Vieux Félin,

Voilà donc : dans mon désir effréné de liberté et de pognon (dissimulé sous de précieuses couches d’altruisme), je me casse dans un pays far far away où t’as du soleil 320 jours par an (ce qui te fait 45 jours pourris quand même), et ce dans 20 jours. Ne me hais pas tout de suite, je n’ai même pas encore exposé le problème.

J’ai hélas dans cet incroyable océan de bonheur diaphane que va être ma vie un iceberg se profilant au loin. Voici mon souci : j’ai une copine, une gonzesse, une nana, une meuf, une zouz, une feumeu; et j’y tiens (je vous emmerde, les trois connards qui pouffent au fond), autant comme trophée que comme partenaire effective de vie. Cette dernière viendra m’y rejoindre dans 5 mois.

Tu vois, dans ta grande sagesse, le premier problème : tel Saint Sébastien, la tentation risque de me transpercer de toutes parts.

Je dois être suffisamment fort pour y faire face et vois-tu, je dois avoir autant de volonté qu’un pull à col roulé quand il s’agit d’avoir de longues conversations essentiellement à base de voyelles. Je suis tristement tributaire de mes pulsions. Je deviens un loup face au moindre mini-short, autant par luxure que par esprit de compétition.

De plus et ce sans fausse modestie, je suis assez irrésistible. Un viril physique combiné à un humour ravageur empreint de second degré et d’auto-dérision (je suis également un excellent menteur). Nul besoin d’égrener un à un les prénoms de celles ayant cogné de leur tête mon auguste mon dessus-de-lit, là n’est point la question. Disons simplement que j’aimerais de temps à temps que mes pulsions puissent être stoppées par la réalité des choses, comme c’est le cas pour de nombreux hommes moins chanceux.

Je viens à toi pour obtenir mon propre petit livre rouge de la fidélité, mes dix commandements de la bite sage. Je veux, j’exige tes idées pour tenir ces 5 mois avec l’abstinence la plus honnête possible. Et qui mieux que la prêtresse de l’adultère, la créatrice du « mensonge-cathédrale » pouvait me donner d’avisés conseils ?

Parce que là le seul exemple me venant en tête est de ne pas me laver durant 5 mois et encore, je ne suis pas entièrement convaincu que je n’irais pas attirer des hippies toute sales.

Le second problème est le suivant : la copine est un avion de chasse, un pédigrée de pur race bombasse, avec un master d’éclatage de braguettes par simple regard. Grande, blonde, yeux verts, longues jambes, originaires d’un pays de l’Est. Cite-moi le moindre cliché physique de la bombasse et elle l’aura.

De plus la bougresse est une tête, major dans la moindre institution où elle a jamais posé le pied, capable de te maitriser un rubik’s cube en 10s, avec un cv te faisant passer pour le dernier des lombrics et une vivacité d’esprit capable de lui faire gagner le cluedo en un tour.

Tom Cruise époque Top Gun était défini comme « l’homme que tous les hommes veulent être et avec qui toutes les femmes veulent être », ce proverbe s’applique parfaitement à sa personne.

En ma présence, même les plus fiers prédateurs rentrent leur queue et baissent leur crocs mais l’idée de laisser un tel joyau seul pendant 5 mois m’angoisse quelque peu.

Au moment même où nous parlons, je suis sûr que mes plus chers amis sont en train de se battre entre eux dans des caves peu éclairées afin de décider lequel d’entre eux aura le droit de la courtiser après mon départ.

Certes cette déesse est follement amoureuse de moi, ce qui est tout à son honneur, mais cela ne tranquillise nullement. Alors j’ai pensé à moult stratagèmes, tel un collier électrique assigné à un périmètre fixé à mon appartement (las, la belle a le cou trop fin pour l’engin). Mais aucun ne m’a satisfait.

Je viens donc te demander des idées pour m’assurer de sa fidélité (parce que bon si moi je trompe, j’aurai merdé mais ça ira. Mais si c’est elle, ça va mal se passer, je vais LUI ARRACHER LES DENTS AVEC UN SECATEUR BON DIEU)

Je t’en prie, répond aux douleurs et incertitudes d’un homme dont le seul recours était de t’envoyer un mail (imagine son désespoir)

J’te kisse,

Le Branleur.

Espèce de petit con satisfait,

Je crois exprimer une opinion commune en te disant qu’on a tous envie de t’arracher les dents avec un sécateur (tu sais ce que c’est?)  pour nous avoir infligé la lecture de ce texte. Il n’est pas dit, à l’heure où j’écris ces lignes, que je ne taillerai pas dedans comme la dernière des salopes avant de publier.
La seule et unique raison pour laquelle je te réponds en public c’est parce qu’on est potes, toi et moi.

Aussi parce que, quelque part sur le web, un autre ami a besoin de moi  -> Il a envie de buter quelque chose de fragile et de poilu, comme Pandi-Panda ou Pedobear.

Multiple birds, single stone.

Parfois, j’imagine ton enfance et j’ai le sentiment que ta maman t’a élevé dans une atmosphère très « spéciale », un monde un peu imaginaire et du coup, tes repères vis-à-vis de ce qui est réel et de ce qui ne l’est pas diffèrent de ceux du commun des mortels. En cela, bravo, tu es unique.

Mais je me sens obligée de déchirer le voile et de rétablir une vérité car je me dois de te parler comme à un ami…

Oui, ta meuf est bonne mais  toi, tu ressembles avant tout à ça…

Quand je t’imagine parler avec des potes, ça donne ça  ->

Et quand je t’imagine faire ton moove sur une « zouz », ça donne ça ->

Alors tu comprends aisément ma surprise et du coup depuis DES JOURS ET DES JOURS ET DES JOURS je me demande comment t’aider.
Et je crois que c’est là tout le problème, la limite des courriers de les coeurs c’est le conflit entre l’affection que je te porte et l’abjecte vérité.

J’EN AI RIEN A FOUTRE.

Tu pourrais pas penser à autre chose? Je veux dire des trucs un tantinet plus cruciaux que ton prépuce? Des trucs avec de vrais enjeux: la saison 3 de Game of Thrones qu’on verra peut-être jamais si les prédictions mayas s’avèrent accurate, la propension de ta barbe à te pousser jusque sous les yeux, quelque chose qui n’impliquerait pas les efforts conjugués de ton zguègue et des organes génitaux d’une tierce personne (?).

Tu vois ces pendentifs en forme de coeur qui sont sécables et que t’as déjà du offrir à moins quatre de tes ex? On les casse en deux, on les échanges en forme de voeux et c’est le symbole, l’acte de propriété en plaqué-or. L’échange.

Je te propose un truc qui métaphoriquement sera votre pendentif plaqué-or en forme de coeur sécable, échangez vos hormones.

Tu prends un max d’oestrogènes et de progestérone et ta meuf, tu la gaves de taurine et de testostérone.

Va baiser des kangourous, prends la pilule, colle-toi un didgeridoo dans le rectum et FAIS PAS CHIER.

See ya’

Publicités