Dans notre société libérale et métrosexuelle, il est une légende voulant que la plupart des hommes se transforment en véritables loques dès lors que leur température dépasse les 37.8°. On l’entend souvent, celle-là, non ? Dans cette même société, qui a aussi le bon goût d’être judéo-chrétienne, il est paradoxalement convenu que le karma existe. Tu fais une putasserie, elle te retombera forcément sur le coin de la gueule. Aujourd’hui, 15 décembre, Pute devait partir en goguette. Goguette qui aurait dû le conduire au concert de Hightones à Lille en compagnie de Prolo puis vers les Vosges pour un petit weekend de ski entre burnes. Aujourd’hui, 15 décembre, jour qu’a choisi Pute pour partir et me laisser en chien avec la marmaille, c’est notre anniversaire. Sept ans. De même, dans cette société libérale et métrosexuelle et judéo-chrétienne, il est convenu que dans un couple, sept ans, c’est un « cap ».

Les évènements qui suivent se déroulent sur une période 24h : du 14 au 15 décembre :


14/12/2010 : intérieur jour :

16h15 : Pute entre dans l ‘appart en vascillant, détruisant ainsi l’effort incroyable que j’avais déployé pour lui faire croire que je bossais dur dans la journée, attendu qu’il me trouve avachie sur le canapé devant Dexter.

16h17 : Pute tombe en enlevant son fut d’élagage et reste plusieurs secondes au sol, sans bouger. Je me lève pour apprécier ce qu’il se passe. Pute est en nage et marmonne « malade ». Je l’aide à se relever et le conduis jusqu’à la chambre. Il doit avoir 40°. Pute reste quelques instants devant le lit avant de s’écrouler en râlant.

17h08 : Pute régurgite son Doliprane 1000.

17h35 : Pute délire : il supplie une certaine Coralie de bien vouloir épargner un certain Moumoute. Qui est Moumoute ? Il me répond que Moumoute c’est Gros Nez. J’en conclue qu’il parle de son chien.

18h22 : Pute hurle qu’il a la grippe. Pute est observateur et lucide. Il gémit des « hiiiiiiiiiin » à intervalles de deux secondes et ça dure jusqu’à 20h13, heure à laquelle…

20h13 : Pute réclame un tee-shirt sec.

20h50 : Pute sursaute, en conséquence de quoi, il tombe du lit et se vautre sur le lino. Il choisit d’y rester jusqu’à ce que je l’aide, à 21h05.

21h06 : Pute ne régurgite pas son Doliprane 1000.

21h08 : Le portable de Pute sonne.

21h09 : Mon portable sonne. Ma belle-mère veut savoir si son rejeton a bien préparé toute ses affaires pour le ski, faut surtout pas oublier le passe-montagne parce que ça a vite fait de « tomber sur les bronches » et qu’il faudrait pas qu’il soit malade. Je l’informe que le mal est fait et que son fils est à l’article de la mort.

21h19 : J’ai enfin réussi à raccrocher non sans qu’elle me hurle que si il meurt, elle m’en tiendrait personnellement responsable.

21h48 : Pute continue de râler. J’ai l’impression d’entendre un mauvais porno au ralenti.

22h04 : Le portable de Pute sonne.

22h05 : Mon portable sonne. Prolo veut savoir pourquoi cet enculé de Pute ne répond pas au téléphone et si ce dernier arrive bien le lendemain, comme convenu. Je l’informe de l’état de santé de son meilleur ami.

22h08 : J’ai raccroché non sans que Prolo m’intime l’ordre de transmettre à Pute qu’il est une « tafiole » pas foutue de tomber malade quand il faut.

22h09 : Je joue les messagères auprès d’un Pute exsangue et délirant.

23h13 : Pute est en grande conversation avec Predator.

23h17 : Alien semble avoir rejoint le débat.

23h26 : Pute hurle pour qu’une certaine Coralie arrête de lui bouffer « le sexe de devant ».

23h27 : Pute se calme et recommence à gémir ; j’en conclue qu’il va mieux. Les gémissements durent jusqu’au lendemain matin.

06h07 : J’ouvre un oeil. Il est évident que j’ai dormi sur le canapé. J’ai d’un seul coup un peu peur attendu que Pute ne gémit plus. Je cours vérifier qu’il respire toujours.

06h08 : Pute respire toujours.

06h12 : Je réexpédie cette petite commère de Grumeau au plume et me rendors jusqu’à 08h03.

08h03 : Grumeau me secoue en répétant en boucle « Word world ? Word world? Word world? »

08h15 : Je lève une Culculine pêchue sa mère. Grumeau en profite pour choper le thermomètre rectal avant de le fourrer dans le nez de son père. Pute ne se rend compte de rien.

08h16 : Pute a 38.5° par le nez, signe qu’il doit toujours avoir dans les 40°.

10h09 : Pute se lève pour pisser, au moins ne tombe-t-il pas. Il m’informe que ça n’est pas aujourd’hui qu’il jouera les filles de l’air et retombe dans un coma relatif.

12h40 : Pute annonce qu’il va prendre une douche.

13h59 : Pute annonce qu’il va prendre une douche.

15h33 : Pute annonce que cette fois-ci, il va prendre une douche.

15h44 : On frappe à la porte. Ma belle-mère déboule (je tiens à signaler que j’avais dit non quand elle s’était proposée) et se rue au chevet de son fils : elle se met à lui barbouiller la tronche avec un baume péruvien et ce spectacle me laisse complètement hagarde. S’en suit une vigoureuse friction de son torse et de ses épaules. Je sors de la chambre après plusieurs haut-le-coeur.

16h00 : Pute délire et se croit au téléphone avec Prolo, comme quoi il est désolé de pas pouvoir bouger ce soir, en plus cette connasse de Coralie… Après, je suis pas sûre d’avoir compris.

Y’a pas à dire, j’adore le karma.

Sept ans, c’t’un cap.

 

Publicités