Cher Vieux Félin,

J’ai une question pour toi. Enfin, quand je dis pour toi, c’est aussi pour le panel représentatif de filles épanouies qui te lisent.

Je suis un garçon déjà mûr puisqu’entre 30 et 40, avec une expérience de « la chose » raisonnable sans être délirante. Normale, je suppose.

J’ai récemment été quelques années en ménage avec une jeune femme dont le plaisir m’a laissé pour le moins perplexe (le plaisir de la jeune femme, je veux dire)

Figure-toi que lors de nos parties de jambes en l’air, il m’était proprement impossible de savoir si madame se perdait en pâmoison, si bien qu’au bout de quelques temps j’entrepris de discuter avec elle du sujet afin de savoir si elle avait de beaux orgasmes en général et avec moi en particulier.

En effet, pour avoir auparavant apporté ma modeste contribution à quelques orgasmes féminins, j’avais plutôt noté quelques symptômes récurrents dans les domaines physiques et sonores qui me semblaient faire cruellement défaut lors de nos échanges de fluide.

Devant sa réponse affirmative peu convaincante, je tentais de suggérer qu’elle ne savait peut être pas ce que c’était et enquêtais plus avant sur ses probables activités masturbatoires.

La encore, sa gêne était patente, sans doute un peu trop coupable pour une femme en pleine fleur de l’âge dont on pourrait attendre qu’elle assume pleinement sa sexualité, à plus forte raison vis à vis de l’homme qu’elle aime.

Pour finir, elle mit un terme définitif à cette discussion en m’expliquant qu’elle avait des orgasmes non systématiques suffisamment discrets pour passer inaperçu.

Rétrospectivement, je doute un peu, et je confesse qu’une curiosité douteuse me pousse à essayer d’en savoir plus. Ainsi donc, me voila avec ma double question.

– Vieux Félin, oh sage parmi les sages, est-ce que c’est vrai que certains orgasmes peuvent être aussi discrets que ça ? (je crois que j’ai déjà ma réponse, mais bon, on sait jamais. Tu as le droit d’appeler un ami en la personne de tes joyeux lecteurs que je salue au passage, affable flagorneur que je suis)

– Dans le cas contraire, comment, oui, comment, arriver à suggérer à une jeune femme que l’orgasme n’est peut être pas ce qu’elle croit alors qu’elle est persuadée de l’avoir déjà expérimenté ? (Je veux dire, autrement qu’en attendant qu’elle le découvre avec le facteur et te quitte pour cette raison, je suis sur que ça arrive tous les jours)

Bon voila, j’espère que ma question ravira l’audimat, je te saurais gré au passage de me trouver un prénom de substitution, histoire de préserver un peu l’anonymat des protagonistes, tu vois, quoi…

Cher… Cher…? Cher José, (désolée c’est le premier blase qui me soit venu à l’esprit.)

Dis donc, il est exhaustif et bien écrit ce CDLC. Du coup ça va être beaucoup plus facile pour moi de te répondre.

Si tu me demandes si j’ai déjà eu des « orgasmes non systématiques suffisamment discrets pour passer inaperçu » la réponse est clairement non. Une fille (en l’occurrence moi) c’est très simple. Soit ça jouit et ça le sait. Soit ça jouit pas et ça le sait. Cela ne signifie pas qu’un rapport sans orgasme ne soit pas satisfaisant pour moi. Mais il n’y a qu’un seul cas de figure dans lequel un rapport sexuel n’aboutissant pas à un orgasme peut me satisfaire: quand il s’agit du plaisir de l’autre. Sinon, si le but est de jouir moi-même, il y a des chances que je fasse la gueule et que je te hurle :  » Je demande réparation, Monsieur! » en te giflant avec un gant, ou plus probablement un oreiller, voire une station iPod. Tu noteras que ça n’engage que moi ce que je raconte et que je n’ai pas spécialement de problème à communiquer avec mon biteur. Et ainsi, quand je jouis, on le sait, par-delà l’Allier et le Limousin. Limite peut-être tu te dis elle en fait trop ou je suis si bon que ça? Ni l’un ni l’autre, la plupart du temps. Le Verbe, quoi.

Après, ça sera aux commentatrices de te donner leur point de vue.

Ton ex, comme tu la présentes je te mens pas, je l’imagine comme ça…

Du genre à avoir un problème de communication avec elle-même. T’as vu Girls Interrupted? Il peut y avoir trente-six raisons pour laquelle sa sexualité ne semble pas épanouie et si elle refuse de s’en ouvrir à son partenaire, je ne sais pas trop quoi te conseiller à part d’essayer de trouver ce qu’elle aime, proposer le dialogue jusqu’à ce que ça fonctionne ou que t’en aies marre d’essayer. Il y a des corps qui sont pas faits pour se rencontrer.

Ou sinon, tu peux aussi l’attacher à une chaise, lui scotcher les paupières ouvertes et la laisser un moment devant Youporn en lui hurlant toutes les 72 secondes  » Alors, tu jouis ? »

Je te dis ça parce que pour un mec qui accuse la sexualité de son ex AVANT DE REMETTRE EN QUESTION ses propres performances, ça me semble approprié.

C’est pas parce que tu as fait jouir des femmes avant que le problème ne vient pas de toi.

Encore heureux que tu sembles de bonne volonté.

Sur ce.



Publicités