2012, ça avait plutôt pas mal commencé dans un appart bourgeois du neuvième en compagnie de gens que j’aimais beaucoup, de gens que j’aimais bien et de gens que je ne connaissais pas du tout. Je me souviens m’être fait la réflexion, complètement hypnotisée par le boule de compétition d’une blonde en robe très courte (non que j’aie pour habitude de mater des paires de fesses mais je dois dire que c’était sans doute censé être, aux yeux de sa propriétaire, l’attraction number one de la soirée) que ça commençait plutôt pas mal cette histoire. Et puis en fait non. Pas vraiment.

Janvier 2012, que j’espérais être le mois de la grosse gagne, s’avère être le mois de la mort des espoirs et de mon matériel informatique. D’aucun dirait, au hasard Pute, que c’est bien fait pour ma gueule vu les relations que j’entretiens avec mes ordinateurs – relations exclusives et passionnées basées sur les menaces et les sévices en tous genre – et d’aucun n’aurait pas entièrement tort. Là par exemple, je tape ce billet depuis mon iPad, qui n’est pas censé me servir à autre chose qu’à lire, mater des conneries et updater mon statut Facebook. Je ne sais pas si tu sais ce que c’est. C’est un peu comme si tu voulais… Je sais pas… C’est comme si t’essayais de buter un frelon en vol avec une fléchette, tu vois? Ca bouge tout le temps, tu loupes ta cible et tu tapes là où il ne faut pas. Bref. Compliqué.

Voilà je suis paumée, qu’est-ce que je disais? Ah ouais mes ordinateurs. J’en ai deux et malgré mon comportement avec eux, je les aime d’amour: un PC HP et un Netbook Samsung rouge qui est très joli. Si toi aussi tu trouves que ça fait beaucoup, sache que je justifie cette quantité de matériel par l’excuse qui me sert à tout, OUI MAIS MOI J’ECRIS. Quand t’écris, t’es pas geek, t’as simplement besoin de nombreux supports.

Hier, je posais mes fesses à mon bureau comme chaque jour que Dieu fait. Je remuais la souris pour réveiller l’écran, entr’aperçevais mes feeds et puis BAM, le noir.
Mon cœur a sauté un battement, je me suis signée et j’ai appelé Pute qui simulait une grippe dans le lit:
VF: Puuuuuuuuuuute, t’as touché à mon ordi, avoue et ensuite, je te tue trois fois.
P: Aide-moi… Appelle un médecin… Je vais tomber dans les vapes. Donne-moi de l’eau, pitié…
VF: Que dalle, t’as bousillé mon bébé!!!
P: Mais j’y ai pas touché à ton ordi putain, je peux même pas me lever!
VF: Grumeau! Viens ici TOUT DE SUITE!
P: De l’eau, pitié… Je vais sécher sur place.
G: Quoi, Maman?
VF: T’as touché à mon ordi, avoue et ensuite, je te tue trois fois.
G: C’est pas moi j’ai rien fait, ça me saoule!
P: Et du doliprane. Ou de la ciguë je sais pas mais un truc quoi.
VF: T’as pas le droit de dire « ça me saoule ».
G: Toi, tu le dis!
VF: OUI MAIS MOI J’ECRIS.
P: Faut coucher avec qui pour avoir un verre d’eau bordel?

Après avoir cuisiné Grumeau encore quarante-cinq minutes, j’ai tenté un reboot. L’ordi s’est allumé, bien, mais n’a pas démarré, fuck.

VF: Puuuute, enlève le cache s’il te plaît.
P: Aaaaaaaghhleubeulaaaaaaa…
VF: PUTE!
P: Bleeeuuuuaaaarrrrh…
VF: N’importe quoi, quand t’auras fini de faire l’intéressant en vomissant partout, tu m’enlèveras le cache de l’ordi.

Il a pas répondu parce qu’il a fait semblant de tomber dans les pommes, pour m’emmerder. Je m’en suis rendue compte en passant devant les toilettes pour aller chercher un cruciforme en maugréant des faut tout faire soi- même.

J’ai pris un cruciforme aimanté pour ceux qu’ont comme moi la manie de paumer les vis. J’ai pris une grande respiration, trop grande vu que je me suis étouffée avec une bonne partie de la poussière qui s’était accumulée dans les entrailles de la bête. Dix minutes plus tard et un demi poumon en moins, il y avait nettement de poussière à l’intérieur. En rallumant la tour, Sainte Marie pleine de grâce le seigneur est avec vous et Jésus le fruit de vos entrailles est béni priez pour nous pauvres pêcheurs maintenant et à l’heure de notre mort tu oins ma tête d’huile tu prépares la table de mes ennemis ma coupe déborde dans la vallée des ombres de la mort amen, j’étais pleine d’espoirs. Aussi, parce que je n’avais pas suivi les conseils de ces gens sur Facebook qui me disaient d’y aller à l’aspirateur.

Vains, les espoirs.

Je me suis dit que c’était pas bien grave vu qu’il me restait le netbook pour finir mon chapitre. Et tiens, me disais-je as well, faut que j’aille sur iTunes pour télécharger Fruit Ninja sur l’iPad, ca me fera patienter. Donc faut que je télécharge iTunes aussi. Je verrais plus tard cette histoire de PC en panne.

Quand tu utilises Ubuntu parce que c’est chouette et que ça te permet de faire des trucs de fou que tu peux pas faire avec Windows 7 pour netbook, comme par exemple changer ton fond d’écran, tu ne peux pas télécharger des logiciels tels qu’iTunes. Mais mon cousin, pas con, il m’avait dit « Voilà, je t’ai installé Linux mais tu peux aussi démarrer la bête avec Windows, t’as vu c’est pratique. »
Sauf que je suis conne.
Et que je ne sais pas par quel truchement, j’ai viré mes deux systèmes d’exploitation. Plus de Windows et Linux aux abonnés absents. C’est là que j’ai du enjamber Pute pour vomir d’effroi.
Je suis retournée me plaindre de ma pauvre condition sur Facebook où on m’a donné des solutions incompréhensibles: « Ho boum le MBR! Une clé USB bootable avec simplement un GRUB bien configuré pour démarrer ton Linux, réinstallation de GRUB sur le MBR et le tour est joué. »
Sauf que je parle pas allemand donc j’ai rien compris de ce que me disait le jeune homme bien intentionné.

Depuis je veux mourir.

Si tu n’as pas de mes nouvelles la semaine prochaine, c’est que mes ordis sont definitivement fichus et que j’ai sauté du Pont des Arts.

Je lègue mon blog à l’Écrevisse

Publicités