20120110-050246.jpg

J’attends qu’on me sauve. Je m’accroche à l’espoir que ça va arriver un jour. Un jour, quelqu’un viendra et aura la solution de tout: m’expliquera comment fonctionnent les gens, comment marche le monde et de quelle façon vivre.

Quand je regarde le monde il me fait peur. Je ne le comprends pas, ou ce que j’en vois ne me convient pas. Comme les choses contre lesquelles on ne peut rien. L’impuissance. Et l’immuable. La violence des gens quand ils se montrent étanches. Je suis perméable, tout m’atteint.

Tu es perméable aussi, tout t’atteint mais pour une raison que je ne connais pas, que personne ne m’a apprise, que je n’ai pas encore trouvé toute seule, tu arrives à regarder ailleurs. Ce constat me saute à la gueule chaque matin:

Je vois la plupart des gens comme des moulins à vent avec des œillères. Mais au moins avancent-t-ils, moi j’attends. Et je regarde la vie passer. Ce n’est sans doute pas la solution. J’attends des réponses, je veux des putain de réponses.

Quel cynisme nous accompagne désormais. Un cynisme avec un prix et une étiquette et un anti-vol, on nous vend des solutions en soldes. Quand j’achète quelque chose, je crois acheter une solution. J’achète dans l’espoir de sauver ma peau. Je bouffe du sucre pour faire passer la pilule.

20120110-054653.jpg

Les petites pilules-solutions remboursées font fureur. J’en consomme régulièrement sinon je ne peux tout simplement pas supporter le monde dans lequel je vis. Je crains la folie sans ces pilules. Je ne crains pas de me montrer vulnérable, sinon personne ne va me sauver.

Etre sage, ça a pourtant l’air chiant. Éviter le danger aussi. Je veux me sentir vivante, éprouver et me cogner partout. Le problème est que je n’arrive à tirer aucune conclusion, aucune leçon de mes expériences. Alors, je les refais, dans l’espoir que quelqu’un vienne me sauver.

Je voudrais pouvoir me protéger comme les autres qui n’ont pas besoin d’être sauvés. Je voudrais pouvoir me suffire mais je suis éparpillée. Je voudrais être plus forte et comprendre comment faire pour se ménager une vie valeureuse. Une vie qui ne soit pas pleine de regrets et de frustrations.

Les regrets, je les crains. Je fais tout de travers pour les éviter. Je les contourne quitte à me faire très mal, parce que l’impuissance m’insupporte, je fais toujours tout ce que je peux. Si je passais à côté je ne me pardonnerai pas.

Alors j’observe les gens et j’essaie d’apprendre ce que je peux, c’est-à-dire rien qui ne puisse m’apporter les réponses. Rien qui ne fasse échos. Rien qui ne me satisfasse. J’attends qu’on me sauve ou de me sauver toute seule.

Quand ça arrivera, j’aurai enfin les mots à mettre sur les émotions.

Publicités