette fois-ci ce sera différent?

En conclusion, je ne sais absolument pas quoi faire ni comment annoncer la nouvelle au papa. Je n’arrive pas à prendre de décision. Tu lui dirais comment, toi? Tu ferais quoi, toi?

Merci d’avance à tous,

Agnès.


Chère Agnès,

J’avais envie de te dire Mazal Tov mais finalement, je vais m’abstenir.
Est-ce que tu sais ce qu’est le fait de faire la même erreur plusieurs fois en s’attendant à un résultat différent?
La définition de la folie, selon Einstein.
Si tu as mal vécu la naissance de tes enfants et que tu décides de mener à bien cette grossesse, j’imagine que tu devras t’attendre à passer un sale moment, encore. A moins que tu n’entames une thérapie afin de savoir quel est le vrai problème, et encore…
Donc, tu n’arrives pas prendre une décision. Sur ce point, je ne suis pas sûre que nous pussions t’aider. Tu as déjà deux enfants en bas âge et Dieu m’en est témoin, je sais à quel point c’est : fatiguant, compliqué, stressant. Mes deux miens propres ne sont pas particulièrement turbulents mais le week-end, j’ai quand même envie d’aller me coucher vers 13 heures. Quand j’ai su que j’attendais Culculine, Grumeau avait tout juste un an. Quand elle est née, il avait 21 mois. Entre les deux? Une grossesse fatigante à base de pleurs et de j’y arriverai jamais. Mais tu sais ce que c’est…
Une troisième grossesse? Bon courage ! Si tu es entourée c’est jouable. Si ton mec n’en veut pas, c’est très risqué pour votre couple. Je passe sur les pour/contre je laisse ça à mes géniaux commentateurs.
Comment l’annoncer à ta moitié d’orange? Je ne sais pas, je peux juste te raconter comment ça s’est passé avec Pute.
Pour Grumeau, je l’ai joué cash. Pute vient tout juste de poser un  pied à Lima et m’appelle pour me dire que le vol s’est bien passé et qu’il est pas mort. Je ne lui laisse pas le temps d’en placer une et je lâche la bombe G: Je suis enceinte. Sur le moment, il a juste répété en boucle « C’est pas possible, comment c’est arrivé? »
Mauvaise idée parce que tout ce que j’ai récolté à son retour trois semaines plus tard, c’est une bordée d’injures et de sérieux questionnements sur l’origine véridique de l’hôte indésirable.

Pour Culculine, j’ai joué la carte de l’agression, attendu que je n’en voulais pas et qu’on nous avait dit que je n’aurais plus d’enfants naturellement suite à une grossesse extra-utérine qui avait failli me tuer, c’était comme qui dirait une grosse surprise.
Je lui ai collé le test sous le nez en lui hurlant des insanités comme quoi c’était rien qu’un connard qui voulait ma mort en vrai. (Si tu es un homme, je sûre que tu rêves que je t’annonce que je suis enceinte de toi) C’était toujours pas l’annonce énamourée où les deux futurs parents chialent comme des veaux en se meuglant des je t’aime.

Pour les jumeaux (RIP little buddies) , j’ai choisi la transmission de pensée. Pute, fort de toutes ces grossesses, sait confusément quand je suis en cloque. Ça n’a donc pas été bien dur de lui faire comprendre. Il m’a suffit de le regarder dans le blanc des yeux avec une mine de condamnée à mort. Les ** …** sont mes pensées.
VF: ** Pute, regarde-moi. J’ai un truc à te dire. Tu vas pas aimer ça.**
Pute: Pourquoi tu me regardes comme ça? Qu’est-ce t’as?
VF: ** Je suis enceinte** Bah rien, j’ai rien.
Pute: Quoi encore? Mais arrête de me regarder comme ça on dirait que tu vas mourir! Qu’est-ce que t’as fait encore comme connerie? T’as volé chez Monoprix, quoi? Quoi?
VF: Rien, je te dis, y’a rien. **Je suis enceinte**
Pute: Oh non!
VF: Quoi?
Pute: Tu te fous de ma gueule!
VF: …
Pute: T’es enceinte, c’est ça?
VF… Non ** Bah oui, trou du cul de toi**
Pute: T’es enceinte.
VF: Un  peu…
Pute: J’m’en doutais tiens, ça faisait au moins 6 mois que c’était pas arrivé dis donc.

A tout prendre, la troisième solution est de loin la meilleure parce que tu ne le dis pas. Ton mec devine, ton mec a pour toi la tendresse soudaine de celui qui a deviné que sa nana a un polichinelle dans le tiroir. Il est fier, au fond. La pilule passe mieux que lorsque tu lâches l’horrible et définitive phrase: Je suis enceinte. Elle permet d’installer le dialogue: ton mec croit qu’il installe le dialogue. Il y a donc moins de risques que tu te fasses agresser. J’ai conscience que ce que je suis en train de dire est complètement odieux.

Bref, je te laisse aux soins de mes géniaux commentateurs pour la suite du débat et je t’embrasse.

Courage,

VF.

Publicités