Cher Vieux Félin,

Tout d’abord, bonsoir (ou bonjour suivant l’heure ou tu liras ce message ( car oui, ma mère n’est pas une pute à matelos et m’a toujours appris à être poli), fidele lecteur de ton blog, je me suis enfin décidé à t’écrire pour quérir tes précieux conseils (et ceux de tes lecteurs par la même occasion), parcque bon, là c’est sitution critique vois tu?
Non, tu ne vois pas? Bon alors je t’explique. Ca va bientôt faire un an que je suis célibataire, mais le pire c’est que ça va faire un an d’abstinence, et à une époque c’était juste pas possible, j’était ce qu’un ancien pote à qualifié de « Mort de faim désesperant » car j’arrivais à serrer tout ce qui bougeait, je restais pas seul plus de 24h (voir, je superposais les relations),  jamais célibataire , j’enchainais les relations et les one night stand comme Pute enchaine les pornos.
Or là depuis tout ce temps, rien, que dalle (enfin rien de notable, mélanger des langues ne compte pas). Bon  au début, c’est parcque je l’ai voulu, à coté Docteur House était aimable et bienveillant, et Léodagan un diplomate aguéri.
Le hic, c’est que depuis tout ça, la pseudo confiance-en moi, elle s’est fait la malle, elle a trouvé le moyen de prendre des vacances et n’est jamais revenue cette pute. J’ose plus aborder une nana, j’ai comme l’impression que c’est voué à l’echec. Mais le pire dans tout ça , c’est que je commence même parfois à trouver le sexe dégueu ( non,je ne parle pas de vagin auto-nettoyant) mais du bon plan cul  » Bonsoir, on baise, merci, à la prochaine », et ça, ça me fait quand même grave flipper ma race.

Oh Vieux Félin, aurais tu un conseil pour moi, afin de retrouver une vie normale? ( sortir,picoller, baiser, fumer un spliff, tout ça )
Je te remercie d’avance.
Bisous (Oui, on ne se connait pas, mais je suis de bonne humeur ce soir)

Bonjour qui que tu te sois,

J’aimerais pouvoir te dire que tout va bien, qu’il n’y a rien d’anormal dans le fait d’avoir comme qui dirait des périodes creuses en matière de coucheries sauf que si t’avais eu envie d’entendre ça tu serais sûrement allé poser ta question ailleurs, donc je vais te dire, Lecteur-qui-tient-à-rester-anonyme, oui manifestement, tu as un problème. Un problème grave, une tare, un dossier : tu ne baises plus depuis un an.

Chouma.

Où j’en étais ? Oui tu vois, lecteur, je viens de me barrer une heure sur un excellent Tumblr porn alors que j’étais en train de te répondre, hein, donc je sais plus où j’en suis et tu sais pourquoi ? Parce que c’est simplement intolérable comme jeûne.

Si ta mère a pris la peine de te faire des organes génitaux, c’est pour que tu t’en serves, ok?

Mais je vais être honnête avec toi, je suis un peu dans la même situation que la tienne. Non, ne te réjouis pas trop vite, ma situation est BEAUCOUP moins grave attendu que je ne baise plus depuis quarante jours, pas douze mois. Et c’est pas faute de confiance en soi ou un manque d’envie, foutre bleu, non. C’est une impossibilité, mon cul a beau être prêt à craquer plus promptement qu’une allumette, il me manque un truc capital, j’ai paumé le grattoir. Recueille-toi devant la beauté de ma métaphore. N’empêche, harsh time.

Et puis d’abord pourquoi ?

Quand on fait ceinture depuis la mi-carême dernière, c’est pas un accident, y’a comme qui dirait un genre de volonté derrière et si tu n’as pas jugé bon de nous expliquer plus avant le pourquoi de ton marasme, c’est que tu dois pas avoir envie d’en parler.

(Donc, tout le monde croit que tu t’es fait larguer comme une merde, moi y compris)

C’est pas grave, ça arrive aux meilleurs d’entre nous. Je ne vais pas te faire le coup du laissons le temps au temps, y’a rien de plus con, d’ailleurs tu le dis toi-même, enough already.

T’as de la chance que j’aie des idées de génie. Je vais donc te proposer un programme en 4 étapes visant à augmenter considérablement tes chances de bouillave jusqu’à épuisement.

Pour ce faire, il suffit d’isoler le problème : le manque de confiance en soi. Restaurons cela, veux-tu ?

Étape1) Jamais sans ma bite ou aime-toi, le con t’aimera.

Si il y a bien une chose capitale, c’est de donner de l’amour à son organe. Je ne te parle pas de branlettes désespérées devant un vieux Sasha Grey, je te parle d’aimer ton pénis, ce meilleur ami, celui qui t’a déjà apporté tant de joie et dont tu as visiblement oublié l’existence. Je préconise donc des plages quotidiennes de 30 minutes durant lesquelles tu le laisseras humer l’air libre. Une demi-heure paquet dehors par jour. Tu le regardes, tu le flattes et t’en prends soin. Voire tu peux lui écrire un sonnet, si tu sens que l’inspiration t’embrase. Ouvre ton coeur à cet appendice de chair, totem flaccide et accepte que tu n’es pas un homme heureux sans lui.

Une fois que tu seras tombé à genoux en chialant des pardon à ton slip, il sera temps de passer à l’étape suivante.

Étape suivante : Mens sana in corpore sano ; tu dois manger correctement.

Parce que c’est quoi une femme ? C’est un petit être qui te renifle, qui te sent, qui te jauge comme une charolaise dans un concours agricole. Ça ne pardonne pas, ça fait deux minutes que tu lui parles, elle sait déjà si elle va te laisser lui taper dans la motte. Eh ouais. Je t’assure. Donc, tu manges sainement, des choses simples sans cuisson excessive. Et je te conseille d’ailleurs de gober des oeufs crus. Tu évites la junk food, les excitants, l’alcool, le tabac, les cigarettes artisanales. Sur ton cul on doit pouvoir lire Label Rouge. Quand tu seras à deux doigts de te jeter par la fenêtre, tu seras prêt pour passer à l’étape d’encore après.

Étape d’encore après : Breakfast Club ou la régression de bon aloi.

Tu sais ce que c’est l’homme parfait ? Le mec qu’a la sexualité d’un teenager dans le corps et le savoir-faire d’un homme. Hornyse-toi, tout-de-suite. Pour ce faire, je te conseille de voir ou revoir des films tels que Ken Park, The Breakfast Club, Donnie Darko, American Beauty ainsi que des séries telles que Dawson’s Creek, Hartley Coeurs à Vif ou Twin Peaks. Dès lors que l’envie te prendra de ressortir ta vieille GameBoy, il sera grand temps de passer à l’étape finale avant le final.

Étape finale avant le final : en parlant de bouffe et pour rester sur une note adolescente.

Parce qu’il est nécessaire de te reconnecter avec ton moi-adolescent, il est crucial que cela passe aussi et surtout par la masturbation. Et par la bouffe. Par une combinaison des deux, pour être plus précise. Sur ce point, je ne suis pas la meilleure personne pour te conseiller quoi mettre dans ton gant de toilette mais je suis sûre que mes lecteurs mâles et onnanistes chevronnés se feront un plaisir de te conseiller en commentaires. Fais-toi plaisir, varie, c’est lundi c’est ravioli. Le jour où tu seras tellement chaud que tu serais prêt à violer un caniche, voilà ce que tu vas faire.

Étape finale : Qu’est-ce que tu vas faire ?

Récapitulons, tu as écrit des chansons à ta bite, tu t’es mis à manger sainement, t’as passé ton temps à te gaver de culture US et à expérimenter des trucs honteux avec la bouffe, normalement tu as envie de mourir.

Mourir ou baiser.

Mais l’un des deux.

Là, tu prends une douche chaude et tu n’utilises pas de savon parfumé pour que tes futures options puissent profiter pleinement de tes effluves d’homme parfaitement wild. Ça ne t’autorise pas à puer, voilà pourquoi je voulais que tu bouffes bien. Tu t’habilles de façon simple. Tu sors de chez toi.

Chez des amis ou dans un bar, ça fait des jours que tu suis les conseils d’une connasse que tu sais même pas si elle était sérieuse en te disant de faire tout ça, t’es über-horny, t’as de la rage dans les yeux. C’est une attitude de gagnant. Tu bois un peu, tu fumes un truc. Ça va aller.

Ça va aller.

Peace Out.

Publicités