Alors moi, faut qu’on m’explique un truc. Je ne lâcherai pas, je veux des réponses et j’attendrai peut-être mais je les aurai : qui écrit les textes, je veux les noms des créatifs et particulièrement celui ou celle qui écrit les textes de Brogniart. Enfin, on est quand même ravis de d’entamer cette énième saison de Koh-Lanta ambiance donc TIGRES ET DRAGONS et son casting à couper le souffle starring Claude-Benito – et là j’en reviens aux rédacteurs qui apparemment réécrivent les saisons passées au fil de la présentation des candidats, attendu que ce dernier ne s’est jamais, quote, « débattu pour nourrir seul sa tribu », non, Claude-Benito, c’était une grosse raclure opportuniste et c’est pour ça qu’on l’aime… d’ailleurs il le reconnait lui-même environ 20 secondes plus tard en déclarant, frondeur « Je vais leur faire la misère, c’est clair », mon grand favori, se faisant – Wafa-Bonniche,cette brave Fabienne, le valeureux Freddy, notre bonne vieille Marine, Téhéiura dont j’aurais finalement retenu l’orthographe, le mi-fourbe mi-débile mental Patrick (parenthèse sur ces gens qu’il faut savoir sous-titrer, merci) en parlant de ça: quel est le point commun entre Dany Boon et Jean-Paul Gaultier ?

Bah Patrick.

Isabelle qui semble toujours aussi borderline, Patoche qui revient dans l’ambition à peine voilée de massacrer tout le monde, Cumba sur laquelle je n’ai strictement rien à dire, Maud la langue de pute, cette espèce de control freak de Bertrand et les autres, dont je me fous complètement voire desquels je ne me rappelle pas l’existence.

À peine éjectés de leur hélico russe et après que l’on ait bien demandé confirmation à chacun des participants que ça le ferait chier quand même de repartir au bout d’une journée après tout le trajet qu’ils viennent de se taper, une épreuve les attend remportée oh-tiens-dis-donc-c’est-inattendu par Freddy et déterminant ainsi les équipes à l’originalité absolue: Klahan et Nekmao, respectivement Tigres et Dragons.

Autrement dit, d’un côté t’as les raclures Nekmao: Claude, Nicolas, Patrick et de l’autre, ceux qui croient sans déconner qu’on peut gagner Koh-Lanta honnêtement : Freddy, Bertrand. Remportant l’immunité grâce à la victoire de Freddy, les Klahan vont donc se poser tranquille cent mètres plus loin sur leur camp de fond d’écran, c’est pas moi qui le dit, c’est Bertrand.

Alors que les rouges partent en trek dans la mangrove confirmant ainsi mon hypothèse qu’en ses lieux humides et odoriférants, on a l’impression de s’être pris un truc dans le cul.

Sur le camp des jaunes, tu t’attends d’un instant à l’autre à voir Freddy chanter« No fire, no rice» tant le jeune homme s’y prend comme un moniteur de colo pour organiser son camp. Quant à Patoche, elle n’a visiblement pas conscience qu’elle pactise avec une folle furieuse et c’est toujours hyper fun à regarder quelqu’un qui ne sait pas qu’il est en train de faire une énorme connerie, à savoir partir chercher le point d’eau avec Isabelle. Mais tant pis, ça n’est pas ça qui gachera la bonne humeur du camp qui imrpovise manu-militari un « apéro coco » , excepté peut-être Maud qui déclenche les hostilités:

« Patricia, je la trouve un peu trop au taquet, elle commence à me gonfler un peu déjà. »
« Isabelle, je sens que ça va pas accrocher » « j’ai pas confiance pour l’instant. ».

C’est sur ces paroles fielleuses que se couche le camp Klahan.

Si ce n’est les moustiques qui ont ravagé sa face dans la nuit, Maud aime bien les bouddhistes, le karma et toutes ces conneries… Point info avec les rédacteurs de Denis Brogniart: « Espérons que ces petites bêtes n’auront pas la peau de Maud », comment ça se passe, vous vous droguez, c’est fun?
Ensuite, on a droit à l’instant morve avec un grand moment de télévision, où la tradition orale rencontre l’esprit d’équipe: la conquête du feu par Freddy selon l’enseignement de Grégoire, transmettant ainsi son savoir à ses coéquipiers, humaniste Freddy qui se jette dans la pédagogie à corps perdu et qui comme un Moïse de la survie moderne, guide ses brebis sur le chemin du feu. Un quart d’heure et c’est plié.

Chez les rouges, le réveil est brutal « Je suis pourrave. On commence déjà à sentir le moisi, pour te dire comme c’est rapide » dira Fabienne. Alors ok, ils se sont retrouvés bloqués dans la mangrove pour la nuit et ils n’ont pas encore pu rallier leur camp et ok, ils étaient trempés, n’empêche que je trouve Fabienne un tout petit peu chiante.

A peine arrivent-ils sur leur camp qu’ils se voient convoqués à l’épreuve éliminatoire qui consiste en mort subite à tenir le plus longtemps possible sur un poteau, les mains au-dessus de la tête.  Là encore, on s’assure bien auprès de tout le monde que décidément oui, ça ferait vraiment chier de partir maintenant.

Au bout de 9.30 mn, Fabienne lâche et confirme ainsi qu’elle était vraiment de mauvaise volonté avec cette aventure. « Deux minutes après, je pense que je lâchais » dira Guenaëlle à qui manifestement on a jamais expliqué que ce genre d’aveu  n’aidait en rien. So long, Fabienne.

De retour sur le camp, les Nekmao peuvent enfin sortir le auvent et se mettre à chercher de l’eau, défi relevé sans problème par Guenaëlle et Marine.

Mais c’était sans compter sur ce brave Patrick qui depuis son retour sur Koh-Lanta lance la campagne « Patrick 2012 », un Patrick changé qui ne fait plus de coups de pute, un Patrick amélioré qui selon la production n’a plus besoin d’être sous-titré.  Courageux Patrick qui se lance lui aussi à la recherche du point d’eau et qui le découvre, environ 25mn après Marine et Guenaëlle…

La victoire modeste, il confiera cependant être « super content parce que 2009, j’ai trouvé l’eau et là aujourd’hui, 2012, Patrick II est de retour, donc Patrick va aller loin dans cette aventure. C’est obligé. ».

« J’vous annonce tout de suite, les gars, c’est ma journée, j’ai trouvé l’eau » assénera-t-il triomphant à ses mâles partenaires, qui du coup se foutent un peu de sa gueule, normal quoi.

Mais qu’à cela ne tienne, si l’eau got covered, Patrick va s’atteler à la construction de la cabane, fournissant à Nicolas des objectifs clairs et précis: « Une barre là, deux piquets et (sifflement) avec un… tout le long, tout ça, comme ça, hop »

« C’est Patrick qui a organisé le chantier, là » dira Patrick, satisfait.

Bienveillant, Claude-Benito regarde faire son coéquipier: « Si y’a une erreur, c’est lui prendra » ajoutera-t-il, toujours aussi team spirit.

Chez les jaunes en revanche, pas de place pour l’à peu près avec Freddy: « la cabane de cette année est simple avec une seule barre horizontale qui sert de pillier […] j’ai une conception différente cette année. »

Et puis comme c’est con de s’arrêter sur cette lancée et vue qu’ils ont déjà pu bouffer du manioc, de la canne à sucre et de la coco, Freddy trouve que tout ça, ça manque un peu de protéines et que pourquoi pas, ma foi, bouffer des termites pour voir…

Et voici venue l’heure de l’épreuve d’immunité et de mon côté, le moment où je commence à me faire chier. Une histoire de porte-feu à traîner dans l’eau et de vasque à embraser. D’un côté, les jaunes se trouent le derche pendant que les rouges font nawak.

Alors évidemment les jaunes emportent l’épreuve…

Tout va donc se jouer entre Patrick, qui commence déjà à saouler tout le monde et Marine, on ne sait pas trop pourquoi si ce n’est qu’elle est rousse. Et c’est Marine qui sort.

On se demande bien quel est l’enculé caché derrière tout ça…

See you next week.

Publicités