Il fait lourd dans le bureau, je suis seule. Ma main s’empare fébrilement de la souris comme d’un nouvel amant. Faut que ça se passe vite, face à mon  27’ je salive, un creux à l’estomac. J’ouvre mon player. Je suis extrêmement connectée.

Bien sûr tu connais The Big Bang Theory et je vais te dire pourquoi tu regardes ce show si t’es une femme entre 16 ans et disons… aucune idée.

Deux mots que tu murmures peut-être en tournant tes petites chairs.

Sheldon

Cooper

Why on earth?

Sheldon Cooper est anormal. On ne te sert pas le cliché du geek de base au teint endive qui passe ses journées à se palucher par chat interposés dans les backrooms  des forums Linux.

Tous les personnages de séries américaines depuis l’avènement de la télé-couleur sont ainsi et  Sheldon Cooper est comme ses semblables, il est la plupart du temps orange.

D’accord, il est laid, mais pas vraiment finalement. Il est plutôt  beau-laid. Suffisamment repoussant de prime abord pour avoir l’intelligence crédible mais ça n’enlève rien, je le crie haut et fort, METS-LA MOI TOUTE, SHELDON COOPER.

C’est  un nerd, il est geek, parfaitement inadapté à la vie en communauté et handicapé du sarcasme. Et il n’a AUCUNE sexualité.

D’où pas de sexe ?

Toi je sais pas, mais moi, ça me donne envie de lui en donner une de force.

Je m’engraine dans un truc sale avec Sheldon Cooper.

I do want a hot beverage you nerdy little scum.

Yeah, your mother got you tested… Look at you… all grown up and big boy.

Oh, Shelly…

Yeah, right there, right there, baby.

Oh, Shelly…

Oh, that’s my spot…

Oh yeah, that’s my spot.

That’s my spot.

THAA-AA-AA-T’S   MY   SPO-OO-OT.

EDIT: Attendu que ce brouillon a été publié une première fois par mégarde. Attendu que je l’ai enlevé. Attendu qu’on pouvait quand même le lire via les derniers commentaires. Attendu que j’ai bien failé, je laisse comme ça, y’a plus rien à faire.

Publicités