Chère Tata Félin,
Après avoir été désespérément chercher du réconfort sur les forums d’illettrés de doctissimo et psychologies qui m’ont plus atterré qu’autre chose, je me tourne vers tes conseils avisés de milf dans la fleur de l’âge. Alors voilà, je suis amoureux. Disons que ça n’est pas le genre de truc qui m’arrive bien souvent, jamais même, pour être tout à fait franc. C’est pas faute d’avoir beaucoup essayé hein, pas de la mauvaise volonté. Mais là miracle! Je la trouve sublime, elle a de l’esprit. Elle me plaît et personne ne me plaît jamais. C’est arrivé, ça m’est tombé sur le coin du nez, sans prévenir. Avec toute la panoplie : déification de l’autre, papillons dans le ventre à chaque texto, transparence soudaine de toute personne de sexe féminin, larmes devant Love Actually (ça va je déconne), etc… Rien de très excitant ou qui pose problème jusque là, me diras-tu. Mais Mademoiselle est déjà prise, là est le hic, et depuis pas mal de temps.
Bon, ça n’est pas juste un fantasme. C’est consommé, re-consommé. Je savais depuis le début ce qu’il en était, donc bien fait pour moi, et je n’avais pas à briser un couple. Certes.
C’est très régulier depuis trois mois, mais ça n’est pas juste une banale histoire de cul, même si c’est génial et que j’ai peur de faire un AVC à chaque fois que je jouis. Autrement dit, on sort aussi ensemble, restau, ballades & co, comme un putain de vrai couple. Elle m’a dit qu’elle était amoureuse sans que je lui demande ou réponde quoique ce soit.
Ça n’est plus possible en ce qui me concerne. Au-delà du fait que ça soit malsain, je veux qu’elle soit mienne, juste mienne. Ou plus rien du tout. Je me refuse à être jaloux.
Mais il est hors de question que je lui demande de choisir.
J’ai bien conscience qu’en quittant son mec elle quitte aussi une partie de sa vie sociale, de sa stabilité. Quid du fait que je sois plus jeune qu’elle (5 ans d’écart)? Quid du fait que je suis peut-être juste le déclencheur de sa séparation et rien d’autre?
Au-delà de toutes ces considérations futiles et matérielles, je sais que ce mec fait aussi ce qu’elle est aujourd’hui. Et j’ose imaginer que ça ne doit pas être une décision facile à prendre. Je sais qu’elle se pose la question, c’est certain, d’où le fait que ça me semble inutile de lui poser cet ultimatum débile. Elle sait ce qu’elle représente pour moi.
Alors je fais comment pour que la balance pèse de mon côté, ô matou expert?
Tendrement
Omer

Cher Omer,

Au lieu de spéculer à grands coups de quid sur un hypothétique futur avec cette jeune femme TOUT-A-FAIT DISPONIBLE, m’est avis que tu ferais mieux de te poser les vraies questions. Les vraies questions, c’est ces questions existentielles totalement cruciales écrites en bold dans les magazines féminins hyper sérieux comme Psychologies, qui est à la psychanalyse ce que Doctissimo est à la médecine, à savoir le petit frère dégénéré qui bave à table et qui se tire tout le temps la quique.  Mais je vois néanmoins un parallèle flagrant entre « Elle me plaît et personne ne me plaît jamais.» ET le fait que vous soyez deux à mettre votre pénis dans son frifri.

Penses-y… Vous êtes deux pénis… à aller…  EXACTEMENT au même endroit…
Relax, je plaisante…
Putain, où j’en étais ?
OUAIS.

C’est marrant comme on choisit les gens dont on tombe amoureux, parce que si tu veux mon avis, les gens qui disent « c’est arrivé comme ça, j’avais pas prévu » méritent qu’on les secoue par les cheveux en leur hurlant dans les feuilles « Mais tu vas les prendre, tes putains de responsabilités, enculé de toi ? ». Et n’y vois surtout pas là je ne sais quelle forme d’animosité vis-à-vis de l’infidélité, je pense simplement que PILE entre « Je la bouterais bien… » et « Will you marry me ?!? » y’a ce moment où tu sais intimement que t’es à deux doigts de tomber amoureux et à ce moment, tu choisis. Et ce même si je suis la première à m’accorder sur le fait qu’on prend souvent ces décisions pendant une érection ou avec les genoux derrière les oreilles. T’as quand même choisi une femme en couple. Alors donc la vraie question pour toi ça serait : « Pourquoi j’ai choisi de creuser  ma tombe ? ». Mais je réalise heureusement que tu n’en as rien à foutre attendu que la vraie question selon toi c’est : Alors je fais comment pour que la balance pèse de mon côté?

Mes 3 astuces du week-end pour évincer les rivaux :

Le Parfum
Tu trouves le parfum de son père et tu te mets à le porter avec une nonchalance étudiée.
Le p’tit bémol : Parfois, c’est Héritage de Guerlain.

Je t’prend, je t’retourne et je t’la mets all night, vol 4
Je suis sûre que tu l’as déjà vu, celui-là, j’crois que ça se passe d’explication. Baise-la bien, c’est un bon début.
Le p’tit bémol : Si ils sont ensemble depuis longtemps, peu importe ce qu’elle te dit, il la baise sûrement mieux que toi. L’avantage du temps, on va dire.

Liaison Fatale
Tu vas quai de la Mégisserie, où wherever the fuck tu habites, en animalerie et là, tu lui achètes un lapin de compagnie ou une gerbille. Tu l’appelles Jean-Roger et tu lui offres. Ensuite tu bouges pas, tu attends quelques semaines histoire qu’elle s’attache bien à l’animal… Après tu te débrouilles pour avoir les clefs de son appartement, tu loues Liaison Fatale, tu le mets dans son lecteur dvd et tu le regardes en rotant une bière. Après,  y’a des chances que tu piges où je veux en venir.
Une fois que t’auras massacré  Jean-Roger, tu feras en sorte que les soupçons se tournent vers ton rival.
Le p’tit bémol : Alors ok, tu pourras pas mettre « aucun animal n’a été maltraité durant le tournage » au générique de fin mais ça marche moins bien avec une plante verte. J’ai jamais entendu une meuf brailler « KEUWA, t’as buté mon ficus ?!?  You’re DEAD TO ME». Faut savoir se donner les moyens de ses fins.

Alors bien sûr, j’espère que tu comprendras que toutes ces métaphores cinématographiques, c’est ma diplomatique façon de te dire à quel point j’ai l’impression que tu te fais des films.

Je me suis récemment mise à croire que les meilleures histoires sont les plus simples.

Bisous, bécots,
VF.

Publicités