Je me faisais la réflexion après avoir liké une énième vidéo de Nwardayz sur le wall de cette pute de Christine et après avoir moi-même, d’une façon totalement pavlovienne, partagé Septembre en Attendant environ trois minutes et demi plus tard: c’est fou le nombre de gens, moi la première, à faire passer des messages avec des titres de Noir Désir. Autant te dire tout de suite que  si tu ne connais pas Facebook ou si tu n’aimes pas Noir Désir, tu vas sans doute te faire chier un brin en lisant ce billet.

Je pense consécutivement à toi Maman et à toi, Route de Nuit.

Si tu me demandes quel est mon groupe français préféré, je te répondrai Noir Désir. Si tu me demandes quel est mon chanteur français préféré, incontestablement Bertrand Cantat. Bien sûr, ça se décline à l’infini. Si Lolo Ferrari venait me proposer trois voeux, ce serait être plus intelligente, plus riche et un nouvel album de Noir Désir. Ni paix dans le monde, ni quoi que ce soit d’utile à tous, tu noteras mon soucis de mon prochain. Le mur de cette pute de Christine, donc. Comme quoi je ne mens pas.

Dans mes feeds, j’en vois passer jusqu’à 15 par jour.

C’est simple, quand tu veux envoyer des signaux de fumée à quelqu’un sur un réseau social, en toute discrétion et sans passer par les messages privés, tu as trois solutions: tu peux passer trois heures à comprendre comment ne partager ton statut qu’avec les gens concernés. Tu peux ne pas te soucier des paramètres de confidentialité et poster brut de décoffrage mais attends-toi à une avalanche de commentaires embarrassants tels que « Keuwa? Mais les statuts sibyllins c’est sooooo 2007, quoi! ». Ou alors, tu postes un titre de Noir Désir.

C’est un peu comme le langage des fleurs, tu vois? Mais avec des super chansons. Et sur Facebook, ou n’importe quel réseau social. Et grâce à ce billet, tu manieras mieux le Dis-moi quel titre de ND tu postes, je te dirai ce que tu veux dire.

MUSIQUE

On est dimanche matin, il est quatre heures et tu attends le premier métro. Tu t’es saoulé coké comme un bâtard toute la nuit et maintenant, t’es en pleine descente et t’as envie de mourir. Pas de problème, bro, Bertrand Cantat sait aussi ce que c’est:

Je remarque que légion sont ceux dans mes contacts à détester leur job, leurs collègues, leur patron. Aussi, il n’est pas rare de voir apparaître le message subliminal suivant: Mon patron est un sale fils de pute mort à l’intérieur, je voudrais l’enterrer sous une montagne de merde:


Tu peux d’ailleurs ajouter en exergue d’un simple mais efficace Poke + nom de ta boîte, ça ne tuera personne.

56 de tes contacts Facebook t’ont invité à l’évènement LE 9 OCTOBRE 2011 JE VOTE MARTINE AUBRY et attendu que les réseaux sociaux, c’est un peu le must en matière de moutonnerie et de marketing viral, tu as décidé de rejoindre la horde de tes 56 contacts de presque gauche ainsi que milliers d’autres qui ont la même idée que la tienne. Et ce, même si honnêtement,

Les gars vous RÊVEZ si vous croyez que je vais VRAIMENT voter aux présidentielles:

Ce qu’il y a de plus exploitable dans la discographie de ce groupe de légende, ça reste quand même les histoires de cul.

Ainsi, si tu es une femme qui souhaite discrètement souligner que si elle ne baise dans les prochaines 24h, elle se pend dans la douche, au lieu de poster un bête: « Si tu es dans ma région et que tu possèdes un sexe, tu peux me joindre par MP ou au 06.47.36.69.65 ou directement au 25 rue de la Pompe, code B5917, troisième étage, porte de gauche, c’est ouvert. »
Mets plutôt La Chaleur:

Si d’aventure tu souhaitais compléter le message avec un convivial « VENEZ NOMBREUX » tu peux aller jusqu’à te fendre des Persiennes:

Si tu es un homme marié qui souhaite entamer une liaison avec une jeune femme qui suscite chez toi un émoi notable, il est de bon ton de poster nonchalamment Comme Elle Vient à 23h45 tout en discutant avec elle en messagerie instantanée pendant que ta femme regarde The Mentalist.

Après deux mois, quand ta femme aura grillé la petite private party avec ta maitresse, on te verra te confondre en excuses: Bobonne, laisse-moi rentrer, je t’aime, même si t’as changé les serrures. JE PEUX CHANGER  BORDAYL!

Après deux mois de love-love avec ta maîtresse, maintenant que ta femme t’as foutu à la porte, t’as deux choix:

Tu la largues et là tu lui postes Marlène. Pour la larguer en douceur mais lui dire que malgré tout, tu penseras encore à elle chaque fois que ta femme fera semblant de dormir.

Tu la largues pas complètement mais tu veux quand même qu’elle calme ses ardeurs à ton endroit. Au lieu du classique « Et ça te serait pas venu à l’esprit de faire profil bas au lieu de liker la totalité de mes statuts depuis deux mois, connasse, va. » elle le prendra assurément mieux avec Lolita Nie en Bloc:

Reste la plus belle, pour la fin, pour ceux qui s’aiment ou qui ne s’aiment plus vraiment, pour les premiers amours, pour les âmes-soeurs, pour les histoires qui finissent mal ou pour celles qui finissent bien. Tout ira bien.

Je n’ai pas peur de la route
Faudrait voir, faut qu’on y goûte
Des méandres au creux des reins
Et tout ira bien

Le vent l’emportera

Ton message à la grande ourse
Et la trajectoire de la course
A l’instantané de velours
Même s’il ne sert à rien

[Refrain] :
Le vent l’emportera
Tout disparaîtra
Le vent nous portera

La caresse et la mitraille
Cette plaie qui nous tiraille
Le palais des autres jours
D’hier et demain

Le vent les portera

Génétique en bandoulière
Des chromosomes dans l’atmosphère
Des taxis pour les galaxies
Et mon tapis volant dis?

[Refrain]

Ce parfum de nos années mortes
Ceux qui peuvent frapper à ta porte
Infinité de destin
On en pose un, qu’est-ce qu’on en retient?

Le vent l’emportera

Pendant que la marée monte
Et que chacun refait ses comptes
J’emmène au creux de mon ombre
Des poussières de toi

Et bonne semaine.

Publicités