« Chère Vieux Félin,

Je ne connaissais pas ton blog il y a trois heures mais pourtant je t’écris. Je souhaite rester anonyme aussi, tu peux m’appeler Anonyme. C’est en tapant micro-pénis dans Ask que j’ai découvert cet article « J’implore ton pardon, Matthieu Flamme » et je dois t’avouer que j’ai été vraiment choqué par son contenu. Comment as-tu pu réagir de la sorte avec ce jeune homme ? Sais-tu seulement ce qu’il a pu ressentir, affligé ?

La taille du sexe masculin ne compte pas, c’est l’acte en lui-même : les caresses, la confiance mutuelle, le désir et enfin l’amour qui comptent !

Maintenant, j’ai une question. Qu’est-ce que tu ferais si tu rencontrais Matthieu Flamme aujourd’hui ? Cette question est sérieuse.

Décomplexe-moi parce que moi je t’aime bien. Je me suis bien marré en te lisant. Et oui, j’ai une petite bite. Des filles moqueuses, j’en ai connues beaucoup durant mon adolescence et moins maintenant mais tu vois c’est resté. Je sais jamais si je les fais jouir ou pas même si elles gémissent fort. Je n’ai aucune confiance en moi à cause de la taille de mon sexe.

Je t’embrasse.

Anonyme. »

Cher Anonyme,

Viens là que je te fasse un câlin. Pose ta tête toute soucieuse dans le creux de mon cou, je vais te raconter une histoire. Non, je t’infantilise pas, tout-de-suite, l’autre… Il était une fois, une fille qui aimait beaucoup les bites. Elle pensait que si y’avait pas de bites sur terre bah elle voudrait pas vivre. Le fait est qu’elle en avait vu une tripotée: des grandes, des petites, des grosses, des fines, des tordues, des avec des couleurs bizarres. Elle les a toutes aimées pareil. Elle ne se maria pas et continua à se prendre des bites autant que faire ce peut. FIN.

Là, je t’ai raconté une histoire.

Bon.

Si je rencontrais Matthieu Flamme aujourd’hui… Admettons que je sois encore attirée par un mec en Schott qui conduit une 206 et qui offre des Air Max à tour de bras. J’ai du mal à imaginer mais bref, ok. Admettons qu’il ne mette pas Fatal Weapon mais… je sais pas… Unbreakable dans le lecteur dvd de sa chambre qui sent le Nag Champa moisi et les draps sales. J’imagine de moins en moins. Parce que tu sais quoi? Je ne me laisserais pas taper dans les babines par Matthieu Flamme aujourd’hui. Et pas parce que ce mec a un micro-pénis mais juste à cause de la somme de tous les détails ci-dessus cités. Après lui, j’en ai connu des pas bien gaulés et crois-moi, jouir par pénétration dans ces cas-là, c’est un apprentissage. Pour moi, une petite queue en érection, c’est la taille d’une Philip Morris. (sortez tous vos clopes) Ce sont mes critères personnels, hein. Et si cette queue de la taille d’une cigarette a la circonférence d’un Posca, alors oui, je vais avoir besoin d’aide pour prendre mon pied. Rien ne dit pourtant que le proprio est mauvais en baise, rien ne dit que ça n’est pas un amant formidable. Seulement oui, faudra un peu plus que trois coups de reins bien sentis pour me faire crier au secours. Cependant, je ne vais pas tirer la gueule comme la dernière des dernières en déballant la chose ni être de mauvaise compagnie pour autant.

Je ne vais pas te mentir, c’est politiquement correct de dire que la taille ne compte pas. Bien évidemment ça compte, pour l’homme tout d’abord même si ça ne change rien au plaisir qu’il prend (je crois… mais en fait je suis en train de dire des grosses conneries parce qu’une paille dans une chaussette, ça doit pas sentir le grand frisson non plus) et pour la femme aussi. Seulement pour la femme, la taille fait indubitablement varier le plaisir ressenti lors de la pénétration, tout simplement parce qu’il existe des distensions de bon aloi et des points stratégiques qu’il faut pouvoir atteindre sans risquer la tétraplégie. Mais encore plus que la taille en elle-même, c’est le calibre qui m’importe. Il y a des mousmées qui ne sont contentes que lorsqu’elles ont l’impression de se faire baiser par un train. Sans aller jusqu’à avouer en faire partie, je ne nie pas aimer les grosses choses. Je ne nie pas non plus qu’entre un mec avec une grosse chose mais nul au plume et un amant génial mal gaulé, je prends la grosse bite, rapport que je peux toujours lui apprendre deux trois trucs.

Mais rassure-toi, Anonyme, chaque femme est différente et donc, je suis sûre que tu trouveras moult réconfort auprès de mes commentatrices altruistes et guillerettes.

Tu dis que tu n’as pas confiance en toi et ça c’est un problème. C’est un repoussoir autrement plus efficace que la taille de ta bite. Mais là encore nous ne voyons pas comment t’aider, ma mauvaise humeur et moi-même. Attendu que je n’ai pas, je crois, testé tes capacités en la matière, je vois mal comment booster ton égo.

Quant à savoir si tu les fais jouir ou non, je ne sais que répondre… Je crois que ça reste un grand mystère. Tu peux sentir les contractions périnéales des plus musclées mais ça n’est pas un bon indicateur, parce que ça aussi, ça se simule…

En résumé, je ne te suis d’aucune aide:  je ne suis pas bégueule mais je suis honnête. De toutes façons, ce qui compte le plus, c’est la langue.

Bisous.

Le débat est ouvert: La taille ça compte?


Publicités