Se voir

photo(29)« Ce serait vraiment bien de se voir »
Voici une phrase que je prononce et que j’écris souvent, d’ordinaire, sans pour autant mettre l’envie à exécution parce que quelque chose dans mes tripes bloque. J’aimerais nous voir mais au dernier moment la solitude tire sur ma laisse et confusément, sans comprendre, je m’isole et je me mets au coin. On me connaît donc comme une poseuse de lapin de première. Je ne suis pas une bonne copine, je n’arrive pas à entretenir correctement une relation amicale. Petite, j’avais peu d’amis et peu qu’ils étaient; Johanna, Fanny, un peu plus tard Julien, Iara, Mike il ne reste pour la plupart que des contacts sporadiques dont je suis l’entière responsable.
Je le regrette.
Bien sûr, je compte parmi mes êtres chers des fêlés fragiles de ma sorte pour qui les conventions sociales ressemblent à des portes Western et avec qui – malgré des mois de silence – nous pouvons avoir le sentiment de marcher l’un à côté de l’autre, merci Fred, Aurélie.

En ouvrant La Meilleure Façon de Marcher sur overblog en 2006, sur les conseils lourds et répétés comme des coups de bottin d’Aurélie, j’ouvrais un journal intime.
Il y avait peu de lecteurs, pendant de longs mois, seuls mes êtres chers avaient connaissance du site, j’écrivais sur ma vie de serveuse dans un restaurant catholique et familial et parisien du 20ème, coucou Silli. Je ne sais même pas si ce restaurant existe toujours, j’ai peur d’appeler. C’est Silli qui m’a appris le cancer de celle avec qui nous nous sommes données tant de fil à retordre, C. Mon ancienne patronne, une femme dont je n’aurai jamais la moitié du courage [ouvrir un restau avec une portée de huit] [non, pas des chiens, des enfants] de qui je me suis moquée et plutôt correctement. Même et justement parce que j’écrivais comme je la voyais.
Je le regrette.
Je suis tombée enceinte et j’ai quitté Paris, avec elle une énorme portion de moi-même.
Ici, je me suis sentie très seule. J’ai continué à écrire sur ma vie et dans ma vie à cette époque, il y avait ma belle-mère, ma plus grande source d’inspiration et de crises de nerfs.
J’ai eu un chouille plus de lecteurs, je me suis fait des connaissances web, des amis web; Laura, Frida, Gaelle. Des femmes qui comme moi écrivaient leur quotidien.
J’ai cherché du boulot, j’en ai trouvé au sein de l’Éducation Nationale pour en être éjectée en 48h.
Motif? Moquage sur toile. Mate l’artiste. Après, il y a eu la minute buzz et des milliers de lecteurs sont venus rejoindre les rangs de mes proches.

On se contrefout de mon anonymat tout relatif, il y a le devoir de réserve.
On se contrefout du recul relatif que je pensais avoir et qui me permettait de me moquer aussi et surtout de moi-même, on se contrefout de s’être fait marrer cinq minutes; je ne peux pas me servir d’une toute relative intelligence pour mettre les gens à nus sous couvert d’un pseudo et de surcroît essayer d’en faire mon bread.
C’est dégueulasse. J’ai voulu me faire une amie. Une fille que j’admire et que j’ai rencontré une fois. Pas plus. Elle n’a plus répondu à mes messages.

Je n’ai envisagé pourquoi qu’il y a peu.

Un jour; je me suis vue, mon blog, mes milliers de visiteurs et moi.
C’était pas beau à voir.
J’ai compris pourquoi je m’enlisais professionnellement, personnellement et moralement : hypocrite.
J’ai vu tout le mal que j’avais fait à la plupart de mes proches. J’étais soudain ce que je déteste le plus: malveillante. J’ai eu honte de moi et j’ai arrêté d’écrire. J’ai arrêté de relativiser mon quotidien.
Une dépression nerveuse grosse comme la lune.
J’ai compris que je ne savais rien de moi-même, alors des autres…

J’ai attendu et attendu qu’il n’y ait plus que des bots dans mes stats et des requêtes Google relatives à se la prendre dans le cul avant d’avoir le courage d’écrire ceci et que ça reste intime, lu par les gens concernés, mes proches.

Ne craignez rien, je n’ai rien gagné sur vous qu’une sacrée leçon.

Et pour celle-ci, pardon et merci.

Le Noir et Le Marron

photo(37)

Il est minuit. Hier, aujourd’hui, je suis pleine de fiel ; après avoir manifesté un franc ras-le-bol vis-à-vis de la Marche Républicaine sur mon mur facebook tout en pestant contre tous ces épileptiques du selfie, tout sourire, comme s’il relevait de la bravoure d’être là, s’appropriant ces morts pour conserver le droit de dire ses petites conneries personnelles tout en y accolant sa tronche satisfaite. D’accord.

Ça doit être vrai, je suis pleine de fiel. C’est en lisant l’interview de Luz sur le site des Inrocks que j’ai pris la décision de ne pas marcher. J’avais moi-même retweeté un dessin représentant les morts de Charlie devant Saint-Pierre ou je sais plus quel chrétien de merde, quelle connerie.

C’est après avoir suivi en direct, pour la première fois – moi qui ne me tiens JAMAIS au courant de l’actu, je peux pas regarder un journal télé sans me mettre à hyper-ventiler comme une truie, je filtre les choses comme ça depuis… Putain je sais plus – bref après avoir suivi sur Twitter la journée du sept janvier dernier, après avoir vu malgré moi la vidéo du keuf qui supplie « C’est bon, chef » avant de se la prendre dans la tronche. Après tout ça, Vincennes. Les 2000 morts du Nigeria, effacés par l’ampleur de la tuerie de Charlie Hebdo. Effacés par la bouche anale de Marine Le Pen. C’était trop. Beaucoup trop de tout, dans tous les sens.

Tous, droite gauche cul con, réunis sous l’étendard sanglant de la Liberté.

What the fuck?

Sonnée de constater une telle mobilisation pour défendre la Liberté d’Expression quand je me souviens ne serait-ce que de la non-intervention générale en RDC, et ailleurs, là où il n’est pas question de mourir pour avoir dessiné mais de servir d’arme de guerre pour avoir le malheur de naître femme, alors l’ouvrir?

Moi, je pensais qu’en France, question liberté d’expression, on était plutôt pas mal. Et l’attaque d’un journal dans notre pays, si elle est inadmissible, à mes yeux ne saurait ébranler cet acquis fondamental.

Quelque chose cloche sans que j’arrive à mettre le doigt dessus. Pourquoi exactement ce ralliement unilatéral ?

Elle n’avait plus de sens concret pour moi, cette marche, à force de prendre tant de directions différentes: lutte contre le terrorisme, contre le racisme, contre l’obscurantisme, à qui défendant un acquis à l’Ère où on twitte sa moindre envie de pisser, un pays dans lequel un nombre incalculable de conneries sont dites et dans ce grouillot je place les miennes, lisibles, incontournables, à qui de souiller la rue pour promouvoir la peine de mort. Brochette de chefs d’états aussi dépareillés que le noir et le marron, 1/100 000 ça fonctionne. Aucune envie d’être là-bas.

Je n’étais pas à Paris hier. Je n’ai pas vécu l’émulation, les élans de solidarité, les belles choses qui se sont produites. J’ai vu des photos de la foule sur Twitter, des photos magnifiques et puis beaucoup, beaucoup de selfies, de gens souriants à pleines dents, pétés de fierté. Pour quoi au juste?

Je sais pas, comme je te disais, j’étais pas là.
Il est dix heures.

Hier soir j’ai partagé cet article sur facebook, s’ensuivirent une rafale de commentaires indignés. Comment, nous sommes cons d’avoir marché ?
Absolument pas, mais tu peux aussi être triste chez toi.
J’ai écrit avoir trouvé cette marche d’une vacuité solide, j’ai récolté des tartes dans la gueule.
Une relation de travail, en MP, m’a demandé en quoi je me sentais concernée par tout ça, m’a dit que j’étais pleine de fiel. C’était vrai, mais comment ne pas l’être ?
Et comme une conne, comme la bonne grosse conne que je suis qui ne veux pas qu’on la déteste, qu’on la méprise, qui veut être aimée, juste ça : j’ai supprimé toutes les publications relatives à ces derniers jours de mon mur. Et comme ça ne suffisait pas à mes yeux, j’ai passé 45 minutes à supprimer mon compte facebook parce que c’est le temps que ça prend pour trouver ce putain de lien microscopique. De l’auto-censure de la plus belle beauté. Au temps pour la Liberté d’Expression.
Quelle conne.
Non mais vraiment quelle conne.
Pardonnez-moi de ne pas vous applaudir. De n’applaudir personne en réalité. D’être triste comme vous, pas de la même façon.
Nous sommes un VRAI pays de cons et à ceux qui m’ont fait me sentir si mal, je réponds ce que le français dit le mieux : allez tous vous faire foutre.

01-07

image

Attentat est le mot qui se lit partout depuis midi, heure à laquelle nous apprenons l’innommable et que défilent les noms des martyrs de la scribouille irrévérencieuse. Les noms défilent et c’est l’horreur absolue. Les infos défilent et l’horreur grandit, palpable, elle envahit la pièce et festoie de son oxygène.

« Je préfère mourir debout que vivre assis » disait Charb

Dernier dessin de Charb, pour le numéro de cette semaine.

Dernier dessin de Charb, pour le numéro de cette semaine.

S’il y avait un prophète, vous l’avez tué, bande de cons.

Si je peux formuler un voeu, un seul, c’est que soient vite remplacés et jamais oubliés ceux que nous perdons aujourd’hui. Que de ces assassinats naissent de nouveaux héros.

Pour que la peur recule, nue de mocheté, sous la lumière crue de nos esprits.

Je formule le vœu que la Vérité éclaire le Monde.

Finies au Pipi

1234414_10153273887540484_1542014510_n

Comme tu peux le constater, j’ai pas grand chose à raconter ces derniers temps étant trop ego-centrée pour parler d’autre chose que de moi-même, j’ai plongé dans un bain de silence – enfin non c’est pas vrai, si tu m’écoutes geindre, j’ai toujours des trucs à raconter, seulement as-tu réellement envie de lire que je conchie ma vie devenue sombre et amère et pleine de regrets poisses? Je ne peux pas écrire ça. Non. Chacun sa merde, après tout – parfois tu fermes ta gueule et c’est très bien pour tout le monde. Enfin tout le monde… Moi j’ai vachement souffert de ce coupage de chique.

Pour te dire la vérité anyway je pouvais pas écrire parce que formuler une pensée autre que suicidaire pour la coucher en .odt ne donnait vraiment rien de bon et même M6 ne voulait pas de ça, pour te dire… Ça m’a rendue fumasse et encore un peu plus suicidaire mais le bon côté des choses: c’est que je te l’ai épargné. Un genre de geste citoyen de bon aloi…

You are very welcome.

Tu peux pas passer ta vie à raconter que t’aimes pas ta vie, ça aussi c’est complètement con. Si ça va pas, tu changes de vie. Plan B: tu fermes ta gueule.
Voilà à peu de choses près pourquoi j’ai arrêté d’écrire.

Pourquoi tu recommences, demanderas-tu si tu lis toujours et je te remercie de me poser la question.
Parce que je m’ennuie, je m’ennuie, je m’ennuie profondément. Et puis tu me manques solide.

Et aussi j’ai une question.

Étant d’un masochisme assumé, j’en veux pour preuve l’introduction sus rédigée, je ne pouvais pas rester longtemps sans avoir près de moi un petit être indépendant m’apportant la certitude qu’il ne m’aimera jamais autant que je l’aime…
Là où la maternité a échoué, j’ai re-pris un chat.

Je l’ai adoptée sur Facebook vu que tu peux maintenant tout y faire sauf te marrer. Une amie blogueuse reconvertie en Brigitte Bardot l’avait accueillie ses frères et elle et comme ça n’arrive que trop peu en cas d’adoption, je me suis écriée : JE VEUX LA NOIRE, JE VEUX LA NOIRE, JE VEUX LA TOUTE NOIRE.

Un mois plus tard, je prenais 24h de congé exceptionnel pour aller la chercher chez ma pote en Bretagne. 24H de congé, c’était pas arrivé depuis la RDR #2013 alors je te raconte pas l’excitation.

Pour respecter son anonymat, nous l’appellerons Fauskouch. On s’est tout de suite bien entendues, Fauskouch et moi, des points communs à plus savoir qu’en foutre, tiens la captivité par exemple. Elle comblait mes besoins affectifs, je comblais ses besoins en kwiskas. Je l’ai même dressée à l’attaque avant de me rendre compte que j’avais vraiment que des idées à la con et que la maîtresse de Culculine ne me soupçonne d’automutilation. Enfin, un être à insulter à loisir, à susurrer de doux « connasse » à l’oreille pendant qu’elle me déchiquette le bras. Bref, j’aime mon chat. Avec ses qualités : championne ès galipettes avant, nurse attentive au bien-être des enfants et ce même si c’est loin d’être réciproque, douce et belle, comme sa maîtresse. Et je l’aime aussi pour ses défaut : comme son haleine de pigeon, sa façon maladive de me foutre son trou du cul sous le nez à la moindre occasion et surtout son agilité… comment dire sans être vexante… leste as un baobab. Là aussi, un peu comme sa maîtresse.

Fauskouch, ça sort pas de la cuisse de Jupiter et ça sent pas la patte sûre, ça sent l’usine russe.

Souvent, je la regarde se casser la gueule ou s’exploser le crâne en loupant la table basse, je me demande qui sont ses ancêtres et comment ils ont survécu pour que ses gènes arrivent sur mon canapé en velours.

Ma nouvelle amie chat est donc une source de perpétuels questionnements, un peu comme mes enfants encore une fois mais les angoisses en moins et les insultes en plus.

Et celle qui me fait toucher le clavier ce soir n’a pas trouvé de réponse. Ma précédente amie chat bouffait mes mégots de clopes, j’ai ainsi appris que les chats sont les pires drogués de la Terre, celle-ci a une passion pour mon urine. Mais je ne sais pas pourquoi.

Elle me suit aux chiottes. Tous les chats font ça, tu vas me dire.

Non.  Tous les chats ne posent pas systématiment leur pastille au sol dès que leur maîtresse pose culotte et quand ça arrive, tu sens en général un vague mépris dans le regard de l’animal, pas une paire d’yeux trempée d’amour et de fierté. Avec Fauskouch – quand j’urine – on dirait que je guéris le cancer. Avoue que ça perturbe.

Ferme la porte, tu vas me dire.

Là, elle se met à pousser des « Miiiiiii… » de plus en plus désespérés.

Tu t’en fous, tu vas me dire.

Là, elle ouvre la porte. Elle est peut-être un peu biglouche mais elle n’est pas non plus complètement abrutie. Enfin.

Enferme-toi, tu vas me dire.

Je peux pas mon verrou est vicieux, 9/10 j’arrive plus à sortir.

J’ai demandé à Google Pourquoi mon chat me regarde uriner mais il a pas su me dire.

Permets-moi d’émettre quelques hypothèses… ou mieux, donne-moi la réponse.

Maybe c’est une carence, mais en quoi? En sulfates?

Maybe elle cherche à comprendre ce que je fais là mais ça invaliderait l’hypothèse selon laquelle ce chat n’est pas débile.

Maybe c’est sa façon à elle de me montrer que je suis chef.

Maybe cette grosse dégueu aime mon urine.

Dans la nuit, comme tous les quart d’heure, ma vessie se rappelle à mon bon souvenir et je crois avoir été suffisamment rapide et prévoyante pour avoir le temps de m’enfermer aux chiottes avec un cruciforme et une pince plate.

En me retournant, j’ai vu Fauskouch, 6 mois dans sept jours, posée sur la chasse d’eau. J’ai pissé en l’injuriant et après m’être levée, c’est là qu’elle a fait un truc incroyable, c’est là qu’elle a fait cette chose incompréhensible: Fauskouch a plongé dans les gogues.

Pas le temps de m’écrier « AAAAH GROSSE DEGUEU » que paniquée, elle me saute dans les bras avant d’attaquer l’ascension de mon crâne. Je peux pas crier parce que si j’ouvre la bouche, je bois littéralement ma pisse.

Alors je tambourine à la porte des chiottes jusqu’à ce que Pute m’explique comment démonter le verrou.

VF: Je vais vomir, dégueu-dégueu-dégueu-DEGUEU.
Pute: Qu’est-ce qui se passe?
VF: Saloperie de chat, elle a plongé dans les TWALAYTES.
Pute: T’as du PQ sur l’épaule…
VF: Bleuargh…

Des quelques hypothèses et aventures ici relatées: je retiens plusieurs choses.

Le ridicule ne tue pas.
La loose reste mon matériel de prédilection et je me sens prête à embrasser cette condition.
L’urine tache.
Tu m’as manqué(e).

Nick Cave et le pied bot.

20120810_patrick-watson_route-du-rock_07

Si tu veux faire un bon festival – selon moi et partant du postulat que tu veux mon avis – il faut 4 éléments : ton/ta meilleur(e) ami(e), des vêtements et chaussures appropriés, à boire et puis accessoirement ton idole en tête d’affiche pour motiver le fait de te taper 800 bornes pour 1h10 de transe. C’est le cinquième élément.

Jeudi soir, vers dix-huit heures, j’étais à Saint-Malo à attendre l’ouverture de l’édition 2013 de la Route du Rock sous un soleil de plomb, constatant avec un effroi non dissimulé que mes Doc sandales jaunes une demi-taille trop petites, c’était quand même tout sauf un choix avisé en matière de grolles.

Jeudi soir, vers dix-huit heures, j’étais en train de pester, comme la plupart du temps.

D’abord because comme précédemment suggéré, j’avais déjà une ampoule de TARBA sur le talon droit et ensuite parce qu’Aurélie et moi sommes visiblement les seules à être passées à côté des gars du Mouv’ sans les voir, attendu que nous sommes noyées sous une marée de paires de lunettes de soleil aux couleurs de la station de radio. Tertio à cause de la jeune fille devant moi, qui croit que Le Vent Nous Portera est un grand tube d’Indochine. Son père la corrige avec un embarras manifeste, son grand frère émet un petit rire méprisant, tout va bien. Si ce n’est cette putain d’ampoule qui a fait fondre mon dernier pansement en 4,28 minutes et qui me donne désormais la démarche de Forest Gump petit, on passe un bon moment.

Ça doit faire maintenant une bonne grosse demi heure qu’on attend en rangs soudés, ils ouvrent enfin et on découvre les deux scènes et les fosses, vides comme des mâchoires gloutonnes. Les gens prennent des jetons et s’agglutinent déjà en files indiennes, ambiance à boire, vite et qu’on tombe au néant, de part la loi humaine.

Le soleil tape une dernière fois avant que l’alcool prenne la relève.

Avec ma pote, on avise des chaises-longues et on squatte là tout le temps que la décence et notre capacité à faire abstraction de la nana derrière nous qui hurle des « ALLEZ-Y LES FILLES !!!» à qui veut gagner un jean nous le permettent. On est là que pour une seule raison, d’ailleurs c’est ce qu’on dit aux deux nanas de la télé locale qui nous demandent quels groupes nous sommes venues écouter ; on a aucune idée de la programmation, on vient voir Nick Cave and The Bad Seeds.

On se dit qu’il faudrait mettre la main sur un programme, sauf qu’on est pas foutues d’en dégoter un.

Sur scène, plus tard, c’est au tour des Local Natives. Je suis pas sûre d’aimer avant la deuxième demie heure de set mais le fait est qu’ils chauffent les jambes et que la soirée commence à ressembler à un avion qui décolle. J’avance la théorie du crucial du t-shirt en festival à mon amie qui semble dubitative et qui comprend pas vraiment où je veux en venir ; on mate les hommes, on mate les t-shirts, on mate tout le monde et puis on finit par établir la règle de ne plus mater que les hommes en t-shirts.

« Are you excited for Nick Cave ? » demande Taylor Rice avant d’entamer l’avant-dernier morceau, juste le temps de pisser clopin-clopant et de se rendre compte que le body dans ces cas-là, c’est la deuxième fausse bonne idée de la soirée.

Je sais ce que tu vas dire, « On pourrait penser le contraire », c’est exactement ce que j’ai pensé en le mettant, malheureusement j’ai pas eu le plaisir de profiter des avantages de l’ouverture rapide.

Faut dire aussi que je comptais sur Nick Cave.

tumblr_mqrk8iSnWG1rcor53o1_500

En parlant de lui, c’est l’heure de profiter du changement de plateau pour fendre la foule direction le ras de la scène. Après des pieds et des mains, on se hisse au troisième rang, l’attente est interminable. Une toile granit, un piano, une tasse, des aller-retour, je constate qu’il est fort probable que je m’évanouisse avant d’en voir plus. J’en fais part à ma best qui me prévient avec toute la douceur d’une amie de lycée que j’ai plutôt pas intérêt à lui niquer le concert. Après, je crois voir Warren Ellis environ deux cent mille fois avant qu’il n’arrive vraiment et que retentissent les premiers accords de We No Who U R et que le chanteur surgisse, la foule frémissante. Ses yeux hallucinés se posent sur nous en disques azurs et obstinément perçants, Nick Cave est à trois têtes de moi.  Ce sont des vagues qui s’élèvent au son de cette voix prédicatrice et de sa main qui ne cesse de se tendre vers la foule, sa main qui reste inaccessible malgré mes bonds de marsupiale en chaleur. Toutes les femmes du public maudissent la punk assise sur les épaules de son mec, qui se met à danser avec la main du chanteur. Je veux Dig Lazarus Dig et puis c’est Tupelo et bientôt je ne veux plus rien du tout parce que mes pieds ne me font plus mal et qu’ils martèlent le sol dont la poussière commence à monter de toutes parts. Warren Ellis saute comme un putain de diablotin.  Nick Cave revient incessamment vers la foule, d’un côté et de l’autre de la scène. L’ambiance se tend peu à peu par la viande saoule qui ne tarde pas à se foutre sur la gueule avant Love Letter et Higgs Boson Blues.

Quand le concert s’est achevé sur Push the Sky Away tiré à l’envi, j’avais déjà refendu la cohue en sens inverse et je regardais un écran vautrée dans l’herbe.

Je saurais pas te dire si Nick Cave a fait un bon concert, je saurais juste te dire que je suis couverte de bleus et que je peux plus marcher.

Presque exactement comme j’en avais rêvé.

Bientôt dans Tellement Vrai.

Bonjour tout le monde,

Cette entrée en matière n’est bien sûr pas à prendre au pied de la lettre, même si ça fait un bail que je ne t’ai pas écrit et que je ne me suis pas plainte de quelque chose, il reste toujours un bon nombre de personnes que j’envoie bien cordialement se faire foutre et à qui je ne souhaite pas spécialement moins en ce jour qu’une météorite sur le coin de la gueule.

Ça c’était pour le cas où tu demanderais si j’avais changé, dans le fond.

photo

Bon, ça fait combien de temps, là ? La dernière fois je crois que je te parlais d’un débile, ça doit bien faire deux mois.

Pendant que je suis en train de rassembler la somme de tout ce qu’il s’est passé depuis l’histoire du petit débile Gonzales – l’exposition Game of Thrones d’Amsterdam, la saison 3 de Game of Thrones, le gode trop gros El Bally Matador que j’ai mis 256 kg-calories rien qu’à sortir de ma boîte aux lettres, le vœu de chasteté prononcé suite à 18 années de bons et loyaux services en matière de trois-pièces* et aussi il est vrai, suite à l’essai de l’engin susmentionné – je me dis que chaque évènement aurait mérité un billet à part entière.

Le seul problème, c’est que je les ai pas écrits. Vu que je blogue plus trop.

C’est comme la littérature et mon désir d’y apporter contribution, finalement. On peut dire que j’ai renoncé à écrire un roman. Et si, par le plus grand des hasards, je n’étais pas auteur ? C’est la question que je me pose, vu que je suis pas foutue de finir une histoire.

Et est-ce qu’elle a réellement besoin de nombrilisme et de nouvelles fautes d’accord, la littérature ?
Je ne crois pas.

photo(1)

Le sexe et l’ambition, j’ai fait une croix dessus parce que c’est hyper dangereux quand t’as le cœur tendre; tu peux finir par avoir des enfants et sombrer dans la cocaïne, ça rapporte que des emmerdes alors petit à petit, lessives de linge après lessive de murs, joint après plinthe, les questions que je me posais rapport à mes velléités littéraires trouvèrent leur réponse.

En temps normal, mon appart sent le furet et il fut une époque pas si lointaine où je faisais pousser des vers dans mon bac-à-légumes et c’est arrivé sans crier gare. Je m’installais à mon bureau, avec son bon gros tas de merde dessus, celui où t’as que le clavier qui dépasse, on oublie la souris, on l’a pas revue depuis le mois de janvier. Et là où d’ordinaire je me mettais à écrire en ignorant l’insalubrité de la pièce, j’ai commencé à me dire qu’à la place, je ferais mieux de faire une lessive pour les gosses et de nettoyer cette saloperie de cuisine.

Alors au lieu d’écrire, je me suis mise à faire le ménage, partout sauf sur ce bureau qui ne m’apportait plus qu’une amertume amère. J’ai trié les playmobils, les duplos des legos et des petits cailloux. J’ai relavé l’intégralité du textile de l’intégralité de mon foutu appartement, aspiré les sols jusqu’à ce qu’il ne reste plus aucune poussières.

El Bally Matador et l’abstinence ?
J’astique le fridge, ça se voit pas ?

Amsterdam ?
No way, je repasse les bodies de Grumeau.

Game of Thrones ?
J’peux pas, je dois soulever les meubles pour voir si il y aurait pas des squames à ramasser.

PASSION  MENAGE, qu’on m’appelle.

Ce matin, je lisais Titiou Lecoq aux toilettes. J’avais repéré son dernier article sur Facebook et je sais pas toi mais vu que je ne supporte pas de rien avoir à lire dans ces moments-là, je l’avais comme qui dirait gardé sous le coude.

Ok SUE ME. Que celui ou celle qui n’a jamais fait ça me jette la première pierre. Il parait qu’aux chiottes, la nécessité de se « défaire » d’une partie de soi-même est très couramment associée au besoin d’ « absorber » quelque chose en échange.

Alors t’en as qui s’énervent avec leur unique jeu sur portable et qui assènent des « LA PUTAIN DE SA RACE DE MERDE », comme Pute ; t’en as qui chantent « Z’entends, z’entends, Z’EN-TENDS LA PIE QUI SAN-TEUH » comme Culculine et Grumeau ; moi je lis et je ferme ma gueule, comme la plupart des gens normaux.

Maintenant, j’imagine qu’il y a des gens qui doivent manger aux toilettes et je me dis qu’il faudrait peut-être leur venir en aide.

Tout ça pour dire que je tiens Titiou Lecoq en haute estime et que je la lis et pas toujours aux toilettes.
Là, elle parlait serpillère et vie d’artiste alors j’étais suspendue à mon iPad.

A la fin du billet, j’ai constaté deux choses : j’avais envie énormous de récurer son appartement, le mien étant trop propre pour pouvoir vraiment m’éclater avec la javel. Et deux, j’avais envie d’écrire un billet.

Un billet qui dirait par exemple: celui qui a dit que l’argent ne faisait pas le bonheur était complètement con. C’est pas énorme ce que m’a légué mon grand-père mais je me sens quand même vachement mieux en ayant acheté des fringues et des livres à mes enfants, des suspensions en forme de nuage pour le couloir de leurs chambres, en faisant un mois de cadeaux Game of Thrones à ma sœur et en m’achetant du Tumult, la nouvelle boisson Coca-Cola qu’est proprement imbuvable mais seulement les deux premières minutes et surtout, un nouvel ordinateur.

Vierge. Sans mes lettres, mes textes, mes billets de blogs et mes avortons de romans.

photo(2)

J’ai briqué mon bureau, je l’ai mis au monde comme une grande, j’ai pris connaissance des conditions d’utilisations de Windows 8 aka Oh-my-God-it’s-Teletubbies-all-over-again, téléchargé la version d’essai de Microsoft Office et ouvert Word.

Et c’est comme ça qu’on tourne des pages, faut croire.

Voilà pour les nouvelles, sinon, je pars une semaine dans une bergerie en Ardèche. Merci Papy.
Et vous, ça va ?

* Quand j’ai eu 27 ans, je me suis rendue compte que j’avais passé un cap, appelons-le Horny : j’avais passé plus de la moitié de ma vie dépucelée et j’ai eu comme un regret. Ça n’a rien à voir avec ce que je disais mais je tenais à ce que ça soit dit quelque part.

La page blanche, les débiles et le millionnaire.

544553_559550754090228_53777444_n

Voilà, j’ai pas écrit depuis longtemps et du coup je me sens un peu maladroite des idées. Comme du genre à écrire des bullshits plus grosses que moi mais ça, c’est parce que j’ai vécu la VRAIE page blanche, celle qui s’assied chaque matin en même temps que toi au bureau. Et rien n’y faisait, malgré mon acharnement, aucune phrase formulée n’échappait à la touche DEL. Cinquante-huit jours sans écrire malgré des trucs un tantinet hallucinants comme mon week-end dans un petit gîte sympa à deux pas d’Outreau dont je suis revenue partiellement maniaque du ménage.
Ma psy me dit que ce blocage a sans doute un rapport avec le fait d’avoir passé les deux dernières années à pleurer sur mon trou du cul et les deux derniers mois à agoniser devant des séries télé.

– Pensez-y pour la prochaine séance, hein, c’est important. Mais c’est bien, vous avez pris conscience de votre compulsion de répétition, c’est vachement bien ! C’EST UNE BONNE FILLE ça c’est du bon miam-miam.
– Qu’est-ce qui vous prend, d’un coup, de me parler comme à une débile ?
– C’est pas vous qui disiez ça, du bon miam-miam?
– Non.
– Ah mais oui, je me suis gourée de fiche. Au temps pour moi.
– Dites, la dernière fois qu’on s’est vues y’a deux ans, vous étiez pas psychothérapeute?
– C’est exact.
– Et là donc, le fantôme de Freud vous est passé dessus et pouf-pouf psychanalyste?
– Haha. Non, il fallait avoir cinq ans de pratique pour pouvoir écrire psychothérapeute sur sa plaque. Et je les avais pas. Et je suis jungienne, je précise.
– Ça craint…
– Bof de toutes façons, c’est un terme qui faisait un peu peur. N’importe qui pouvait se dire psychothérapeute, en réalité.
– Mais justement je voulais faire une thérapie, moi, pas une analyse. J’assumerai pas d’avoir une analyste, non, hin hin, no possible.
– Vous connaissez la différence ?
– Non mais je suis sûre qu’il y en a une et que je vais la trouver sur Wikipedia.
– Voilà bah cherchez pour la prochaine fois. Ça et la compulsion de répétition, faut VRAIMENT y réfléchir.
– D’ac. Au fait, c’est délicat, vous me faites toujours -50 % ?
– Ben ouais.
– Cool, merci.
– Ouais je sais.

La page blanche donc, terrible, terrible putain de page blanche. C’est là que j’ai pris la pleine conscience du crucial de l’écriture pour canaliser mes émotions, qui s’accumulaient en toxines, en vrai poison. Deux mois passés la bouche ouverte devant The Walking Dead [attention spoil] à répéter en boucle « look pretty much dead already » avec la voix de Shane, ce touchant psychopathe misogyne qui a TOUJOURS le mauvais rôle mais qui n’a pas peur de prendre des décisions difficiles, qui vit de gros dilemmes comme oui ou non trucider son meilleur ami Rick avec what the fuck lui tombe sous la main car  pendant que Rick était dans le coma, Shane a quand même vachement sympathisé avec la femme de Rick, vu que c’est comme qui dirait passé crème avec le vagin de la sus nommée,  fin du Monde, J+3.

Deux mois.
Pendant ce temps tu pouvais crever, j’en avais strictement rien à foutre. (Toutes mes pensées vont à cet instant précis aux familles de Gérald Babin, de Thierry Costa… et de Moundir, de façon générale)

Si j’étais half full glass kind of girl je te dirais que ce marasme moral a eu l’heur de resserrer les liens avec ma belle-mère mais je vais me contenter de te dire qu’on s’est vues souvent. Ma belle-mère adore les faits-divers et les gens qui ne vont pas bien lui inspirent toujours une compassion d’apprentie Soeur Emmanuelle, du coup, le seul moment de l’année où elle arrive à me blairer, c’est quand je suis dépressive et prostrée au dernier degré.

Anybref elle vient souvent s’assurer que je vais bien, comme tout-à-l’heure, à l’improviste. Et accompagnée. Si j’ouvre pas la porte dans les trois secondes qui suivent, elle a convenu d’appeler les pompiers.

– T’en as mis, un temps, bordel !
– Kikou, ça va bien? C’est moi ou il est nouveau, ce débile ?
– Ouais, bien observé. Je te présente Gonzales, t’inquiète pas il a le niveau grande section de maternelle.

– HEIN?

– Les enfants, venez dire bonjour à Gonzales.
– Sans déconner? Gonzales, c’est son prénom?
– Bah c’est pas moi qui choisis.
– Ses parents non plus, à ce stade.
– Tu veux que je te prenne les enfants cet après-midi ?
– Ah oui, volontiers, merci. Café?
– Ouais.
– Et Gonzales, qu’est-ce qu’il a?
– Bercé trop près du mur. Bébé secoué, père alcoolique, comme d’hab´. Cas facile. Tu croiras jamais ce que je viens d’apprendre. J’ai vu ma copine, là, celle qu’est foyer d’accueil aussi, 80 piges la pauvre…
– Les mômes ? Allez dans vos chambres, Mamie va raconter des horreurs.
– Oh, l’aut´tout de suite…
– HUM.
– Non mais Maman a raison, allez dans la chambre quand même.
– Ah.
– Et ben elle avait adopté une gamine de seize ans dont elle s’occupait. J’y avais dit que c’était une connerie de conne de faire entrer une gamine de 16 ans sous le toit de son mari; tu donnes une poule à un renard, OBLIGÉ, il lui bouffe la chatte. Bah EXACTEMENT COMME JE L’AVAIS PRÉDIS, la fille, elle s’est barrée avec son mari.
– Comme ce fils de pute de Woody Allen…
– Ouais et donc je la croise en réunion et j’y demande comment vont les  jumelles de sa fille adoptive et de son ex-mari.
– Normal. Vous vivez dans Festen. C’est absolument normal jusqu’ici.
– Et là, elle me dit qu’elles sont mortes à trois mois tellement leur mère les a secouées… Tu rends compte?
– …
– C’est triste, hein? Dis, t’as repensé à mon idée d’écrivain publique pour écrire les mémoires des vieux?
– Quoi?!? Non! Mais j’y crois pas, comment des histoires pareilles peuvent arriver à vos collègues?!? Elle est où, cette fille, en taule? C’est des conneries, c’est pas possible.
– Même pas, personne n’en veut, ya pas les structures pour accueillir les gens comme ça alors leurs bébés? Ils font passer ça pour une mort subite et ils font pas d’autopsie. Il travaille où aujourd’hui, ton Jules?
– N’importe quoi… Il est avec Moktar à Verneuil.
– Lui aussi il a des enfants handicapés…
– Je sais.
– Et il dépense tout son argent dans les jeux de grattage.
– Je sais.
– Et il engraine ton Jules en plus, j’aime pas ça…
– Il a trente-quatre ans, votre fils… je crois qu’il peut gérer trois Solitaire et cinq Banco.
– Quand sa femme elle était enceinte la dernière fois, elle lui a demandé si ils devaient le garder, il a dit « Je m’en fous ». Du coup, elle l’a gardé, BAM, châtiment, deuxième handicapé.
– Merci. Vous venez me de remonter le moral.
– Et lui, il continue de gratter et de foutre toute sa thune là-dedans au lieu d’aider sa famille. À gratter. Comme un con.
– Dites qu’il est turc au lieu de mitonner les faits à votre sauce, on économisera vingt minutes de débat pour moi et un grand moment de solitude pour vous.

Vingt minutes et un grand moment de solitude plus tard,  ma belle-mère était partie et je me retrouvais seule, en tête à tête avec toutes les horreurs que je venais d’entendre.

En panne de rêve, j’ai choisi de dormir jusqu’à ce que Pute rentre et dise un truc vraiment pas banal:

– Je peux aller sur Internet ?
– WHAT ?
– Ouais, je dois vérifier un truc.
– Tu vas jamais sur Internet, tu connais même pas Youporn.
– T’occupes-toi de tes oignons et fais-moi pas foutre.
– Qu’est-ce qui se passe, putain? Tu me fais peur quand tu jures comme ta mère.
– J’ai eu les trois bourses.
– Putain les enfants, Papa fait un AVC. Les trois bourses? De quoi tu parles?
– Ouais les trois télés putain, LES TROIS TÉLÉS, LE MILLIONNAIRE.
– SHUT THE FUCK UP ?!?
– Look.
– Oh sa mère la catin cloutée.
– Calme-toi, putain, tout le monde SE CALME. Les gains c’est toujours 100€, jamais 1 000 000€.
– Ouais t’as raison.
– Moktar, il en a déjà eu trois fois en une journée et je le paie toujours beaucoup plus que je le devrais.
– Ouais, ouais. Qu’est-ce que tu branles, malheureux? MAIS NON LE CAPCHA C’EST MAJUSCULE ET MINUSCULE, BORDEL, LAISSE-MOI FAIRE.
– Oh, ta gueule.
– Prêt?
– Prêt.
– Ça marche pas, C’EST QUOI CETTE CONNERIE?

On a essayé douze fois en maudissant la majorité de nos aïeux respectifs et chaque fois, le site annonçait une erreur de saisie parfaitement imaginaire. On verra ça demain, il a dit, parie combien que le buraliste a pas encore validé le carnet.

Comme quoi je disais quand même quelques pelletées de conneries sur la mort des rêves vu ma promptitude à m’enflammer sur ce ticket, mais en vérité ça m’a débloquée de les dire.

À croire que c’est con comme ça dans la tête des filles qui rêvent plus et qui n’écrivent pas.

Trente ans

 

photo(42)

Si tu m’avais demandé, petite, comment je m’imaginais à l’âge de trente ans, je t’aurais dit que je me voyais sans enfants, blonde aux cheveux longs au volant d’une BMW décapotable rouge. Je m’en souviens très bien parce que j’avais fait part de cette vision à la première femme de mon père qui m’avait répondu sans ambages que la BMW rouge, c’était l’achèvement de la vulgarité. Les enfants ont des goûts de chiotte.
J’ai pas voulu la contredire parce que cette femme était l’heureuse propriétaire d’un caniche et qu’à dix ans, je savais déjà que c’était pas la peine d’essayer d’argumenter avec ces gens-là.

Bref, si j’avais su.

J’ai continué très tard à croire que je serais riche un jour, vraiment tard, jusqu’en 2012 pour tout te dire et ça je pense que c’est assez universel chez les enfants, j’veux dire en plus des goûts de chiotte, la conviction qu’adultes on sera tous riches comme des princes. C’est vrai, j’imagine mal prendre un môme entre quatre yeux pour lui demander ce qu’il veut faire plus tard et l’entendre dire « Moi quand je serai grand je serai dans-la-merde ! ».

Un enfant, c’est super optimiste. Le regard neuf, la tête et le cœur qu’ont pas encore beaucoup servi. L’enfant c’est le premier humaniste, c’est l’épicurien de compétition. Regarde Grumeau qui a perdu sa première dent de lait, quand je lui ai raconté que la petite souris viendrait lui poser une pièce sous son oreiller, bon, il a hurlé de joie et il a demandé combien direct :

          Ben je sais pas, tu sais, j’ai plus en tête les tarifs. J’ai perdu les miennes y’a trop longtemps et en plus, c’était même pas la même monnaie. Je pense que tu peux tabler sur un euro sûr, deux peut-être si Papa peut lui faire de la monnaie.

          Non moi je pense qu’elle va me donner une pièce de huit.

          Ça n’existe pas, Grum…

          SI.

Optimiste, visionnaire et extrêmement sûr de lui. Limite extra-lucide. Quand je demande à mon fils ce qu’il veut faire plus tard, il répond :

          Je sais pas encore, en fait.

          T’as tout le temps de trouver.

          Par contre je sais que c’est Papa qui gardera mes enfants quand j’irai au travail.

          Ça c’est certain, mon chaton, parce que no fucking way ce sera moi.

Mais je reviens à cette blonde aux cheveux longs sans enfant qui conduit l’achèvement de la vulgarité et conséquemment friquée que j’imaginais devenir, petite, versus la réalité : cette bonne blague. Même si j’ai des cheveux blancs, même si j’ai deux enfants mais pas de permis de conduire, même si effectivement le coupé BMW rouge ne serait plus mon choix de prédilection et même si je n’ai pas d’emploi stable, je croyais encore qu’un jour, je serais loin des ennuis.

J’ai sans doute eu tort de vivre ma vie tel que je l’entendais sans me soucier d’un avenir professionnel concret, je me suis trompée en arrêtant mes études, juste pour vivre, à la place.  

Aujourd’hui j’ai 31 ans et je suis devenue l’exacte idée de ce que je me faisais de l’âge adulte, petite. Quelqu’un qui ne rêve plus. Et du coup, j’ai aucune idée de ce que je dois dire à mes enfants.

« Tout ira bien » ?

 

Saint-Jourdain et Manchette Batave.

photo(51)

Au lendemain de l’adoption du Mariage pour tous et à l’aube de cette saloperie de Saint-Valentin, je me mets à penser à mon couple, au mariage et à ce qu’il représente pour moi et pour Pute, qui te dirait si c’était lui qui tenait le clavier un truc du genre : « c’est très bien d’avoir le droit mais ça doit en AUCUN CAS signifier faire l’erreur. Personne t’interdit de mettre fin à tes jours, c’est pas pour autant complètement con de le faire. »

EN GROS.

L’avis de mon mec sur le sujet.

Pourtant, je pensais qu’on allait se marier, pendant un moment.

Par exemple, un jour, on a eu le malheur de passer devant une joaillerie en liquidation totale.
C’était deux jours avant que je mette bas à Culculine et moi d’aviser dans la seconde une bagouze toute de diamants vêtue, je lui ai dit « tu te rends compte ! Tu vas économiser 600€ ! », il a dit « c’est mignon quand tu dream ALONE », j’ai insisté en me pendant à son col : « Une occasion pareille c’est un investissement sur l’avenir. Fais pas ta pute, c’est moins cher qu’une Mauboussin et de toutes façons TU M’AIMES PAS, JE SUIS GROSSE, JE SUIS CONNE, JE SUIS MOCHE, je vais les élever toute seule, toi tu peux te barrer quand tu veux, je pourrais rien faire légalement pour te pourrir la vie et je l’aurais dans le CUL alors tu achètes cette putain de bague et tu m’épouses sinon je perds les eaux et je te ponds un mort-né. »

Il a acheté la bague pour pas me contredire.

Aujourd’hui, ma petite Culculine a trois ans, elle commence à parler anglais et je ne suis toujours pas en possession de la dite-bagouze :

Pourquoi?

Parce qu’il n’a pas encore vraiment décidé à qui l’offrir.

J’ai renoncé à me marier, tu remarqueras.
Je suis pas sûre qu’il soit encore communément possible pour les gens de vivre une vie entière ensemble. Et dix ans ensemble, c’est déjà comme une vie. On peut dire que, pour des raisons ceci dit très différentes, on est plutôt ok avec le fait de pas s’impliquer d’avantage dans notre relation – deux mômes quand même – et de se laisser ainsi la liberté « d’explorer d’autres options », qui est la gentille façon de présenter les choses. La version non édulcorée parlerait de la conscience, prégnante, que rester ensemble avec les dossiers qu’on se tape c’est comme l’Euromillion, y’a pratiquement que chez les portugais qui font ça en famille que ça marche.

Aussi, pour augmenter mes chances de remporter la bague avant la possibilité qu’on arrête de s’aimer définitivement, je me suis mise à vouloir fêter des trucs de ouf comme notre anniversaire ou la Saint-Valentin. Quand je mentionne notre anniversaire, Pute me rit au nez:

– Tu veux dire ce soit disant one shot où tu m’as fait des trucs avec ton collier de perles?
– Bah ouais.
– Tu veux dire ce jour que je t’ai rappelé nos trois premières années et dont tu ne te souviendrais toujours pas aujourd’hui si t’avais pas fini par dessaouler entre-temps?
– Exactement. Celui-là même. 15 décembre 20…03? 2004! 2004?
– …
– 2003!
– Tu te fous de ma gueule?
– Mais enfin, je t’aime encore… Je veux te le montrer.
– T’auras pas la bague.
– Tu fais chier, putain!!!

Bien sûr, je m’assieds aussi souvent sur la Saint-Valentin. Parce que tu comprends, c’est une fête commerciale.

J’ai ré attaqué le sujet « fêtons l’amour qu’on se porte tant qu’il existe » parce que je lâche rarement l’affaire quand j’ai une idée en tête.

– Dis, Pute…
– No way pour la Saint-Valentin.
– Je sais, putain! J’ai trouvé un truc qu’on pourrait dignement fêter. Tenir bon. Je veux dire… on sait tous les deux que ça n’est qu’une question de temps et qu’on a pas mal de chances de finir par plus pouvoir se blairer. Alors le 13 février, on fêterait la Saint-Jourdain, c’était ça ou Béatrice. Le 13 février de chaque année, on célèbre le fait d’être encore en couple malgré la vie qu’on mène et on s ‘engage pour une nouvelle année ensemble.
– Je vois pas bien l’intérêt.
– Un genre d’assurance. Et si on avait envie de rompre en cours d’année, on ne pourrait le faire que le 14 février de l’année suivante, soit le jour idéal pour larguer quelqu’un.
– Mouais …
– Faudrait faire un truc spécial ce jour-là. Le genre de truc un peu fun qu’on ferait spécialement pour célébrer le fait de tenir bon, des trucs vrais quoi, la solidarité.
– Sexuellement tu veux dire?
– Bah ouais.
– Genre je t’…
– Keep dreamin’
– Bon bah quoi alors? Suce-et-lèche?
– Trop classique, nan. Je veux un truc engagé… Je sais pas… la manchette batave?
– What?
– Tu sais, dans ce film, Zack and Miri make a porno ?
– Il était nul, ce film.
– Il était génial, ce film.
– Non, objectivement, c’était de la merde.
– Objectivement, si y’a de la merde quelque part, c’est dans tes yeux.
– La manchette batave, donc?
– Ouais, quand le partenaire se masturbe par le fait que tu actionnes son bras, comme un piston. Tu vois? Tu ne touches pas le sexe, tu actionnes le bras qui touche le sexe. Voilà…
– Ah ouais, maintenant que tu me le dis…
– C’est un beau geste d’entraide.
– Est-ce que tu fais ça pour avoir la bague?
– Non. Si je voulais VRAIMENT la bague, je me serais barrée avec elle, sans les mômes.
– Parce que mettons que je finisse par te l’offrir, cette foutue bague…
– Ouais…
– On pourrait faire comme une carte de fidélité. je te mets un p’tit coup de tampon à chaque passage et quand t’en as dix c’est cadeau?
– Vingt ans pour des diam’s? T’es mon mec, t’es un vendeur de kebab, t’es sorti de prison y’a pas longtemps, t’es quoi au juste?
– C’est Madame extension de garantie qui me dit ça? Je suis ton mec.
– Amen.
– …
– Je savais que ça te plairait…
– La… Manchette… Batave…
– Quand je te dis que c’était génial, ce film.
– Manchette, putain.
– Bonne Saint-Jourdain.

Cette tête que je ne saurais voir.

On ne peut pas dire que je sois une férue d’Art, on ne peut pas dire que j’y connaisse quelque chose, tout juste peut-on dire que c’est l’option que j’ai choisie au lycée. Alors ok, j’avais un carton à dessin, un pass Beaubourg et un abonnement à Beaux-Arts Magazine, alors ok, j’ai peut-être gravé « Delacroix rules the world » sur la porte des chiottes mais voyons les choses en face, c’était surtout pour profiter ces moments où  on te donne 18/20 pour avoir fabriqué une guirlande de nœuds coulants.

L’Art, honnêtement, j’en ai un peu rien à foutre.

Néanmoins, telle que tu me vois, je suis choquée.

cynoque

Ça a commencé ce matin, quand je me suis installée à mon bureau pour crier chez Mark Zuckerberg, l’homme à la bite en fibre optique qui va bientôt te vendre aussi des cartes de crédit, ce matin donc, quand je me suis connectée à facebook pour hurler à la face monde connecté que MOI AUSSI JE SOUFFRE MOI AUSSI JE SUIS MALADE; là tu me diras tout le monde s’en cogne et je te dirais oui, effectivement, SAUF quand tu enrobes ton microbe avec un peu de lol et de nostalgie, là tu peux être sûr qu’on va poucer ta conjonctivite, anybref, j’ai vu une horreur juste après m’être plainte de mes yeux dégueulasses et avoir découvert que 18 de mes amis aimaient ça.

Une actu Paris-Match.

Ça commence mal.

Lorigine-du-monde

Paris-Match dévoile le visage de l’Origine du Monde.

Tiens, si j’allais me faire un bain d’œil ?

Je veux pas qu’on me le gâche. Mes genoux tremblent devant le … ressenti face à cet écureuil. Parfait et tout-puissant. Je ressens « … » ou même plutôt « . », quelque chose de si « . » qu’il n’a pas besoin de mot pour le nommer. En fait c’est des conneries, j’ai plein d’adjectifs ; plein, beau, apaisant, cru, grave, hypnotique, impudique et tranquille. En tout cas, si les mots sont superflus pour raconter l’Origine du Monde, exposer le visage du modèle, c’est vraiment de la gourmandise.

Je pense au canular, tout de suite, avec toutes les conneries qu’ils débitent on serait pas à ça près, parce que je ne vois pas plus achevé dans l’Histoire de l’Art, c’est pas la toile qui appelle un suspense, une suite ou un repentir, elle aurait un visage, ça serait  un peu comme si on découvrait 20 minutes additionnelles d’Autant en Emporte le Vent, vingt minutes durant lesquelles Rhett reviendrait pour sauter Scarlett avant de se rebarrer dans les brumes de Tara, bordel, PERSONNE N’A ENVIE DE VOIR ÇA. A-t-on le droit de se ruer sur nos derniers mythes pour un paquet d’artiche et au nom de quoi, au juste, l’information ou l’amour de l’Art, HEIN PARIS-MATCH ?

Voilà à quoi je pense pendant que je me fais un bain d’œil.

[bain d’œil, bain d’œil, bain d’œil, bain d’œil, j’espère que c’est au moins moitié aussi désagréable à lire qu’à faire]

Quand j’ai pu rouvrir les yeux, j’ai regardé.

courbetphoto1modifie-2

Bon on se doutait déjà qu’elle était brune.

Mais morte ?

Non contents de détruire pas mal de choses dans l’imaginaire collectif, Paris-Match n’a pas peur, NON, de nous montrer un joli petit croquis intitulé La Reconstitution …

courbet

Croquis dans lequel, bien sûr, il n’est absolument pas improbable de trouver un piaf dans la composition.

Je pleure des larmes de pus, Paris-Match et c’est pas seulement la conjonctivite; tu mettrais ta propre merde en une si t’étais sûr de faire des tirages.

Au nom de quoi, déjà? L’information ou l’amour de l’Art?

La Seine

photo(49)

 

Comme j’espère secrètement que l’année 2013 sera l’année de tous les changements, je me suis dit que ça tuerait sans doute personne d’y mettre un peu du mien ;  je me suis dit que j’allais me mettre à faire des trucs que je n’avais pas faits en 2012.

Lire un livre, faire le ménage dans mes mails, mon téléphone et le cagibi, réunir tout le courrier que je n’ai pas ouvert et en faire une belle pile sur mon bureau, envisager de l’ouvrir et peut-être dans un second temps le lire lui aussi, accepter de recueillir la succession de mon grand-père, me préparer psychologiquement à aller voir le Trésor Public,  mes ovaires sous le bras,  pour leur dire coucou les gars  j’ai pas déclaré mes revenus depuis 2009, me faire poser un implant contraceptif et marcher pour marcher.

Je te parle ainsi de choses simples, je ne mentionne pas le calcul des indemnités de fin de contrat de ma tendre nourrice Claudine le Dédale qui – forte de ses trois années de service – va me faire incroyablement mal au cul sous quinze jours.

Bref, il fallait reprendre ma vie là où je l’avais laissée, va savoir pourquoi.

J’ai décidé de commencer par le plus important de la liste : marcher pour marcher.
Pour la première fois depuis trois semaines, la cendre avait disparu du ciel de l’Eure ; je suis sortie ventre à terre prendre le soleil, je serais sortie à poil si j’avais pu tellement la lumière m’avait manqué. Heureusement pour tout le monde, c’est toujours janvier à l’heure où je te parle.

Midi et quelques, je vais prendre un douiche et longer la Seine. C’est incroyable de vivre tout au bord d’un fleuve, j’aurais du mal à expliquer en quoi mais ça te hante tranquillement et très vite, il t’est lié comme une ancre. C’est con, dit comme ça et il parait que ça rend les gens neurasthéniques.
Je dis que j’ai pas attendu d’avoir la Seine en bas de chez moi.

On va voir si toutes ces conneries à propos de la contemplation de la nature m’aide à voir un peu plus clair. Je fais de grands pas sur les chemins de halage et y ramasse des bris de faïence. Malgré la tranquillité du coin et l’ambiance naturaliste, je peux pas m’empêcher de penser que j’aimerais bien avoir une vie sexuelle.

Et je pense encore à tous ces trucs qui tourbillonnent sous mon crâne comme un bain qui ne se vide pas, en semant des morceaux de poivron et de poulet sur mon passage, parce que manger en marchant c’est dur à faire proprement, surtout quand t’as un couple de cygnes qui te suit à la trace depuis 200 mètres.

Donc je vais arrêter deux secondes de bouffer comme une truie et de penser comme une conne, je vais m’asseoir sur le banc d’un ponton, regarder le fleuve, les canards, les mouettes, les cygnes, les oies sauvages, les pigeons, bref, tout ce qui flotte volontairement ou non  et profiter du spectacle dans une solitude accomplie.

Malgré la voix de Bertrand Cantat qui s’égosille en live sur 21st Century Schyzoid Man, je sens une présence en amont du banc. Si c’est encore ces deux foutus cygnes qui veulent racketter les restes de mon douiche, je leur jette des pierres. Ils sont beaucoup trop familiers, ces connards, j’ai plus peur d’eux qu’ils n’ont peur de moi.

En me retournant, j’aperçois que le couple de cygnes a laissé place à un couple de quinquagénaires qui se galochent sauvagement. Tellement avides de leur langue respective que ça en devient carrément crade.

Y’a deux-trois trucs que je ne supporte pas chez l’Homme : la lâcheté, la malveillance, Nikos Alliagas et l’esprit grégaire.

Il doit y avoir 26 pontons sur ses foutues berges, des centaines de cygnes et de saules pleureurs, pourquoi choisir celui où y’a déjà une connasse qui cherche à être peinarde ?

Pourquoi c’est sur moi que tombe cette paire de bas du front, qui non contents de pourrir mon spot, semblent investis d’une mission particulière,  me jeter leur amour salivant à la gueule.

Ils sont sales et leurs fringues sont déchirées par endroits, la femme porte des sandales au cuir rompu sur ses pieds nus. Ils s’apprêtent à descendre sur le ponton, bien le bonjour Madame, quand je me demande si les autres gens vivent des situations semblables à celles que je rencontre dès que je passe la porte de mon appart.

–          ‘Gade ça comme c’est beau, je te l’avais pas dit que ça valait le coup ?

–          Quel spectacle !

–          En plus, on est tranquilles.

–          Gade-le là l’canard.

–          On dirait qu’il est dessiné…

–          Quel spectacle, t’as vu ça ?

Ça dure plusieurs minutes durant lesquelles j’ai l’impression de souffrir d’un locked-up syndrome, je suis hypnotisée par eux et incapable de bouger. L’homme me demande s’il peut s’asseoir, j’ai probablement la bouche ouverte mais je ne réponds pas, je pousse mon dard pour leur laisser de la place. L’homme a les cheveux sales et le visage mangé de barbe où s’éparpillent quelques poils jaunes, ses doigts sont gourds et font paraître la cigarette qu’il tient de la taille d’une allumette.

–          T’as fait tes polycopiés pour le centre social ?

–          Oui, t’étais avec moi, je te rappelle…

–          Quand on voit ça, on n’a pas besoin d’aide. Pas vrai Madame ?

–          …

–          Gade un peu comme ils sont beaux.

–          Ça c’est vrai. On dirait qu’ils sont dessinés.

–          Tu l’as déjà dit.

–          Bah vous partez ?

–          …

–          Laisse-la donc, tu vois bien qu’elle parle pas français.

–          Au revoir !

J’articule péniblement un au revoir et je remonte sur la berge. Ils continuent de parler et de regarder l’eau glauque du fleuve pendant que je les prends en photo. Une preuve de l’existence de ces deux personnes parfaitement hors-temps et hors-monde.

–          Bah tu vois bien qu’elle parle français !

–          C’est vrai.

–          Tu me contredis toujours.

–          Comme c’est beau.

–          Alors, ma belle, ça valait pas le coup de marcher ?

 

 

La frustration et le passe-montagne

hell-gas-station

Je pensais à la frustration tout à l’heure à la station-service. C’est une petite station Avia en bord de nationale, une microscopique boutique aux employés exclusivement obèses, l’endroit idéal pour bébare un plein de zoil, regonfler ses pneus ou acheter un litre de soda au prix de l’osciètre.

J’y suis souvent fourrée, essentiellement pour me fournir en feuilles et en boisson susmentionnée et le truc totalement ironique dans cette histoire, c’est que la seule et unique raison qui me pousse à fréquenter cette station-service, c’est quand même le fait de ne pas avoir mon permis de conduire. Si j’avais mon permis de conduire, je pourrais faire mes courses comme tout le monde mais non, parce que ça serait peut-être trop simple.

Bref, je pensais à la frustration subitement, en posant deux bouteilles de coca zéro sur le comptoir, quand d’un coup d’un seul un hystéro en passe-montagne a déboulé l’écume aux babines rapport au fait qu’il pouvait pas sortir sa caisse parce que y’avait une putain de berline qui bloquait la sienne.

Contexte:
Dans la boutique nous sommes 6; l’employé de la station affairé à facturer un couple de quarantenaires parisiens bloqués dans ce bled par une panne de moteur, derrière eux patiente un trentenaire robuste et placide qu’est juste venu récupérer sa 206, ensuite nous avons un chômeur longue durée, j’en veux pour preuve la 8/6 dans sa main et l’exemplaire de l’Équipe enroulé sous son bras gauche et pour finir, moi.

Moi, j’ai dormi que deux heures dix à cause de mes deux enfants qui ne savent JAMAIS par quel côté commencer quand ils ont une gastro, les enfants ne savent PAS faire de choix alors résultat quand ils sont malades, la nuit, ils t’explosent tout simplement à la gueule.

Moi, je viens juste de refiler mes enfants frais et dispos de s’être autant purgés la veille à ma belle-mère, je suis fatiguée et je porte un t-shirt Petit Poney. Tout ce que je veux, c’est dépenser une fortune pour des bulles sombres et putainement délicieuse.

Donc comme souvent, je suis pas d’humeur à chanter des comptines et c’est dans cette configuration que débarque le type très énervé.

Il a une sale gueule, hein, on va le dire sans ambages mais avant ça, il est nécessaire de souligner que ce jeune homme porte non seulement une cagoule mais semble surtout avoir BEAUCOUP de mal à gérer ses émotions. Il fait ainsi la queue environ un dixième de seconde avant de se mettre à sautiller et à apostropher l’employé:
 » Hey là l’gros là, bouge ta merde de caisse, je peux pas sortir. »

Le couple de quarantenaires parisiens se retourne brusquement avec des yeux gros comme des « OH MON DIEU UN NOIR DES CITÉS », les miens se tournent vers l’employé qui tremblait pavlovement à l’idée de se faire encore agresser un samedi après-midi. Il tremble vraiment comme une feuille, dis donc, ça se voit qu’il a l’habitude.

Pendant ce temps, le connard en cagoule profère des « nique ta mère la pute » à qui veut bien croiser son regard. L’employé commence à transpirer mais réalise heureusement qu’il n’est pas seul, il fait un rapide examen des clients et décide de miser ses couilles sur la présence du trentenaire placide et robuste qui n’a pas levé les yeux de son smartphone, pour la probable raison que ce dernier, comme qui dirait pudiquement « compatriote » du connard en cagoule, n’a pas l’air inquiet du tout. Le chômeur, quant à lui, a décidé qu’en fin de compte, l’Équipe et l’alcool, c’est carrément contre-productif et s’est barré sans mot dire.

Cette journée est extrêmement longue pour seulement 14h30.
Oui parce que toutes ces insultes et ces injonctions en même temps, ça a jeté un blanc, ça doit bien faire dix secondes que personne n’a parlé, muets d’angoisse ou de consternation, tout le monde se regarde.
Je me suis mise à mater le type en passe-montagne pendant que l’employé rassemblait tout son courage pour lui dire d’aller vous faire mettre s’il vous plaît il y a des clients avant vous et je suis seul au comptoir. Veuillez patienter. Le passe-montagne hurle « BOUGE TA VOITURE MAINTENANT » l’employé, qui se laisse pas démonter dit « NON », le passe-montagne hurle « SI TA RACE », l’employé dit « NON ».

L’homme s’est remis à insulter nos mères respectives et à y regarder de plus près, cette cagoule, cette frustration dans les yeux et dans la voix, je les avais déjà vus quelque part, chez mon fils de quatre ans et demi. Gesticuler comme ça, parler fort et « SI !», l’incompréhension dans les yeux de cet homme devant lequel l’employé ne flanche pas, c’était Grumeau à qui t’expliques qu’il peut pas aller à l’école en short.

L’employé suait désormais à grosses gouttes et menaçait d’appeler les kondés, la quarantenaire regardait son mari avec des yeux gros comme des M’ENFIN GABRIEL FAIS QUELQUE CHOSE et j’en ai profité pour prendre des feuilles. L’autre black placide tripatouillait toujours son Galaxy S.

Gabriel a fini par crier « Ça suffit, monsieur! C’est inacceptable » et sa femme de lui conseiller d’aller déplacer la voiture ; ce à quoi j’ai malgré moi objecté sur un ton qui se voulait être celui de la confidence « Tetetet’ faut qu’il apprenne à gérer sa frustration et à faire la queue, putain, c’est pas vrai, moi d’abord moi d’abord, ON DIRAIT UN MIOCHE ».
Là, j’ai pris conscience de deux choses: je parle trop fort et je parle trop fort.

Le gars me toise de la tête aux pieds en me demandant ce que je regarde et vas-y répète, sale pute. Je me suis dit que si il s’avérait aussi con qu’il y paraissait, j’étais à peu près certaine qu’il allait m’en foutre une pour faire bonne figure alors j’ai ouvert mon manteau pour lui montrer mon t-shirt Petit Poney et ma tête la plus mignonne possible. Je le regarde, il me regarde, je le regarde, il regarde l’employé et lui crie de sortir se battre.

À force de gueuler comme un putois en proférant des menaces de plus en plus scabreuses à l’encontre de son public, l’homme a convaincu l’employé d’appeler les flics, ce qui ne l’empêche pas de continuer sa grosse colère.

L’employé encaisse mes deux bouteilles de coca à 25 millions de dollars, je regarde le mec en passe-montagne, les quarantenaires le regardent, même le mec à la 206 a levé les yeux vers lui. D’un coup, je crois que tout le monde a un peu pitié, en tout cas, je crois parler au nom de tous les protagonistes pour dire qu’au moment où il a hurlé « STEUPLAY » et que les keufs sont arrivés, il faisait vraiment peine à voir.

Cruellement efficaces.

En rentrant chez moi, j’ai repensé à mon fils, qui a déjà volé un truc dans cette station-service, et d’un seul coup, je me suis sentie vachement crevée d’avance. Le boulot que c’est, d’élever des hommes.

Go fuck myself

photo(40)J’ai été une très très vilaine fille fin 2012, tellement vilaine qu’en fin d’année, alors que Pute m’annonçait joyeusement pour la cinquième année consécutive la venue de son pote Pou –  à ne pas confondre avec Prolo, que j’aime d’amour, non, Pou, je l’aime pas. Pou, on peut pas vraiment dire que c’est un décroissant, nan, c’est bien un parasite. Pou, il arrive toujours pile entre Noël et le jour de l’an et ne repart qu’une fois que j’aie menacé l’assemblée de me jeter par la fenêtre si cette saloperie de hippie ne dégage pas dans son Vercors natal dans les deux minutes qui suivent, ça se produit en général le 5 janvier, une semaine après son arrivée qui devait ne durer que 48h –  bref, tellement vilaine qu’aujourd’hui je vois une étrangère dans la glace.

Ainsi donc, après avoir dit à Pute : « C’est simple, c’est lui ou moi, no way je passe la Saint-Sylvestre avec Didier Super », après la découverte de l’option choisie par Pute, en l’occurrence Pou et n’ayant d’autre endroit que mon bureau pour essorer mon petit cœur meurtri, je me suis donc couchée le 28 décembre pour ne me lever que le 03 janvier.

Pendant ces cinq jours au pieu à ronfler et fumer comme une salope je me suis mise à me voir telle que j’étais en 2012.

Une écrivaillonne ratée.

girls

Alors c’est bien mignon de faire marrer 3 potes sur le web mais quand il s’agit de me mettre au boulot comme par exemple – soyons fous – finir mon roman entamé en novembre 2010, il n’y a plus personne. Quand je vois toutes mes accointances bloguesques réussir, je me dis que je suis vraiment pas faite pour la gloire. Alors je réfléchis. Après tout, est-ce que je suis vraiment faite pour ça ou bien suis-je juste une branleuse qui cause mal mais qui a beaucoup lu ? J’envisage la deuxième hypothèse. Depuis l’enfance, j’ai cru que j’avais quelque chose à dire, je voulais être une voix, une parole, j’avais l’impression d’une chose secrète en moi qui demandait à être écrite. La vérité. Ou plutôt « ma » vérité vu que « la » vérité c’est que je ne suis pas écrivain, juste une blogueuse incroyablement auto-centrée.
Je me suis remise à hanter les annonces Pôlemploi mais même les postes de caissière ou de serveuse me sont refusés. Je vais finir cobaye pour les laboratoires pharmaceutiques. Ou sans-abri, c’est plus probable. Quand tu as trente ans et que tu n’as même pas sur ton compte de quoi acheter une boîte de tampax, t’as du mal à ne pas tourner No Future.

 

Une chatte morte.

photo(47)

Je suis vide de désir, j’essaie de simuler mais ça ne fonctionne pas, j’ai dû me masturber deux fois cette année et je peux compter mes rapports sexuels sur les doigts de la main, bien sûr, ce nombre ne tient pas compte des « paie ta chatte » et des « pipes diplomatiques.  Mais le fait est, je ne veux plus de sexe. L’idée de me donner du plaisir me dégoûte.

Une fille sous vide.

559610_511417778888138_711658073_n

Depuis si longtemps, je ne fais rien. À certains moments de la journée, je m’arrête et ça me fait l’impression d’un compte à rebours dont le zéro n’arrive jamais. Le temps suspendu et interminable fait disparaître les meubles de l’appartement et seul, il remplit les pièces ; on ne voit plus que lui. Le temps travaille sans se retourner. Temps-taupe creuse à l’aveugle des galeries de silence dans mes tripes ; le temps passe, je ne fais rien.

Alors je me drogue comme si ça pouvait décemment arranger les choses

photo(45)

Quand je me suis levée le 03 janvier et que je me suis rendue compte que j’en étais à 5 grammes par jour, j’ai pleuré trèèèèès longtemps, vu que fumer favorise la dépression.

Alors pour 2013, Ludivine, arrête de fumer à en devenir folle et d’en vouloir aux autres pour tes propres erreurs, finis ton roman sans lui et s’il-te-plaît, redeviens Vieux Félin.

Sans shit. C’est comme ça que je l’aime bien.

5! 4! 3! Ta gueule…

photo(39)

Soyez drôles, inspirés, indulgents, re ou trouvez l’amour, respirez. Rêvez plus, faites l’amour, baisez, dormez bien. Soyez excités, branlez-vous sous la douche, couchez pour coucher. Regardez les gens, prenez le large, faites des listes. Marrez-vous autant que vous le pourrez, souvenez-vous du temps, osez dire ce que vous taisez. Changez de cap, partez loin, prenez des risques et laissez les mémés s’asseoir à votre place dans le métro.
C’est ce que je me souhaite.

Et bon 2013.

Christmas no more.

santa

La putain de sa race d’enculé de Noël de chiottes de sa mère la grosse TE-PU.
J’en ai PLEIN LE VAGIN de cette saloperie de fête frustroculpabilisante qui m’apporte une fois l’an son lot de dépenses, d’atermoiements et de crises d’angoisse. Comment veux-tu ne pas hyper-ventiler comme une truie quand tu marches en centre-ville sous le son grésillant des enceintes plein air gerbant l’éternel Luciiiiie, Luciiiiiie dépêêêêche-toi on ne viiiit, on ne meurt qu’uneuh  fois  de cet enculé de Pascal Obispo ? Comment veux-tu, hein,  GROS CONNARD ?

Comment veux-tu ne pas avoir envie de courir très vite les yeux fermés avec une bombe autour de la taille quand tu entres dans un  supermarché  ou le salon de ta belle-mère ? Autant de mochetés en même temps sous les yeux que c’est pas Dieu permis.

C’est moi ou chaque année c’est de plus en plus difficile à traverser comme période ? En vérité, je te le dis, c’était mon dernier Noël.

The last one, yes.

I know…

Mais dans la vie tu sais, parfois, faut avoir des couilles. Faut savoir se lever et dire khlasse.

Non. Ça suffit avec Noël, maintenant on va fêter la Saint-Jean. Ou Souccot. Ou le solstice d’hiver je m’en BRANLE mais non aux fêtes qui émasculent mon mec, non aux sabres laser Star Wars, non à ma fille qui chante en boucle depuis maintenant six jours « il me tarde tant que le jour se lève pour voir si tu m’as apporté tous les beaux joujoux que je vois en rêve et que je t’ai commandé. »
La première fois qu’elle l’a chanté j’ai fait « Han trop mignon, c’est marrant, c’est quoi ?!? »
Non aux recherches Google qui m’informent qu’il s’agit en fait du troisième couplet de Petit Papa Noël. Non à Michèle Torr, non à Demis Roussos. Non aux hommes qui ont cru au Père Noël  jusqu’en sixième. Non à Pute de Noël, de façon générale.

C’est un gros dilemme, pour pas dire choc des cultures, dans notre couple actuellement, Je vomis Noël pendant que Pute a douze ans et demi jusqu’au 2 janvier prochain. C’est non seulement source de tensions mais aussi de réel désarroi, de détresse parfois quand je le vois monter une clinique vétérinaire de brousse Playmobil et qu’il en bave tellement il est concentré.  Dans ces moments-là, c’est de la détresse que je ressens. Je veux dire en plus de la frustration sexuelle…

Donc évidemment non avec le concept de Pute en cuisine et au désarroi dramatique du à la découverte du menu de Noël concocté par Pute de Noël : « Alors en amuse-bouche veuillez trouver des feuilletés Picard, nous poursuivrons avec des escargots Picard et des huîtres, petit détour par le Périgord avec une tranche de foie gras… tac… on va ensuite se trouver sur de la coquille Saint-Jacques et sur des doigts de poulets panés Picards et SANS TRANSITION notre bûche glacée au pamplemousse. »

Conséquemment identique à celui éprouvé environ douze heures plus tard chez sa mère : « Bon alors là, c’est tapenade, beurre de crevettes et des radis (de saison, toujours) après y’aura des huîtres et des moules poulette , sans transition pintade farcie aux marrons et foie gras, garnitures de céleri, haricots verts, pommes de terre, salade, fromage, oursons en guimauves, Lindor, vomissements incontrôlés, et bûche au beurre.

Non à ces repas pour lesquels tu frôles l’intoxication alimentaire à peu près quoiqu’il arrive.

Non bien sûr au cd Demis Roussos chante Noël avec le vrai son gramophone comme dans l’temps diffusé pendant ce repas si fluidement élaboré. Non aux belles-mères tellement cinglées qu’elles offrent une friteuse deux années de suite comme ça on aura la pas-grasse ET la grasse.

Non au poulet-frites du lendemain. NON AUX PUTAINS DE GOMMETTES CRAYOLA offertes par des parents irresponsables à leur filleule Culculine quand il est 22:00, qu’elle est complètement shootée au sucre et non supervisée. Non aux NERF sa race, j’en peux plus, ça fait TROIS PUTAINS DE JOURS que je me fais tirer dessus dès que je fais trois pas.

nerf1

Non aux paquets cadeaux faits à l’arrache à deux heures du mat’ parce que les enfants ont ce scepticisme bien à eux la nuit du 24 décembre quand ils commencent à grandir et qu’il devient alors compliqué pour nous les adultes de se rappeler que c’est LE PÈRE PUTAIN DE NOËL qui a apporté telle ou telle merde de jouet qui sera cassé dans 45 minutes.

Non aux fêtes qui durent plus de quatre jours, qui m’empêchent de baiser et d’écrire autre chose qu’une liste de courses.

Non.

Plus.

525159_10151200102760687_2057202364_n

Greetings from your kid.

photo(38)

Papa,

J’ai froid.
Et je voudrais changer. Arrêter d’avoir aussi peur et d’être en colère autant.

Vingt ans sont derrière moi ; je regarde du jour de ta mort au dernier jour du monde. C’est aujourd’hui, je l’ai su en 2002 que ça serait ce jour-là, en offrant un calendrier Maya à mon amoureux du moment, qui était vachement branché ska, cocaïne et tout ce qui avait attrait à Manu Chao, aux Illuminati et au Protocole des Sages de Sion. En 2002,  je me disais j’ai le temps de penser au 21/12/2012, là j’peux pas je suis en train d’apprendre à faire du shit moi-même avec deux sacs, des glaçons et un batteur électrique, d’t’façons y’a peu de chances que j’assiste à ça. Impossible de me projeter plus loin que la semaine qui suit.

Aujourd’hui, je suis nerveuse. Je suis tout le temps nerveuse depuis quelques semaines. Et donc je regarde ce que  j’ai fait et ce qu’il s’est passé depuis ta mort.

Mitterrand est mort, déjà. C’est la première chose qui me vient à l’esprit.

Ton père aussi, il a fini par nous laisser entre nous, il y a quelques semaines.

Moi, j’ai regardé le temps passer sans jamais vraiment me mêler au monde, sans ouvrir mon courrier et j’ai observé les gens.

Et puis, comme un peu avant de mourir, tu m’avais dit que si tu pouvais te chier dans la main, tu l’étalerais bien sur ma gueule de petite merde, eh bien j’ai passé les vingt ans écoulés à faire en sorte de te donner raison.

Ma psy m’a dit, il y a longtemps, que la seule façon pour un enfant de rendre acceptable l’inacceptable, la seule façon de comprendre pourquoi son parent le bat ou l’agonit d’injures, la seule façon de rendre cette chose acceptable c’est de se croire responsable et de donner raison à l’homme à l’autre bout de la main.

Donc tu vois, je me déteste avec une application carrément hitlérienne. Je me déteste à un point que ça m’empêche parfois de respirer et ces soupirs de soulagements que je pousse chaque fois que je laisse mes enfants à leur père, à l’école ou à leur grand-mère, ces soupirs flagrants qui me font souvent passer pour une mauvaise mère, ne sont en fait rien d’autre que le soulagement de les savoir protégés de moi-même.
Et quand je respire, c’est que je peux enfin baisser la garde, être moi-même sans me préoccuper de faire mal à quelqu’un que j’aime.

Je vis comme ça. Aimant mal montée à l’envers. Avec pas mal de gens qui ne m’aiment pas, parfois à raison : Claudine le Dédale, ma belle-mère, les hommes que j’ai aimés le plus désespérément, les impôts, ma banque, l’ophtalmo de mon fils et mes voisins, pour ne citer qu’eux.

C’est ta mort qui m’a présentée à l’écriture, lorsque trouvant tes carnets, je découvrais la plume acerbe de mon père et ton sens de la phrase. Alors je t’ai pris l’écriture et soyons honnêtes, j’écris mieux que toi. Je l’aime plus que toi. Mais à part ça, quoi ?

Je sais plus DU TOUT où je voulais en venir, dis donc… C’est pas tant une lettre qu’une suite de phrases sans lien les unes avec les autres. Tant pis, hein.  Je te le fais comme ça sort, tu remettras dans l’ordre.

Voilà. VOILA.

La seule chose que j’aime chez moi, elle vient de toi et t’y es pour QUE DALLE alors que dans toutes celles que je déteste, t’es guilty as charged. C’est absurde.

La vie est trop absurde pour moi. Et du coup y’a plein de trucs de la vie que je ne comprends pas et que je ne peux pas faire. Bien qu’elles soient communément admises par la majorité de la population. La liste est trop longue et embarrassante pour être énoncée en public.

Le monde ne va pas s’arrêter de tourner aujourd’hui mais putain de merde est-ce qu’un jour je vais y comprendre quelque chose ?

Amitiés,

Vieux Félin

Gorge Profonde

 

Je suis pas une putain de chochotte. Nan. Je suis dure au mal, en particulier quand quelque chose me motive. Les sages-femmes du CHU de Rouen me l’ont dit quand je suis partie fumer, elles disaient « Madame, s’il-vous-plaît, on arrache pas les perfusions, mais asseyez-vous, vous allez faire sauter vos agrafes », mon tatoueur me le dit, il dit que « Non pour la cage thoracique, demi A4 ça me fait pas peur, t’encaisse bien. Six heures. » et Pute le reconnait aussi, de temps en temps, mais il dit pas que je suis courageuse ou quoi que ce soit, hein, non lui il dit plutôt « TU POUVAIS PAS ME DIRE, AUSSI, QUE TU FAISAIS UNE HEMORRAGIE INTERNE ? CONNASSE. »

Bref, j’aime véhiculer l’image de la meuf à l’énorme paire de couilles.

Quand mon généraliste m’a dit que je devais passer une fibroscopie parce que c’est pas normal de vomir du sang, j’en ai conclus que j’avais un cancer de l’estomac. Et quand ma belle-mère a su que je devais passer une fibroscopie, elle a cru bon de saisir son téléphone.

–          Allo, Nénette ?

–          Ouais ? Enfin NON. Putain, ce surnom débile.

–          Tu sais, je m’occuperai des enfants comme si c’était les miens.

–          Alors 1 : Je suis pas encore morte et 2 : Je sais que vous en rêvez mais évitez de me parler de ma propre mort, de façon générale.

–          Je vais t’accompagner.

–          C’est pas nécessaire.

–          Si.

–          Pourquoi ? Et me sortez pas votre bullshit sur les liens du sang.

–          Je veux voir, c’est intéressant.

–          Vous voulez dire mon estomac ou la scène dans son ensemble ?

–          Allez…

–          La scène dans son ensemble, dites-le.

–          Bon, je m’en fous, je viens.

–          Ok mais c’est vous qui vous fadez d’aller chercher les gosses le soir… TOUTE LA SEMAINE.

–          …

–          À prendre ou à laisser.

–          Ok.

–          Deal.

Oui parce qu’avec ma belle-mère, on a de nouveaux rapports vachement plus apaisés, basés sur l’honnêteté et le chantage ouvert. En fait nos rapports n’ont en rien changé c’est juste qu’on a accepté de chacune tirer au maximum partie l’une de l’autre. C’est ce qui s’appelle faire contre mauvaise fortune bon cœur. Ou comme elle le dit elle-même : « couvre une génisse… autant la mettre au turbin, je vais te l’ dire ». C’est un truc normand, ça : terminer ses phrases par « je vais te l’dire ». En plus d’être complètement con.

Anybref, après m’être levée à 6h30 et avoir rêvé d’une conversation avec mon père dans laquelle il disait que pour une fille qui passe son temps à se reluquer le nombril, c’était une bonne occasion de voir ce que j’avais vraiment dans le bide, après avoir été traumatisée par le récit de la fibroscopie sans anesthésie de Prolo qui avait clairement mentionné des sangles et un tuyau d’arrosage, c’est crevant de soif et claquant des fesses que j’arrive au cabinet du Dr Louvrier, gastroentérologue.

Dans la salle d’attente, ça sent la viande de cheval crue. J’ai 10 minutes devant moi pour découvrir d’où vient la pestilence et pour tout savoir du cancer colorectal, qui touche à la fois le côlon et le rectum, cancer le plus fréquent pour lequel il existe heureusement des dépistages précoces. Quand le Dr Louvrier est venu me chercher, j’avais eu le temps de déterminer que l’odeur de boucherie chevaline était en fait un savant mélange de désinfectant parfum citron-discutable et de poussière du radiateur et aussi que le cancer colorectal, c’était une sacrée merde.

Ça commence décontract’ avec l’inquisition. Toujours pas de belle-mère en vue.

–          Vous êtes parente avec Pluvieux Félin ?

–          C’est ma mère, ouais. J’ai mentionné que je buvais 2l de soda/jour ?

–          Des antécédents d’ulcères dans votre famille ?

–          Ma mère, non… Mon père… je sais pas…

–          Comment ça ?

–          Il est mort il y a 20 ans et je sais pas si il avait des ulcères. Remarquez, maintenant que vous le dites c’est vrai que sa maladie touchait l’œsophage, il avait des varices.

–          C’était quoi sa maladie ?

–          Hépatite E.

–          Il allait en Afrique ?

–          Non.

–          Vous êtes sûre qu’il avait une hépatite E ?

–          Oui, plutôt.

–          Bizarre. Comment il l’a contracté ?

–          Il s’est blessé avec une fraise en soignant un patient contaminé.

–          Bizarre…

–          Mais sinon, le soda peut-être à l’origine de …

–          Bizarre…

–          Bon, ça suffit Cold Case, wow…

–          Ok vous allez vous allonger à côté et on va commencer.

–          C’est le Coca, c’est ça ?

–          Bah on va voir. Vous êtes à jeun cette fois-ci ?

–          Bah on va voir.

Ça sonne. Ma belle-mère. Perfect timing. Ma belle-mère n’attend pas que l’assistante lui ouvre et arrive derechef dans la salle d’examen avec un sachet de croissants. Le Dr Louvrier a le réflexe normal de quelqu’un qui rencontre ma belle-mère pour la première fois : il recule, il la regarde de la tête aux pieds, ensuite il me regarde et il me demande si je suis avec elle.

–          Ça t’aurait troué le cul de me donner l’adresse ?

–          Madame, veuillez attendre dans le cabinet s’il-vous-plaît, asseyez-vous.

–          C’est la vésicule biliaire, ça… à tous les coups, c’est la vésicule biliaire…

–          Bon, Vieux Félin allongez-vous sur le côté, comme ceci, oui. Alors je vous explique : cette sonde, là, on va essayer de la passer par vos narines même si à mon avis ça ne passera pas auquel cas on fera passer la sonde par la bouche, hein, vous mordrez un cercle en plastique pour ne pas mordre l’appareil, on va vous anesthésier et on y va. Ne vous inquiétez pas pour les nausées, c’est normal. Ou les rots.

–          Haha

–          C’est rot qui vous fait rire ?

–          Non c’est ma narine vue de si près. Aïyeuh sa race ! C’est quoi comme anesthésie ?

–          Effectivement ça ne passe pas par le nez. Eh bien, c’est le même anesthésique que celui utilisé par les chirurgiens-dentistes mais en gel et non en injection. Ça n’empêche pas les nausées mais ça rend les choses plus confortables. Par contre vous ne pourrez rien manger après.

–          PUTAIN MES CROISSANTS, lâche ma belle-mère en semant des miettes partout autour d’elle.

–          Et boire un Coca Zéro ?

–          Pareil, vous pourriez faire une fausse route.

–          Prends l’anesthésie, va, Nénette. C’est une vraie chochotte, celle-là.

–          Mais d’où putain ?

–          Boh t’as toujours un pet de travers… TOUJOURS.

–          Ok mais je suis pas une putain de chochotte ! C’est vous qui cherchez me tuer avec votre croissant… comme si qui que ce soit serait partant pour de la pâte feuilletée après la gorge profonde du siècle. Vous voulez que je m’étouffe sur votre viennoiserie de la mort et maquiller ça en accident, hein ?

–          Tu fais pas la moitié d’une petite pute ingrate, toi…

–          Bon, on peut y aller ?

–          Pas d’anesthésie, Louvrier. Je veux pouvoir remarcher et boire du Coca Zéro.

Je prends une grande respiration avant qu’il n’introduise la sonde et que je ne réalise que cette dernière n’a pas été nettoyée entre mon nez et ma gorge, occasionnant ainsi mon premier haut le cœur et voilà, ça commence. Pour bien supporter la douleur, faut déjà savoir ce que c’est : un message du corps au cerveau pour le mettre en garde. En prenant conscience qu’elle n’est qu’une sonnette d’alarme et en l’acceptant comme une information, elle se gère mieux et plus longtemps. Le truc que je n’avais pas réalisé, c’est que dans la fibroscopie, il n’est pas à proprement parlé question de douleur. Mais d’humiliation. Je reste calme en visualisant la queue que j’ai préféré sucer, je reste presque calme quand le truc se met à souffler de l’air dans mon œsophage, je reste calme jusqu’à ce qu’il se mette à bouger sa connerie d’endoscope. Là je commence à perdre mon calme…

–          C’est ça, rotez bien, Madame…

–          RWWWWWWOOOOAAAA

–          Nickel !

–          RWOOOAAAARRR !

–          C’est rien laissez couler c’est de la salive ! Avalez, avalez !

–          RWEEEEEEEERRRD !

–          Elle rote bien.

–          C’est une hernie, là ?

–          Non, je crois pas. Revenez…

–          RWEEEEEEEERRRD !

–          Arrête donc de te taper la cuisse, Nénette. Tu me fais rire, putain, on dirait un de mes débiles quand il a fait une bêtise…

À ce moment-là, je peux plus penser à la bite que j’ai préféré sucer. Je pense que je suis en train de vivre la pire sensation de ma vie : l’humiliation.  Je suis en train de roter comme la petite de l’Exorciste toutes les trois secondes et de pleurer en convulsant à moitié tandis qu’un truc vivant me rentre dans le ventre et gigote et ma belle-mère se fout de ma gueule…

Quand mon calvaire a pris fin et que je suis retournée dans le cabinet, le visage de ma belle-mère avait perdu dix ans. Elle me regardait les yeux encore tout émerveillés du spectacle auquel ils venaient d’assister. Louvrier était rassurant.

–          Vous allez parfaitement bien.

–          Elle a rien ? Même pas un ulcère ?

–          Non.

–          Une oesophagite.

–          Vous al….

–          Si ça se trouve c’est le pancréas.

–          Non, vous allez parfaitement bien, Vieux Félin, je vous rassure. Il faudra quand même surveiller votre PCR mais…

–          Une coloscopie serait peut-être nécessaire, ma belle-sœur elle avait de l’endométriose ça lui remontait jusque dans la gorge. Des cailloux dans la vésicule biliaire.

–           Écoutez Madame, je parle à ma PATIENTE. Arrêtez de sortir tous les termes médicaux que vous connaissez.

–          L’écoutez pas, elle bosse dans le social… Donc je vais bien ?

–          Très bien.

–          Donc je peux continuer de boire du Coca Zéro ?

–          Euh, oui…

–          Vous pouvez me l’écrire sur une ordonnance?

–          Non. 124€, s’il-vous-plaît.

–          C’est con, j’ai pas mon chéquier.

Quand on est sorties ma belle-mère et moi, il bruinait froid. Nous nous sommes séparées quelques mètres plus loin.

–          Vous avez conscience que je vous rembourserai jamais cette consultation ?

–          Une séance humiliante en mateur, moins de 150€… Je crois que même les putes prennent plus. T’es une affaire.

–          C’est ce que dit votre fils quand je mets son pénis dans ma bouche et qu’il éjacule comme un grand.

 

 

Le Refuge

Dimanche 28 octobre 2012, intérieur jour, salon. Il est 9h22 et nos protagonistes s’engueulent déjà à propos d’une peccadille domestique. Il est question d’étagère et de menaces de garde alternée.

P : De toute façon, je vais pas la poser maintenant, ta putain d’étagère, ça peut bien attendre que je revienne !!! C’est quoi le crucial là-dedans ?
VF : Mais je sais pas, t’as pensé que je pourrais te quitter pendant ce temps-là ? Hein ? Comment je fais après ? Non, ça n’attendra pas. Ça fait trois mois, Pute. TROIS MOIS que tu m’as promis de le faire. Tant que tu n’auras pas posé cette étagère, vous ne partirez pas et l’A1 va rapidement se remplir de véhicules comme mon cœur à cet instant se remplit de bile. Et ton pote Prolo va attendre, attendre, attendre dans le froid comme Lilli des Belons le soir de Noël en attendant Marcel Pagnol, des larmes glacées accrochées à ses longs cils. Attendant dans la nuit sans avoir l’air – mais les couilles bleuies de froid – son ami qui tarde à le rejoindre.
P : Parce que tu crois peut-être que tu vas m’empêcher de partir ?
VF : Si le fait que je sois malade ne t’empêche déjà pas de partir et si en plus tu ne réponds pas à la dernière volonté d’une future défunte… Ouais ouais ouais. Je vais te forer ton premier vagin.
P : Y’a ton téléphone qui sonne.
VF : Je te donne trois mots : perceuse, étagère, salle de bain. Tu les places dans le sens que tu veux et TU POSES CETTE PUTERIE D’ETAGERE.
P : Ouais ça fait cinq mots. Y’a ton téléphone qui sonne.
VF : ALLÔ ? Pute, vous avez pas intérêt à vous casser en loucedé.

C’est ma sœur.

MMM : Tout va bien chez toi ?
VF : Nan. Tu vas bien ? Qu’est-ce que tu veux ?
P : Tu sais que ça va mal finir cette histoire…
VF : OH TA GUEULE HEIN TA GUEULE.
MMM : Charmant. Je voulais juste te dire…
VF : Mais pas comme ça putain, mais laisse-moi la vider avant ! Mon Dieu qu’il est braque… Ouais, Mimi ? Quoi ?
MMM : Bah que ça y est, quoi… Papy est…
P : J’ai pas le temps de la vider et de la nettoyer !
MMM : Mort ce matin, il a eu une arythmie et puis une attaque,  ils n’ont pas pu…
VF : BORDEL mais je vais le faire !
MMM : Les obsèques sont mercredi…
P : Pas le temps… On se casse, après. Les mioches, dites au revoir à Maman.
MMM : BON OH !
VF : Bah quoi ?Barouch hachem. Il a eu une belle vie.  Je peux te rappeler dans cinq minutes quand je serai mère célibataire ?
MMM : Ok.

VF : Bon eh oh, toi, là-bas. C’est quoi ce taf de tunisien de Tunis dans la salle de bain ?
P : Pourquoi tu essaies toujours de m’empêcher de partir ? Pourquoi faut toujours que tu m’emmerdes à mort avant ?
VF : C’est dégueulasse de dire ça ! MON GRAND-PÈRE VIENT DE MOURIR.
P : T’en as rien à foutre, tu le dis toi-même. Arrête de me mettre en retard, on revient mercredi.
VF : Hey,  je suis la SEULE à pouvoir dire ça, ok ? Allez casse-toi, va.
P : Tu m’embrasses pas ?
VF : Non. Et si je meurs avant que tu rentres, tu l’auras sur la conscience toute ta vie.
P : …
VF :…
P : Ok, babaille.

Une fois que les fruits de mes entrailles et leur père eurent quitté les lieux, j’ai rappelé ma sœur et nous avons rapidement convenu que la meilleure façon de rendre hommage à notre grand-père le lendemain  serait de nous gaver de chocolat devant Kathy Bates, successivement dans Misery et Dolores Claiborne. Hormis avoir trouvé à Kathy Bates une ressemblance physique parfois frappante avec notre mère dans Dolores Claiborne, nous n’avons pas fait grand-chose, nous sommes restées l’une près de l’autre.  Nous avons beaucoup parlé, parlé vraiment et ça a un peu comblé ce regret qui nous prend toutes deux depuis que nous sommes mères chaque fois que nous nous quittons : celui de ne pas avoir assez profité de sa sœur.

Nous nous donnons rendez-vous le mercredi suivant à la gare. Pourquoi prendre le train de 8h11 alors qu’on peut prendre le 8h53 ? On va juste se meuler 40 minutes de plus. Ma sœur me répond que notre tante est suffisamment stressée et qu’elle n’a pas voulu la contredire. J’ai froid. J’ai passé un temps infini à savoir ce que j’allais mettre : ce qui impliquait →  essayer de me rappeler les « bien »/ »pas bien » des obsèques juives, tout en composant avec le degré d’observation de mon grand-père au Talmud, not much. Mais c’est sans compter sur la famille par alliance et ma tante, devenue pratiquante depuis des lustres. J’ai caché mes seins, j’ai caché mes tatouages, j’ai natté ma touffe, je ne me suis pas maquillée MAIS je porte une petite robe noire. Donc j’ai une sale gueule et je me meule les guiboles.

Parfait pour un enterrement. Parfait pour la dernière de son nom.

Arrivées à Saint-Lazare, nous attendons notre cousin chez Starbucks, il est bloqué dans les embouteillages, je descends fumer de quoi l’attendre et quand je remonte, ma sœur m’avoue que j’embaume une partie de la boutique tant je pue le haschich. J’ai froid. Trente minutes plus tard, nous sommes au chaud dans la voiture de Mika. Nous partons vers Thiais, le convoi funéraire part lui des Batignolles. Je demande à mon cousin si je peux me maquiller, il n’en a pas la moindre idée et prenant cette absence de réponse pour un oui franc, je fais illico un petit truc scrédit sur mes yeux de lapine mixomateuse.

Je fume encore. Je profite de l’habitacle pour m’en mettre un maximum dans la gueule avant de descendre sur le parking glacial et ensoleillé du cimetière de Thiais. Là où attendent déjà une petite poignée de gens dont ma tante et son mari, les sœurs de mon oncle au grand complet, juifs de Tunisie, tout en faux-blond en maquillage et en bijoux. L’unique frère de mon oncle qui en est une copie androgyne. Certains de leur enfants présents eux aussi. Il fait un froid pénétrant. Tout le monde squatte le soleil et finit immanquablement par se faire de l’ombre. Ainsi les groupes se dispersent, plus par rapport au soleil qu’aux discussions.

Je vois mon autre cousin –  le frère de Mika, Éric – que je connais beaucoup moins depuis les années, sans doute à cause de certaines visions diamétralement opposées et de mes petits jeux cruels d’enfant. Il est beau, il vit à Miami, il est très bien habillé, il porte des lunettes noires, il travaille chez Dior, il a tout compris à l’Amérique, il est gigantesque. Il est devenu une gravure made in Miami Beach, une étincelle. Il me salue poliment, je prends de ses nouvelles en tentant de lui faire comprendre que je regrette le froid entre nous. Il ne le voit pas. Il n’y a que de la peine en face de moi, un petit-fils qui souffre un grand-père qu’il adorait.

Je tente le coup auprès d’Hervé, cousin par alliance à l’œil pétillant et à la bouche qui ne demande qu’à sourire. Je l’embrasse aussi fort que la décence me le permet et je l’engueule à propos d’un message fb auquel il n’a jamais répondu, il m’assure qu’il y a répondu dans l’instant en me laissant son portable avec un aplomb qui malgré ma certitude me pousse à sortir mon iPhone pour vérifier. Tout en cherchant le message et en saluant la première femme de mon père et son mari, nous continuons de discuter, ou plutôt de jouer à regarde comme ma vie est formidable, il déboule ainsi son grand smartphone avec la vidéo de la petite qu’est belle comme une petite fille vraiment belle. Il m’apprend qu’il prend le temps. Qu’il a arrêté de travailler pour s’occuper de sa fille, que sa femme est très prise par son boulot d’acheteuse dans un grand magasin parisien. Je coupe court à la débauche d’envie qui en train de m’envahir en sortant le message resté sans réponse. Il change de sujet en complimentant mon blog. Il me donne demande si j’ai un business plan pour lui. Regarde My Little Paris… Tu dois en vivre.
Hervé.

Je me maudis de m’être habillée en robe quand je vois la tenue des participants, prêts pour le Svalbard, sorties les fourrures, descendants de grossistes, de tailleurs, de fourreurs. On attend encore très longtemps sur le parking le convoi funéraire transportant, en plus du défunt, la sœur de mon grand-père et la cousine de mon père, auxquelles je voue une passion incompréhensible et absolue. Impossible pour moi de m’éclipser prendre quelque drogue que ce soit, légale ou non, tant chaque personne présente semble investie de la mission de m’aborder et de rappeler que « Tu as les yeux de ton père ». Charlie Sheene dans Hot Shot ! et je regrette de ne pas porter des yeux dans un écrin partout avec moi.

On me présente un homme d’une soixantaine d’années que je ne connais pas. Ma tante attrape chacun de nos bras et me dit : c’est le fils de Jacques, qui était le frère de ton grand-père. On se regarde dans les yeux. C’est le cousin germain de mon père et je n’ai jamais entendu parler de lui. Je lui demande son nom de famille. Le même que le mien.

Le rabbin arrive avec le convoi, nous reprenons les voitures et j’ai le temps de couvrir de baisers la cousine de mon père avant de remonter au chaud dans la caisse de Mika, en route vers la bonne division.

Nous sortons des voitures et la famille proche se serre devant le cercueil que l’on sort, porté en partie par Mika et Éric. On recouvre le cercueil et le rabbin chante. Il commence par parler du refuge et je suis captivée, certaine de me souvenir de chaque mot et je n’en ai finalement pas gardé un en mémoire. Je me souviens que c’était vrai.

Je me réfugie dans le dos de ma tante, tenant la main de ma sœur sans regarder autre chose que la boîte en bois et  l’homme en face de nous, ce rabbin de Thiais, qui entamait une histoire sur un type qui demandait qu’on lui résume la Torah en une phrase afin qu’il soit certain d’observer tous les principes et de ne pas offenser l’Éternel. On lui a répondu que la Torah pouvait se résumer à un principe : celui d’aimer son prochain comme l’on s’aime soi-même. Le rabbin dressait ensuite une description plutôt erronée de mon grand-père, notamment avec cette histoire de prochain et de son amour. J’ai senti ma tante sourire dans ses pensées.

C’est ensuite que je me suis émue. C’est ensuite que j’ai hoché la tête en chuchotant les amen. Quand il a parlé de sa vie, de sa force et de sa volonté. Et de l’exemple que l’on pouvait en faire. J’ai remercié cet homme parfaitement égoïste d’avoir su rester en vie, d’avoir tout pris, de ne pas en avoir laissé une miette parce que sans lui nous ne serions pas vivants. Nous étions, ses proches, réfugiés près de son corps se réchauffant des vies que nous lui devons.

Nous ne nous aimerions pas sans lui. Peu importe les affabulations du rabbin ou la nature de mon grand-père, il a vécu son existence comme celui qui sait comment sent la mort de ses amis. Ça n’a jamais fait de lui quelqu’un de bien, au contraire selon moi, mais ça me donne une raison de respecter sa vie et d’être là, devant lui. Cet homme a failli mourir et a passé le temps qui lui restait à profiter de chaque chose. Il s’est gavé.

Nous nous dirigeons vers le trou et les hommes l’y placent. Nous nous mettons en file indienne pour jeter du sable dans sa tombe. Je suis pétrifiée quand vient mon tour, je ne tarde pas à attraper la cuillère à soupe et à jeter maladroitement un peu de poids sur son refuge.

Pendant le kaddish, j’ai la goutte au nez et je me colle à Michael. Je veux pas sortir de mouchoir parce que personne me prendrait au sérieux donc je renifle dans les oreilles de mon cousin qui en a vu d’autres de ma part. Je voudrais le submerger de baisers pour chaque moments passés ensemble, parce qu’il me connait et qu’il m’aime aussi avec la goutte au nez. On a le même sang. J’embrasse ma tante, ma grand-tante et ne sachant que lui dire je lui avoue que son frère m’a toujours fait rire. Elle rigole et elle acquiesce. Elle aussi, je vais la couvrir de baisers mais plus tard dans la journée, en les quittant sa fille et elle.

Dans la voiture, Michael et ma sœur attaquent le sujet. Mac Do après des funérailles ? Mais what the fuck ta mère, s’il-te-plaît, Mika ? Je sais pas pourquoi, je lui ai dit que c’était n’importe quoi, elle y tenait dur comme fer.

Nous nous donnons rendez-vous chez Mac Do pour bâfrer des pâtisseries orientales et des pâtes de coings. Les cafés apportent des vignettes qui apportent des rue de la paix et des burgers gratuits. Ça dure deux heures et ça ressemble à RIEN.

Je ne dis pas ce que je pense, que n’ayant de toute façon absolument rien préparé pour ses propres obsèques, c’est non seulement d’une logique implacable mais aussi la meilleure idée de tous les temps et c’est ma tante, fille modèle jusqu’à la fin de son père, qui l’a eue.

J’en ai pas grand-chose à carrer de ce que mon grand-père aurait dit s’il avait pu nous voir comme ça mais m’est avis qu’il en serait vexé, c’est certain.

SHEH’

Le Musée des Cœurs Brisés.

20121002-234256.jpg

Pour ces maigres semaines à voir filer la joie
Toi et tes longs silences pouvez au Diable aller,
Bienheureux soient les fous qui rêvent plus grand que ça.
Tes mots feront l’Histoire, va te faire enculer.

Les monstres passent, sortez les mouchoirs. Faites un vœu pour les belles histoires. Même les tristes. Surtout les tristes.

Le musée des Cœurs Brisés de Zagreb s’installe du 19 décembre au 20 janvier prochain au CENTQUATRE, toutes les infos ICI

Babylone, Gros.

Pute et moi, on a peu de choses en commun en dehors des enfants et de la brosse-à-dents.

Ce que je veux dire c’est que nous n’avons ni les mêmes passions, ni les mêmes convictions, ni les mêmes centres d’intérêt. Nous n’aimons pas la même musique, ne croyons pas aux mêmes choses, n’aimons pas les mêmes gens. Par exemple, on a un ÉNORME contentieux à propos de Chevalier et Laspalès.

Pour tout te dire, on a trois choses en commun : Grumeau, Culculine et Julien Lefèvre.

Pour t’expliquer qui est Julien Lefèvre, faut qu’on « reparte 24 ans en arrière » comme dirait ma belle-mère – qui part ailleurs déteste Julien Lefèvre et nous voue dès lors une haine étonnamment identique, la haine envers celui ou celle qui corrompt son enfant – donc en 1988, date à laquelle Julien Lefèvre et moi nous sommes retrouvés sur les bancs de l’école.

À une date similaire, ses parents s’installaient au laboratoire de recherches balistiques et aérodynamiques, là où vivaient aussi petit Pute et ses parents.

Le laboratoire de recherches balistiques et aérodynamiques, c’est cette zone floutée sur GoogleMap, plantée en plein milieu de la forêt, où habitaient nombre d’enfants de mon entourage. Un havre à l’US, isolé du reste du monde par les arbres et la toute relative altitude par rapport à la ville, un monde à part fait d’allées aux maisons identiques, de cabanes dans les arbres et de forêt où vivaient nos amis et travaillaient leurs parents. Il lui faudra une histoire un jour, pour toutes les heures que j’ai passées là-bas et celles passées à écouter ma belle-mère en parler.

Pour moi c’était un terrain de jeux infini et parfait mais pour elle, c’était un mensonge où les enfants trouvaient la joie dehors mais où derrière les portes fermées, tout le monde nique tout le monde et personne pour faire comme si c’était vrai.

J’y pensais en préparant le diner et en m’attendant d’un instant à l’autre à entendre Julien sonner à l’interphone. Il a le même âge que le mien, et s’il devait y avoir un concours de celui qui a fait le plus de conneries dans sa vingtaine, c’est lui qui gagne haut la main. Quand il est parti d’ici, la moitié de la population mâle entre 18 et 40 ans voulait sa mort. C’est Tuco, ce mec. Un vrai sans race qui te parle pour t’endormir et qui repart avec ta gourmette, un type qu’est notre ami parce que malgré toutes les emmerdes qu’il t’apporte, il a cette infinie tendresse et cette vivacité d’esprit ; deux purs divertissements.

Quand il arrive avec son berger américain, la première chose qu’il demande c’est si nous avons parlé de sa venue à notre entourage. Ça fait plus de dix ans cette histoire, dira Pute en forme de personne n’en a plus rien à foutre. Je mets L’école du Micro d’Argent pour les souvenirs. Il parle toujours autant, aussi vite, à la même vitesse que son esprit tourne, sans s’arrêter une minute. Il dit que Babylone, c’est fini. Qu’il a envie de baiser sa meuf, mais velu quoi. Que Babylone, ma sœur, t’as craqué, tout est en train de couler. Nous apprenons que ses parents divorcent et qu’il déteste toujours autant son vieux.  Nous apprenons qu’il a décidé de le gifler après l’audience.

–          Faut que je trouve le courage.

–          Oh bah t’as quand même réussi à dire Babylone 58 fois en douze minutes. En ça, je trouve déjà que t’es courageux…

–          Ah parce qu’en fait, ça te manque de plus avoir de casier judiciaire, c’est ça ?

–          C’est vrai. Tu crois que ça va t’apporter quoi de le gifler ? Je veux dire à part de la merde ?

–          C’est tout ce qu’il mérite. Une tarte dans sa gueule.

–          N’importe quoi, putain.

La fierté que Julien retire encore aujourd’hui de son père, c’est qu’il vendait des moteurs de fusée et qu’il allait aussi en Guyane pour les voir quitter le sol, celle de Pute que le sien murmurait à l’oreille des ordinateurs, la mienne que le mien avait la tchatche et une molaire tatouée. Mis à part ça, on a tous les trois eu des relations plus que tendues avec nos pères respectifs. En tant que parent, ça me rassure que ces fiertés enfantines, peu importe les erreurs ou pour certains les douleurs infligées, soient si solides au temps, sans âge et indélébiles parce qu’elles sont peut-être les seules bonnes raisons qui nous font nous résoudre à grandir.

Je sais pas si c’est le cas pour eux deux, mais pour Julien et moi, c’est sans doute ce qui nous a fait devenir amis, cette fêlure sous les vêtements bien repassés et les sourires fluor. Je dis ça à reculons parce que nous n’avons jamais formulé ça enfants, trop occupés à croire que c’était pareil chez les autres et donc, un peu plus juste, un peu plus compréhensible.

Mais pour l’instant on ne parle pas de ça. Pour l’instant, on écoute Julien déblatérer sur son 4S.

–          Gros, écoute-moi. Lâche ton appart, vends tes merdes avant qu’elles finissent par te posséder. T’as besoin d’une télé aussi grande ? T’as besoin d’un putain de canapé ? Hey mais t’as craqué, Gros. Bazarde-moi-ça. Fais comme moi. Tu prends une caravane et tu passes le temps qui te reste à baiser ta meuf. Moi, c’est ce que j’ai décidé de faire. Regarde ça, cette petite chose rectangulaire. C’est tout ce dont j’ai besoin. Ouais Gros. Un putain de téléphone. Qu’est-ce que tu veux de plus que ça ? en plus ça fait des supers photos. Regarde ça la chiennasse. Hey Chouchou, CHOUCHOU, écoute ça la meuf depuis que je l’ai larguée elle se prend pour un feu de forêt. Je-vais-te-la-mettre-sévère-ma-puce. NON PUTAIN. JE-VAIS-TE-LA-MET-TRE-SE-VE-RE-MA-PUCE. Téma la chaudasse. Du latex et tout j’hallucine. Gros, regarde.

–          Je vais surtout aller chercher la bouffe avant de devoir assister à ça.

–           T’y connais rien. Hey Chouchou, tu veux un whisky ? J’en reviens pas la meuf comment elle est devenue chaudasse. Parce que tu vois avant elle déprimait et tout, moi j’ai essayé de lui faire voir la vie autrement mais quetchi. J’ai plus de temps à perdre, moi, c’est fini tout ça. La drogue, Babylone, la rue, putain, la rue, Chouchou, t’imagines ? Bah alors, c’est quoi cette tête de blasée ?

–          Tu passes ton temps accroché à ton tel à nous faire partager les cochonneries que t’envoies à ta meuf alors que ça fait au moins deux ans que je t’ai pas vu et tu voudrais peut-être que je sourie et que je hoche la tête  ? Tu fais que ça de parler, piapiapiaJEDISDELAMERDEpiapiapia. Tu me gaves.

–          Putain mais qu’est-ce que t’es chiante, sérieux.

–          Non mais je rêve ! T’es simplement un petit garçon mal élevé qui sait pas où sont les limites, quoi ! Range cette pute de téléphone avant que je le jette par le balcon.

–          Attendez je comprends pas, je suis parti chercher la pancetta dans le frigo, tout allait bien, je reviens, vous vous sautez à la gueule, c’est quoi le secret ?

–          Hey tu vas pas commencer à faire ta relou, là. Comme par exemple y’a quatre ans, la fois où vous êtes venus en vacances. T’étais TROP CHIANTE, t’as même démonté la porte du camion, tellement t’étais schlass. Est-ce que j’ai dit quelque chose ? Alors balaie devant ta porte, tu seras mignonne. Je lui ai dit que je devais arrêter l’exciter parce que j’étais avec des amis mais elle veut rien savoir.

–          ON AVAIT DIT QU’ON REPARLERAIT PLUS JAMAIS DE LA SEMAINE DE LA HONTE.

–          Objectivement vous avez passé votre temps à vous pouiller pour de la merde. C’était pas plus l’un que l’autre, à dire vrai.

–          Gros, ta gueule.

–          Quand tu nous proposes des vacances et qu’on passe une semaine à picoler un litre de whisky par jour sans sortir en jouant au Monopoly faut pas s’étonner que je devienne chiante et que je sois bourrée. Je te dis que j’en ai rien à foutre du latex de Lulu et de comment elle veut que tu la lui mettes. Et pas seulement parce qu’on va passer à table. Je suis super heureuse de te voir alors raconte-moi autre chose, je sais pas… tu fais quoi, maintenant ?

–          Je vis dans une caravane parce que Babylone, je t’ai dit… et puis je construis des maisons en paille, en pierre et en bois.

–          Non mais sérieusement putain.

–          Mais oui sérieusement, je me suis même spécialisé en taille de la pierre.

On parle sans s’arrêter. Surtout lui. On rigole, ils boivent et je fume. Julien re-raconte le pain au chocolat le plus cher du monde. Il demande des nouvelles du bidasse en fiat panda et je lui apprends qu’aux dernières nouvelles il était plutôt malade. Julien s’en désole et on se remet une couche de lycée. Je donne des nouvelles. On se rappelle des profs. De la fois où il avait sauté par la fenêtre, de la fois où j’avais balancé une table. De la fois où je lui ai mis une beigne. De la fois où on avait brûlé le matelas dans la cave, avec le bidasse en Fiat Panda. Et puis il se tourne vers Pute et lui balance le tour du LRBA à poil, les œufs balancés sur les baraques, la cabane de Pute, le p’tit banc, Lindsey, une antillaise au boule de compétition dont je découvre l’existence. De la fois où ils sont tous partis à la mer pour la rejoindre, du poème que Julien lui avait écrit. Pute hoche la tête avec approbation et avoue à son ami avoir profité des vagues pour cacher la gaule gigantesque qu’il avait en lui pelotant le cul.

–          Enculé de ta race de traitre, t’as peloté Lindsey ?

–          Bah ouais écoute, elle voulait que ça. Rhoo putain elle était bonne. Maintenant si ça peut te rassurer, elle est grosse.

–          Non mais sérieux Gros, j’étais Morgan et toi, tu la tâtes. Judas, va.

–          Elle s’en battait de toi, Juju. Elle voulait Nicolas.

–          Ah ouais Nicolas. Ce petit connard …

–          Ouais… avec son petit collier de merde, là et puis sa mèche de merde.

–          Quel gros connard de petit bourge de merde. Il se tapait toutes les meufs ce petit merdeux de merde.

–          Nicolas, euh, Tosser ? Vous êtes en train de parler de Nicolas Tosser, les mecs ?

–          Ouais tu le connais ?

–          …

–          Vite fait.

–          T’as couché avec lui ?

–          NON.

–          AH LA SALOPE ELLE A COUCHE AVEC NICOLAS TOSSER. Chouchou, t’es sale, so sale !

–          Mais non, putain!

–          Avoue.

–          Plutôt crever. Et puis le sujet, c’est ton meilleur ami qui pelote ton premier amour, recentrez le débat.

–          Bâtard.

–          C’est bon, putain ! Remets t’en !

–          Non, je m’en fous. J’me tape Chouchou pour la peine. Viens là.

–          Non. Mais merci d’avoir proposé.

–          C’est vrai qu’on a jamais rien fait toi et moi.

–          Dieu nous garde.

–          Eh ben, ça me rassure, putain. Il en reste un dans ce bled.

–          Oh ça va…

–          J’ai déjà eu une chance avec toi, je suis sûr. Tu peux le dire maintenant que t’es moins belle et que t’as pris du poids.

–          Pendant deux minutes et demi oui, peut-être.

–          AH TU VOIS.

–          Non mais vraiment, vite fait, quoi.

–          Putain dire que je me suis tapé toutes ses années pour rien. Moi je trainais juste avec toi dans l’espoir de te baiser sur un malentendu. Je suis dégoûté, putain. Je peux te prendre en photo, là, sur ton lit avec ton joint ?

–          Non.

–          Pourquoi ?

–          Est-ce que tu peux me jurer, là, devant ton meilleur ami, que tu ne te branleras JAMAIS sur cette photo ?

–          Mais bien sûr putain.

–          Tu vois, qu’est-ce que je te disais, Pute…  Il a pas de limites.

Il a pas de limite.

Pas tout à fait l’Auvergne

Je sais pas comment j’en suis arrivée là. Je crois que ça s’est passé quelque part entre un rapport sexuel et une bouteille de parfum à 100 balles. Et puis pour tout avouer, y’avait aussi cette volonté de renouer le contact avec la famille de Pute. J’ai pas vraiment connu mes grands-parents et si mes enfants – eux –  en ont trois, autant qu’ils en profitent. Surtout que Perdepute et Putedeperdepute  avaient clairement exprimé le désir de les voir.

Il était d’abord convenu entre Pute et moi que je préfèrerais  m’enculer à sec avec un niveau à bulle que de passer 75 heures les yeux dans les yeux dans les yeux dans les yeux dans les yeux dans les yeux avec la famille sans la possibilité de m‘injecter à intervalles réguliers des shoots de dada. Je n’avais pas besoin de le verbaliser, il m’a dit « Tu viens je prends mon vendredi, on va voir mon daron et on rentre dimanche », je l’ai regardé, il a compris le « hahahahaha LOL » et il ne m’en a plus reparlé.

Seulement il a oublié d’être con, l’enculé.  Pis je savais pas dans quoi je m’embarquais, remarque, c’est ça aussi… la candeur. Je te disais donc que ça s’était passé entre un rapport sexuel et une bouteille de parfum. Tout ce putain de cauchemar a commencé avec cette bouteille de parfum. Il est sorti en Europe le 17 août 2012, j’appelle Coco Noir.

Le truc essentiel à savoir c’est que je vends un certain nombre de parties de mon anatomie contre du Chanel. Surtout la joaillerie. SURTOUT la parfumerie. Mais y’a une totale injustice, n°5  – tout comme la grande majorité des parfums de la marque – sur ma peau, ça donne les pires virages du monde. Je cherchais à savoir ce que ça faisait de trouver son parfum. Et puis voilà, il est sorti le mois dernier.

Mais avant ça y’avait le rapport sexuel. Pute c’est pas du genre à arrière-penser quand il baise, c’est pas non plus du genre à se servir du sexe comme d’une arme. Lui tout ce qu’il demande, c’est qu’on veuille bien lui en donner, du sexe. C’est pour ça que je me suis pas du tout méfiée, que j’ai absolument pas vu de lien entre sa langue dans mon oreille, sa main dans mon futal et les clés de voiture qu’il agitait sous mes yeux. Il m’a dit « on va chez mon père », j’ai répondu « Pas de problème » et  en deux minutes c’était plié. Procureur d’orgasmes depuis 2003, quand même.

Le lendemain jour du départ, je me ravise.

–          Non parce qu’en fait, j’en ai marre, ça fait des mois que je te dis d’acheter une caisse, n’importe quoi, une AX mais j’en ai plein le cul de voyager dans la bétaillère, quoi. Je veux un moyen de transport qui n’impose pas le port d’un casque anti-bruit et d’un harnais.  No fucking way je vais en Auvergne avec l’Iveco.

–           Non mais pas de problème, j’ai loué une C3.

–          Ah. T’as pensé à tout, on dirait…

–          On dirait…

–          Non mais bien joué.

–          Merci, oui.

Il m’a tendu un sac Nocibé.

–          Cadeau, pour toi. De mon cœur vers ton coeur.

–          Qu’est-ce que c’est que ce bordel, j’ai déjà dit oui…

–          Non mais rien à voir, ouvre.

–          Tu déconnes… Non, c’est quand même pas… HAN NAN CAY PA VRAY, viens-là que je te SUCE. Hiiii, HAN C’EST TRES VILAIN, ça… Ouuuuuh ! Putain, putain, putain, putain… Oh ouais nan… AHHHHIOU AHHHHIOUUUU… Putain de sa race je vais CREVER de bonheur. Mais il coûte une blinde, putain ! Viens-là!

–          Oui deux secon…

–          VIENS TOUT DE SUITE ME METTRE UNE FLAQUÉE.

–          Hey respire, je viens.

–          Je vais te casser la fraise, tu vas pas comprendre ce qui t’arriv…

C’est là que j’ai réfléchis deux minutes et que j’ai eu comme un doute sur ses réelles motivations. Pute m’offre rien, même pas un bédo.

–  Dis donc, Pute ?
– Ouais ?
– Ils habitent où exactement en Auvergne, ton père et sa nouvelle femme? Genre Murat ?
– T’es douce, tu sens bon…
– Non mais sans déconner.
– Bah c’est pas tout à fait l’Auvergne… disons que c’est le sud-centre. Voilà.
– On parle de quoi, là ? Nord ou sud de Clermont-Ferrand ? Parce que par Sud-Centre, t’entends  Centre en fait, c’est ça ?
– Bah c’est à deux pas de Montluçon, quoi.
– À deux pas de Montluçon vers la Creuse ?
– Non pas exactement la Creuse.
– Qu’est-ce que c’est, pas exactement la Creuse, bon sang de merde ?
– L’Allier, pourquoi ?

C’est là qu’il m’a mis un violent coup dans la nuque.

Quand je me suis réveillée, j’étais sur l’A71 et Grumeau tapait Culculine avec son propre téléphone Cendrillon pendant que Pute chantonnait « Mon papa, ne veut pas, que je danse que je danse, mon papa, ne veut pas, que je danse la polka » avant de partir sur un rire démoniaque et que des ailes de chauve-souris lui poussent à la place des oreilles et puis il me hurlait « JE VEUX DES VACANCES T’ENTENDS ?  DES VACANCES ». Après, il avalait le volant.
Quand je me suis vraiment réveillée, j’étais sur l’A71 et Grumeau tapait sa sœur avec son propre téléphone portable Cendrillon. Pute ne chantait pas.

–          Tu te rappelles quand tu m’as dit que tu voulais arrêter de faire de gros compromis pour pouvoir n’en faire que des petits ?

–          Non.

–          Mais si. Bah là, c’est un petit.

Quand nous sommes arrivés, il n’y avait pas de frelon en vue, juste Perdepute qui nous attendait en clopant. Quand nous sommes entrés à l’intérieur de leur maisonnée, j’ai fait différents constats immédiats que je n’ai pas pu m’empêcher de faire partager à mon entourage proche. C’est moi ou il y a beaucoup plus de jaune et de vert que nécessaire dans cette turne ? Ah tiens, des Brise Touch and Spray. Des télés, y’en a combien ? QUATRE ? Et celle du salon, elle est allumée pour les fleurs en tissus ou le poster de chat ?
Pute m’a tendu mon flacon de Lexomil pendant que les enfants surexcités suivaient leur grand-père dans le jardin archisec. Quand je suis venue les rejoindre, la seule chose que j’avais en tête c’était de fumer un tarpeï.
–  Hey pssst… Pute…

–          Hey… Pute. Psst putain.

–          Quoi, bordel ? Quoi ?

–          Passe-moi le paki. Je suis morte de trouille, j’ai cru voir passer des nains de jardin et des écureuils en plastique.

–          J’ai pas de paki.

–          Non mais sérieux.

–          J’en ai pas, je te dis.

–          Mais il est où ?!?

–          Je sais pas, moi… Environ trois cents cinquante kilomètres au nord-ouest, chez ton dealer…

Quand je suis revenue à moi, j’étais à table devant un poulet rôti. Perdepute s’échinait à m’expliquer la vulgarisation du langage C dans la programmation personnalisée des nouveaux logiciels libres et par extension, des derniers systèmes d’exploitation tous plus ou moins dérivés d’UNIX.

–          Moi, j’utilise Gimp.

–          Ah.

–          Vous saviez que Jean-Luc Delarue s’était converti à l’Islam ?

J’ai tourné la tête sur ma gauche, pour découvrir Putedeperdepute en train de me masser l’épaule et les cheveux. Je me suis rappelé que j’avais pas le droit de la taper rapport à son cancer alors je me suis juste subrepticement dérobée à sa prise en allant m’asseoir à l’autre bout de la table.

–          Eh bien, non…

–          Tu veux un whisky, VF ?

–          Non, merci. Je ne bois plus d’alcool.

–          D’accord, un champagne alors ?

–          Non merci. J’ai arrêté de boire de l’alcool.

–          Ok alors un Martini blanc ?

–          Non merci. J’ai arrêté de pillave comme une truie et à la place, j’ai recommencé à me défoncer au shit, comme ça, je gère mieux ma consommation.

–          Pour en revenir à Jean-Luc Delarue, il s’était quand même converti à l’Islam. C’est pas rien.

–          Bon. D’accord. Fils ? Jaja ?

–          Rince-moi.

–          Mais qu’est-ce qu’il foutait chez les islamistes, Delarue, quand même ?

–          T’es sûr Papa ? j’ai jamais entendu parler de ça.

–          Qu’est-ce qu’on en a à branler, surtout…

–          Si on l’a vu à la télé. Ça a fait scandale.

–          Pourquoi ?

–          Bah Delarue islamiste !

–          Mais nan putain musulman !

–          C’est quoi la différence ?

–          La différence c’est que les musulmans suivent les préceptes du Coran alors que les islamistes se servent de leur religion pour obtenir la victoire de la nuit sur l’esprit. C’est le cas pour chaque extrémiste, d’ailleurs. Ou pour les cons, en général.

–          Calme ta joie, Mimine. T’es pas au cirque. Je te rappelle que tu portes du parfum.

–          Non mais quand on dit des mots avec sa bouche pleine et qu’on va chercher son couscous le dimanche comme un bon français, autant savoir ce qu’ils signifient. Histoire de pas passer pour un boche.

Là-dessus, Pute est parti me chercher un Coca Zéro et je ne sais pas ce qu’il avait mis dedans mais j’ai rien vu d’autre que l’écran de mes paupières pendant douze heures.

Quand j’ai rouvert les yeux, il faisait jour dans la chambre jaune et verte au couvre-lit vert anis. Deuxième jour de ma captivité.
Je regarde les livres qui ornent les petites armoires basses Ikea, cinq exemplaires de Guillaume Musso, Le Petit Prince, Les Fleurs du Mal sur lequel est négligemment posée une longue chaîne portant une clef ancienne. Anna Gavalda. Florence Aubenas. Le gigantesque écran de télévision. Je me demande ce que Pute m’a fait boire mais je suis à peu près sûre que les milliers de Mr Magoo agitant une bouteille de Coco Noir que je vois danser sur les murs ne sont là que dans ma tête.

Onze heures.

–          PUTE !

–          …

–          PUTE !

–          Hein ? Quoi ? Mais ça va pas bien, non ? De gueuler comme un putois…

–          Qu’est-ce que t’as mis dans ma cannette hier ?

–          Un Stilnox et un des antidouleurs d’ après ta grosse extra-utérine.

–          De la morphine ?! Ils étaient pas périmés ?

–          Je sais pas. Allez, grouille-toi on part à Hérisson.

–          Non. D’abord t’arrête de me droguer, s’il-te-plaît.

–          Ok mais t’arrête d’insulter mon père, alors.

–          Je l’aime bien mais il est raciste ton papa, Pute … Ta mère, à côté, c’est Julien Dray.

–          Je m’en branle, tu fais comme si ou je te fracasse la tête avec ta propre pharmacie.

–          Tu trouves pas qu’on donne pas forcément le meilleur exemple pour Sidonie et Martin ?

–          Grumeau et Culculine.

–          Ouais… Dis, ça fait longtemps que je les ai pas vus. Ils vont bien ?

–          Nickel, ils jouent dehors, on t’attend pour partir.

–          Ok je vais passer cette robe de chambre et j’arrive.

–          C’est ça.

À Hérisson, les vestiges de l’ancien château médiéval se dressaient comme des I ruinés. Je regarde Putdeperdepute  s’extraire très lentement de la voiture et tout aussi lentement se diriger vers Culculine et moi, Culculine et moi mal réveillées. La GUEDIN, ouais. Elle nous attrape par les queues de cheval et nous tourne brusquement tandis que les flashes du Nikon de Perdepute se mettent à crépiter.

–          Bah les pattes, Capitaine Krabs…

–          Pardon, ma douce ?

–          Arrêtez de me toucher s’il-vous-plaît.

[Excursus sur Putdeperdepute : la première fois que j’ai rencontré Perdepute et Putdeperdepute c’était le premier avril 2008, jour de la naissance de Grumeau. Forcément désireux de propager la bonne nouvelle, Pute décide d’appeler son père. Papa t’es assis ? Non je suis à l’hôpital avec ma femme. Ah merde. Non mais t’inquiète la routine. Ah ok, parce que mon fils est né. C’est génial, ça, félicitation mon grand ! Il est TOUT PETIT. Je suis désolé mais je te dis, je suis à Charles Nicolle alors je peux pas rester au téléphone dans le service. Eh mais NOUS AUSSI ON EST A CHARLES NICOLLE ! Ah bon ? Mais quelle coïncidence EXTRAORDINAIRE. Bah ouais, chambre 301, elle va bientôt remonter du bloc, viens ! Ok, j’arrive.

On est d’accord quel est le meilleur moment pour rencontrer son beau-père qu’en remontant de césarienne ?

On est d’accord aussi, quand on ne connait pas la nana du fils de son mari et à fortiori quand cette dernière a accouché de son premier enfant dans les deux heures qui ont précédé, on évite de l’embrasser sur le FRONT pour lui dire bonjour. Fin de l’excursus sur Putdeperdepute, WAY, WAY, WAAAY trop démonstrative.]

Je me jette sur Pute.

–          Pitié, maître ! Je vais la jeter dans le ravin si elle arrête pas de me suivre.

–          Tu ne touches pas à un seul de ses cheveux.

–          Mais c’est elle qui veut pas lâcher les miens, elle mettrait le nez dedans si elle pouvait, je pense.

–          Elle t’aime bien, c’est tout.

–          Mais elle est me touche tout le temps et elle est lente. Au moins, ta mère, elle me déteste tellement qu’elle a la gouache. On s’emmerde pas.  C’est un pétard ?

–          Non.

–          Va y fais pepse. FAIS PEPSE.

–          C’est une roulée, putain. Tiens prends ça.

–          C’est quoi ?

–          Tu veux vraiment savoir ?

–          Non, pas vraiment.

Plus tard, j’étais à moitié vautrée dans le donjon en caressant les pierres rouges et poreuses, comptant les faucheuses. Je me disais qu’après tout c’était fun l’Allier, que les drogues c’était quand même vachement bien, jusqu’à ce que Putdeperdepute se sente obligée de venir s’allonger à côté de moi.

–          Non mais quoi, encore ?

–          Je te dérange ?

Derrière elle, Pute me regarde droit dans les yeux en faisant passer son pouce sur sa gorge et en agitant discrètement une plaquette de Néocodion.

–          Noui.

–          Tant mieux.

–          J’ai hâte de rentrer chez moi.

–          Chez moi tu veux dire ?

–          Non, chez moi. J’ai le mal du pays.

Putpdeperdepute se sent obligée de me caresser les cheveux en fredonnant.

–          J’ai une mère, vous savez…

–          Oui.

–          Lâchez mes cheveux, s’il-vous-plaît.

–          Non.

Larmire

Perso, j’ai toujours eu deux vrais gros problèmes dans la vie → la concordance des temps et gérer mes émotions. Ouais, ouais, je sais, ça te troue les miches mais c’est la stricte vérité. Et je parle de l’émotion au sens large. Émotions du latin motio action de mouvoir, mouvement et dont la définition est disputée par les différentes écoles des Redresseurs de Sens; qui sont pour moi la peur, la colère, la tristesse, la joie, l’envie, le dégoût, la satiété, la frustration et patin-couffin.

Ça a commencé à me poser problème tout de suite. Ma daronne se plaisait à me raconter son impuissance face à la putain de terreur que m’inspiraient les mouches de ce bout de ferme que nous louions l’été à Romilly-la-Puthenaye, ou l’embryon de crainte face à la putain de colère qui pouvait me prendre quand il était question de s’aventurer à toucher à mes Polly Pocket.

J’ai du mal à gérer mes émotions. La preuve, j’adore Francis Cabrel.

J’ai des réactions parfois inappropriées aux circonstances, soit qu’elles soient extrêmes (je t’avais prévenu) ou qu’elles soient source de confusion pour la personne qui les reçoit et pour ma pomme, obviously, c’est un peu toujours la MERDE.

À l’école je t’explique même pas comment ça m’a posé problème. Enfin si, sinon aucun intérêt.

Je me souviens d’une visite de la médecine scolaire en CP et de la surprise du médecin devant mon corps couvert de bleus. Le truc c’est que je venais d’apprendre à faire du vélo, j’avais passé l’intégralité du weekend précédent à me vautrer dans les groseilles à maquereau, je revois encore mes jambes et mes bras dans le bain le soir, soldat à terre et fière de toutes mes contusions.

Le médecin les a bien évidemment regardées avec beaucoup de méfiance. Il me regarde avec circonspection quand je lui dis, gros pou, que j’ai appris toute seule à faire du vélo. Il insiste, il ne me croit pas. Du coup qu’est-ce que je fais? Hyper normal, je me mets à chialer comme un veau. Le médecin en conclue qu’on me fouette tous les soirs avec des dictionnaires et qu’on prend ma peau pour du bacon. Non, j’ai appris à faire du vélo. Je n’ai pas eu peur. Je l’ai fait toute seule. Pourquoi il vient me faire chier mes parents et moi? Et pourquoi j’ai pas une tête à apprendre toute seule? Et pourquoi il me dit pas bravo, ce connard, comme Mme Coinon?

J’étais en CM2 quand j’ai perdu mon père. Je me souviens d’être très vite retournée en classe. Peut-être un peu trop tôt selon moi mais définitivement WAY TOO EARLY au goût de mon institutrice qui décida que je dérangeais et que l’élève Vieux Félin serait mieux dehors dans la cour que dedans à terroriser toute la classe. Je passais mon temps à avoir des fous-rires. Je suis en classe → je me souviens que mon père est mort → je convulse de LOL → je chiale ma race → je convulse de LOL → je chiale ma race → je convulse de LOL .

Avec le recul, I totally get it…

Trois mois plus tard, un concours présidé par Émir Kusturica est organisé dans les écoles du département autour de Jonathan Livingston le goéland. Mon école présente une nouvelle que j’ai écrite en gardant la même structure narrative que pour le piaf et dans laquelle je plagie mot pour mot Michel Sardou sans que ça dérange personne. Mon école gagne ex aequo avec Gasny qui était automatiquement premier en acceptant de recevoir de la cérémonie. Je ressens alors une vraie pure joie et puis aussi un truc chaud couler le long de mes jambes: mon urine.

Quand je suis content je vomis, disait Simon Jérémie, la vedette du film Red is Dead, moi je me pisse dessus. Dieu préserve j’étais en robe pour faire joli et Dieu préserve j’ai caché mon slip dans le car du retour. Ni vi ni connu j’t’embrouille. Mais quand même. Tu comprends.

Donc quand au téléphone DL m’explique par A + B en quoi le dernier pitch que je lui ai envoyé et que je crois être une pure merveille ne convient pas, au lieu de lui faire comprendre que je ne suis pas triste mais que j’ai peur de ne pas y arriver, je me mets bien classiquement à lui morver dans les feuilles: top crédibilité. Je me dis que je vais encore passer pour une débile mentale.

– Mais tu sais, il y a des scénaristes pro, des gens dont c’est le travail depuis vingt-ans, qui sont comme toi et qui rament et qui n’ont pas encore trouvé.
– Dans quel monde c’est censé me rassurer, cette information?
– Je sais pas sur quelle planète tu vis mais sur la mienne, c’est la réalité, triste ou pas.
– Fait chier putain MERDE.
– Le plus difficile, c’est toujours de laisser tomber ses idées.
– C’est le mot de la fin, tu crois?
– Aucune idée. Après tout, c’est toi qui écris.

Puisque j’écris, je propose un verbe.
Larmire
Je larmis
Tu larmis
Il/elle larmit
Nous larmions
Vous larmiez
Ils/elles larmient

Et puis si le vélo ne s’oublie pas j’espère qu’écrire s’apprend, maybe avec du sel, de l’eau et du sang.

Photo, ceci est la couleur de mes rêves.

« C’est terrifiant, la vitesse à laquelle ça passe. Qu’est-ce qu’ils sont grands… »

C’est ce que je me disais ce matin, en hurlant à Culculine de FAIRE LA STATUE, PUTAIN, t’as compris LA STATUE c’est pourtant pas compliqué BORDEL, putain, CHIOTTE et à Grumeau d’arrêter de se vautrer sur sa sœur car ils avaient bien insisté, au téléphone : il fallait prendre des photos des enfants, ça lui ferait tellement plaisir. Penses-y d’accord ?

Même si l’optique de faire quelque chose pour mon grand-père me réjouissait à peu près autant qu’une partie de jokari avec le cadavre moitié de Carlos (Dolto) et moitié de Benjamin Castaldi, je mettrais du cœur à l’ouvrage dans la réalisation du cliché.

Parce que tu comprends, ce sera sans doute le dernier…

J’avais bien compris le message. De toute façon, je vais te dire, les alertes Facebook sur ton portable à 01h00 du mat’ qui commencent par « Les filles, dimanche dernier votre grand-père… »  ça pue de la gueule di-rect. Quand je lis le message et que je me rends compte qu’il n’a pas encore passé l’arme à gauche mais qu’on a quand même jeté un œil coupable à ses costumes, je ne sais pas quoi dire. Alors c’est ce que je réponds, franchement, je ne sais pas quoi dire.

Pour différentes raisons j’ai du mal à m’émouvoir, j’ai très vite intégré le fait qu’on pouvait ne pas aimer sa famille et cette personne à mes yeux ne compte pas vraiment. Je ne pense à lui que lorsque quelqu’un mentionne son nom. Je ne le déteste pas mais je me fous de ce qui peut bien lui arriver d’une manière absolument assumée.  La distance, le deuil, l’égoïsme et toutes ces choses qui séparent les familles avaient bien fait leur taf, au fil des années, tranquille Emile comme on détricote une écharpe. Quatre-vingt-quatorze ans à faire chier le monde, y’a un moment où faut savoir foutre la paix aux gens, me dira ma mère alors que je hoche la tête avec empressement.

Je suis bien emmerdée, sur le moment. Je n’ai pas envie de feindre d’être affectée mais j’ai plus envie de donner d’avantage l’impression à la famille de mon père d’être une sociopathe avec des daddy issues de tarba.

Dilemme.

Je tente un « C’est où ça, Villeneuve Saint-Georges ? » ce à quoi mon zink me répond en substance « Googlemap connasse, j’suis pas ton boy », puis un « Je vais essayer de venir » fade qu’il sanctionne d’un « j’espère pour toi ». Un infarctus, il est tombé, les soins intensifs, il est en cardio maintenant, les médecins n’opèrent plus.

C’est mon oncle que j’ai au téléphone le lendemain: Il est très fatigué, son aorte ne remplit plus son rôle. Et puis tu comprends, il ne veut plus manger. Là, à ce stade, ça ne tient plus qu’à lui. Un jour, une semaine, un mois, un an… ils ne savent pas.

Hmm. Hmm. Hmm. Bah c’est exactement comme…

Je m’arrête de parler avant de comparer mon grand-père à notre vieille ford break sans roues ni carburateur qui traîne sur le parking depuis cinq ans. Il me passe ma tante, qui me demande de venir, parce qu’elle a besoin de nous avec elle.

À demain. On vous attend à la gare.

Tu brasses de l’air, me dit ma sœur et je la ferais passer par le balcon tellement ça m’énerve de la voir plantée dans le salon alors que je m’affaire et que je n’ai pas posé mon boulé depuis 8 du mat’. Nous partons sous un soleil d’automne, un peu tendues. Dans le train, on ne parle pas. Dans le métro, on se parle à peine. Dans le RER, on se tait. Je me remaquille. Le type d’en face nous mate sans vergogne, ma sœur et moi, et je me demande si je dois sucer mon bâton de Guerlain pour qu’il comprenne que ça se fait pas. Je fume ma quatrième cigarette d’herbe de cannabis de la matinée devant la gare de Villeneuve Saint-Georges et ses bouchons. Maussades. Aucune de nous n’est là pour l’homme de quatre-vingt-quatorze ans, on se console avec la promesse de voir les autres, surtout. Le « on arrive tout de suite » se transforme en 22 minutes, nous trépignons, il fait chaud, il y a du bruit, des bagnoles, du bordel, la chaleur et on veut pas être là anyway.

–          Tu crois qu’il va t’appeler Evelyne ?

–           Probable ouais, si il gadouille. C’est ce qu’ils m’ont dit, en tout cas.

–           C’était sa pute, tu savais ?

–          Je SAIS.

Je me doute bien maintenant qu’il y avait une forme de compliment sous cette erreur, mais fut-ce la main au cul qui accompagnait invariablement ses « Elle est belle, Evelyne, espèce de CHAMEAU », j’avais du mal à l’apprécier à sa juste valeur quand j’avais 14 ans.

Ils arrivent au moment où je décide secrètement que ça va bien, là, dans cinq minutes ça y est je me casse. On se presse dans la sköda avec entrain. Mon oncle conduit comme un taré dans les rues avant qu’on ait le temps ma sœur et moi d’attacher nos ceintures. C’est parti. J’ai pris tout ce qu’il faut ; un dessin, une vidéo et des photos, de belles photos retouchées du contraste et de l’intention.
J’éprouve une joie inédite à retrouver mon oncle et ma tante. Nous arrivons.

Les travaux en cours font ressembler l’hosto à un hangar, un entrepôt avec d’un côté les vieux et de l’autre les bébés. Jean-Rodrigo, Pierre-José, vous faites pas chier, mettez tous les dégueu au même étage.

Comme ça, au moins, on s’emmerde pas.

Bref, on arrive. Sérieusement j’ai peur de le voir. J’ai peur de le voir parce qu’il va peut-être mourir bientôt, qu’il peut pas faire celui qui sait pas et comme j’avais pris sur mon temps libre de passer en revue les sujets de conversation potentiels, j’avais rapidement constaté qu’aucun des topics sélectionnés par mes soins ne sauraient passer les douanes de la morale et des moeurs, me laissant ainsi bien peu de cartouches pour farder ma parfaite indifférence.

Ma tante nous dit qu’elle veut lui faire une surprise et entre d’abord seule, et ma sœur et moi de nous demander simultanément si elle tient vraiment accélérer l’œuvre de Dieu, la part du Diable.  La chambre est claire avec de grandes baies vitrée et glaciale.
Je me penche sur lui comme sur un berceau, il est super vieux.

« Chameau. »

Je l’embrasse et ne sentant aucune partie tendre de ma personne innocemment explorée par la main tellement étourdie de mon grand-père, j’en conclus qu’il est vraiment vide de force. Sa peau est très sèche, violette et marron par endroits. Il sourit, son fils lui ressemblait tellement. C’est ça que je redoutais un peu. Revoir un peu de mon père et à dire vrai son pire, le moche en lui qui ne dormait pas la nuit. C’est un vieillard que nous voyons mais la fatigue fige son visage dans les identiques traits graves et méditerranéens de son fils, 20 ans plus tôt. Le même teint olivâtre et gris, effacé. Une brume autour de lui. C’est une très vieille machine que mon grand-père. Mes yeux se posent sur un pot d’eau gélifiée édulcorée et je ne savais pas que ces choses devaient exister pour certaines personnes. Dénaturer. Première étape. Il attrape mon bras sans réelle prise et je me penche sur lui.

« Tu es belle, Chameau. »
Merci, Papy. Toi aussi. Te méprends pas, je fais pas la belle c’est juste que mon grand-père est un vrai queutard, pour parler pudiquement .

Tu as vu le docteur, Papa ?
Oui.
Et qu’est-ce qu’il a dit alors ?
Fauteuil.
Ah oui, ça il faut que tu t’asseyes et que tu manges. Ma tante lui tend un Cornetto, une bouteille de Volvic citron et une serviette à carreaux.
Qu’est-ce que tu as fait ce matin ?
Qu’est-ce que j’ai fait ce matin… Il me regarde.
Qu’est-ce que j’ai fait ce matin ?
J’en sais rien, je peux te dire ce que j’ai fait moi ce matin mais toi, chouf, je sais pas.

J’observe son corps maigre et incroyablement petit, sa respiratoire pénible et courte. On montre les photos des enfants et on sent bien qu’il s’écrase sous le poids de sa vie, cette vie qu’il semble seulement mesurer, avec ce qui pourrait être de l’innocence. On parle de Mika qui ne va pas tarder à arriver. Mon grand-père se lance dans une critique dithyrambique de son petit-fils aîné. Son élégance, sa douceur, si attentionné, si serviable et si drôle. Et son rire, là, idiot. Le même rire que Marc.

Ma tante approuve.
Ils ont effectivement énormément de points communs, cette façon de toujours…

Un homme très âgé, en peignoir, entre dans la chambre et va se poster à la fenêtre. Mon oncle s’empresse de nous révéler que ce monsieur est atteint de la maladie d’Alzheimer et qu’il fait chier tout l’étage à entrer chez les autres pour y revendiquer sa place.

Cette façon de toujours tendre la main vers les autres, grand seigneur, la grande classe, toujours, aimé de tous, donnant sa chemise…

Le voisin de chambre, découvrant l’intrus,  interrompt ma tante.

–          Monsieur Delgado, qu’est-ce que vous faites là, encore ? Vous savez bien que c’est mon lit.
Ah non, non, c’est moi. L’infirmière m’a dit que c’était ici ma chambre, c’est ma chambre.
Non, vous n’êtes pas dans votre chambre. La vôtre est de l’autre côté du service.

–          Non.

–          Sortez, maintenant.

Le voisin de mon grand-père tirait son coucou par le pyjama pour le guider calmement vers la sortie. Ma tante reprend, déconcentrée par Monsieur Delgado qui a Alzheimer comme le soulignera encore trois fois mon oncle durant les deux minutes qui suivront.

Cette façon de donner sa chemise à n’importe qui, adorable avec tout un chacun. Même les clochards, ils leur filaient 500 francs. Ah non… hein…. Vraiment votre père.

MONSIEUR DELGADO !

Pendant qu’une infirmière réessaie péniblement d’extraire Monsieur Delgado de leur chambre et que Mike arrive sous la classique standing ovation familiale que suscite la moindre de ses apparitions, mon grand-père me semble plus incarné que jamais. Réel. Éric, lui, est resté à Miami.

Je regarde mon grand-père regarder son petit-fils de 36 ans, il n’en perd pas une miette. Il le regarde et sous ses paupières, on voit les années défiler et sa mémoire du passé au vif-argent irriguer une âme presque neuve. Je regarde sa bouche, qu’il a donné à ses enfants et petits-enfants. Cette bouche aujourd’hui incroyablement lasse et avide, en tous points semblables, mâchoires-denture, à celle de mon père quelques jours avant sa mort. Et sa peau de toutes les couleurs. Du parchemin.

Il veut retourner à la maison de retraite. Ma tante change de sujet en engrainant Monsieur Delgado, qui s’est je ne sais comment une fois de plus incrusté dans la chambre avec dans l’idée d’aller couler un bronze et de retrouver son dentier. Les yeux de mon grand-père se perdent dans le vague.

Il marmonne et appelle sa mère en grec, qu’il mélange avec de l’espagnol, marmonne son enfance tout près de sa mère, les yeux de sa mère, noirs, son monde au uzo. Sa fille traduit. Il marmonne qu’elle n’a pas supporté de l’envoyer en France, il dit qu’à partir de 38 c’était l’horreur. Elle précise quand elle a fini par quitter Salonique pour la France et son fils.

Il finit par se plaindre de Monsieur Delgado en l’insultant à voix basse avec un regard plein d’un mépris dur que je reconnais très bien pour l’utiliser moi-même à peu près six fois par semaine. C’est pas tant les rires bêtes, les bouches et les cœurs sur la main qu’on se transmet que les regards. Il redemande à retourner à la maison de retraite.
On lui dit de manger.
Il dit qu’il veut pas. Que c’est dégueulasse et qu’il n’a pas envie de manger.
Sa fille lui rétorque qu’il était prisonnier de guerre et qu’il en a par conséquent vu de plus amères. Elle veut pas lui laisser formuler qu’il refuse de mourir ici.

Elle continue sur la guerre pour faire diversion.

Ça c’était dur.
J’en ai pas bavé. J’en  ai  C H I É. J’ai jamais autant eu mal de toute ma vie. Qu’est-ce que j’ai eu mal, mon Dieu, qu’est-ce que j’ai souffert… La seule chose qui nous différenciait des déportés dans les camps c’est qu’on n’avait pas de chaînes.
Tu connaissais Peppo avant de le voir  là-bas ?
Oui, on s’est retrouvé là-bas par hasard. Lui il venait de… de l’Espagne, je crois.  Je sais pas ce qu’il faisait en Espagne.
Et tu travaillais bien sûr.
Constamment.
Ça a duré combien de temps avant que tu t’échappes ?
Cinq ans.
Et Peppo ? Il était avec toi ?
Beh oui, je t’ai dit, ma fille.
Non mais quand tu t’es échappé.
Ah oui, il y avait Ruben, Max, Maurice.  Et il y avait Peppo, oui.

Je partage du sang avec tout le monde dans la pièce, si ce n’est mon oncle tunisien et Monsieur Delgado, probablement caché sous le lit.

Au-delà de l’impossibilité de me mettre subitement à aimer mon grand-père, je réalise que je ne le connais pas. Que je ne connais de lui que ses défauts et pas ses histoires. Qu’il ne nous a montré que le tout nase durant sa vie et à la fin, grands travaux j’ai vu la Vierge. Je lui en veux de ne pas lui en vouloir d’avantage, tant il est désormais dépouillé du superflu et léger pour la mort.

Il fait partie de ces gens foncièrement égoïstes qui malgré un passage comme tout le monde sous les fourches caudines et  traverser une guerre même, le grand massacre, le cul bordé de nouilles, sauver sa peau et se la garder pour soi, se servant de chacun, goûtant chaque chose, jouissant de tout, opportuniste, esclavagiste, multiple gagnant au Loto, lubrique, mysogine, laissant tambouriner sa violence et sa colère et la faisant croître et couler dans nos veines nées rebelles. Dans ce simple regard à Monsieur Delgado, son héritage. Ces gens dont je fais partie, sur bien des points.

Quand nous partons, il attrape mon bras.
Il me regarde et je sais qu’il me voit, j’ai l’impression que c’est la première fois depuis  20 ans. On dirait qu’il veut emporter les gens avec ses yeux puits, garder une image la plus précise possible. Dans les yeux noirs de mon grand-père, cette pure stupéfaction innocente : C’est terrifiant, la vitesse à laquelle ça passe.

Elles te plaisent, les photos?
Très.
Salut, Papy.

Chameau.

L’un part, l’autre reste.

En solidarité avec ces milliers et ces milliers de pré-pubères de part et d’autre de notre beau pays la France qui expérimentent en ce moment leur premier chagrin d’amour et puisque  j’ai dit ici que j’écrirai un jour un billet sur les ruptures, pas celles que j’ai commises mais celle que j’ai subies, aujourd’hui je m’acquitte de mon dû. Il était question de nuits blanches et de gastro-entérite dans mon souvenir ; mais finalement et on dit qu’il en va de même pour toute chose, ça ne se passe pas comme prévu, je pause-déjeune au soleil en tapant ces lignes.

Un homme, des larmes, l’abandon. C’est dans cette configuration que peut le mieux s’exprimer mon quart grec et  mon goût prononcé pour le FUCKING DRAMA (Thessalonique represent). Depuis que j’ai entamé ma vie amoureuse, je suis restée en tout et pour tout environ 4 mois célibataire, sur 19 ans c’est maigre.

J’avais onze ans quand j’ai rencontré mon premier vrai petit-copain, parce qu’on appelait ça comme ça back in 1993, un petit-copain, le précédent étant imaginaire. C’était l’année qui suivait  la sortie de Tostaky. Je l’avais imaginé pour pouvoir prétendre que je n’étais déjà plus vierge. Et comment expliquer ? C’était un peu comme les téléfilms allemands, c’était basé sur des faits réels, il y avait bien un Jonathan blond à la soirée bingo de la caserne de Vernon, il y avait eu  des regards, des danses, des mots d’amour et un échange de pois chiche du bingo comme le symbole du fait que « loin des yeux, tout près de la chatte » mais après, je me suis bien gardée de mentionner que je ne l’avais jamais revu, et puisque j’étais lancée, bah autant s’inventer des ébats fiévreux pendant encore quelques semaines. Ma copine Séréna, témoin de notre rencontre, constituait un point véracité de bon aloi. Et à cette époque déjà, les phrases de cinq lignes ne me faisaient pas peur, je faisais simplement beaucoup plus de fotes.

Le premier, le vrai, donc.  Il s’appelait Fabien, il avait un frère qui s’appelait Fabrice. C’étaient des fils de boulangers. N’importe qui d’autre à la place d’une mousmée de onze ans aurait vu dans Fabien un futur toxicomane repris de justice aux dents bouffées par l’acide et à l’arrière du crâne complètement plat, la gueule de travers mais nan, moi je voyais un soleil. Iara, ma meilleure copine brésilienne avec laquelle on a passé nos vies à essayer de se piquer nos boyfriends respectifs- si tu me prends Fabien, je te prends Mathieu et si tu me prends Mathieu je te prends Julien, salope ! Si tu prends Julien, je prends le bidasse en Fiat Panda, m’en fous je suce Sébastien en loucedé, sale travelo, ok alors j’appelle Benoît, espèce de garage à bites, enculée, si tu te tapes Benoît, moi je prends Pute et je le mets enceinte, si tu savais comme je m’en branle, ma pauvre,  vu que ma fille est plus belle que la tienne. HAHAHA – trouvait elle aussi que Fabien était un soleil. Je ne sais pas qui l’a embrassé la première mais je crois que c’est elle. Je me souviens en revanche de cette première pelle, FINALLY, sur le parking de chez Aldi, en compagnie de Laëtitia Lecul qui elle-même galochait Ezzeddine Lomar.

J’avais apparemment été lamentable, Laetitia me jetait des regards sévères qui hurlaient « Mais tourne la langue, la putain de ta race ! » avant de repartir, concentrée, dans ses propres huit. Pendant plusieurs mois, après que Fabien ait passé le mot à l’intégralité du collège, LE truc apparemment crucial à savoir dans le 27, à savoir que Ludivine ne sait TROP pas emballer, quoi ; je continuais de le suivre comme un chien fidèle, toujours prête à jouer, mourant d’amour pour ce connard de SEGPA.

J’étais éperdument amoureuse d’un débile mental sociopathe qui ne s’adressait à moi que par le biais de moqueries zozotées mais qui en revanche, me doigtait comme un épileptique à partir de 16h30.

Voyant qu’il n’y avait décidément rien pour me faire fuir et à la façon de certains enfants devant une mouche qui va pas tarder à perdre ses ailes, testant sa cruauté, Fabien avait soudoyé une jeune nana à peine majeure, prénommée Claudia Planez-Diaz et ainsi je les surprenais l’un sur l’autre.

Je voulais rester quand même mais il a dit non, faut nous laisser maintenant. J’ai forcément dit je t’aime et il a du répondre un truc comme quoi il voyait pas de quoi je parlais.  Il a fermé la porte. Je suis restée derrière, je ne sais pas combien de temps, je n’ai pas envie de me souvenir. Longtemps, je crois.

J’ai porté du noir tous les jours pendant deux ans. Et j’ai énormément écouté Hélène Rolles, soutien non-négligeable…
Et puis ça, aussi.

En définitive peu importe les histoires, les personnages, les faits, les raisons d’une rupture,  la question reste peut-être la même pour tout le monde et c’est ce que je me disais derrière la porte de la chambre de Claudia.

Tu pars, tu pars, mais moi, où je vais ?

Post écrit pour Olivia B.

Autopsie d’un rapport mère/fille ou le cadavre de ma matinée

The scene takes place mardi matin.
Il est 11h, les mômes sont chez Claudine et je me mets au boulot. C’est un peu le moment de la journée que je préfère, cet été, quand j’ouvre mon traitement de texte.
Bref, c’est aussi le moment où mon iPhone juge opportun de sonner et au xylophone de retentir comme autant de coups frappés  à la porte du malheur ; ma mère.

Qui d’autre ? C’était soit elle, soit une yeshiva.

Ce qui est nécessaire à la compréhension du lecteur : Ma mère sait ce que je fais dans la vie. Elle sait que de 11h à 18h, je suis devant mon écran à me faire pousser des tumeurs aux poignets.

«  – Bonjour mon Didou,
Dis-moi, je te dérange. J’ai acheté des lits bain-de-soleil qui font absolument trop Long Island et vois-tu, j’ai trouvé quelqu’un pour les mettre dans mon coffre mais je n’ai trouvé personne pour les en  sortir, alors je me disais … si tu voulais bien m’aider… Je t’achète du Coca Zéro, tu veux du Coca Zéro ?
– Pars du principe que je veux TOUJOURS du Coca Zéro.
– Alors tu veux bien ?
– Ok mais tu passes me prendre.
– Elle serait pas un peu paresseuse, Didou ?

Ce que je dis : Rien, je fais comme si je n’avais pas entendu.
La remarque dont je fais l’économie : Je vais partout à pied chaque jour que Dieu fait. Tu conduis comme un gamin de 9 ans qui aurait Tourette et le hoquet.  Si je te demande de venir me chercher, c’est pas pour le plaisir de mourir avec toi sur la route, c’est non seulement parce que la providence veut que tu y sois, dans ta bagnole, attendu que tu m’appelles depuis le parking où le gentil monsieur a chargé tes bain-de-soleil, mais aussi et SURTOUT parce que je veux retourner rapidement devant mon écran, parce que je veux finir ce que j’ai commencé, corriger un chapitre.

Ce qui est nécessaire à la compréhension du lecteur : Je ne me foule pas la bite pour les autres. Si je n’ai pas envie de faire un truc –  t’aider à déménager ou faire ma déclaration d’impôts –  je ne le fais pas, quitte à fâcher. Me forcer, c’est au-dessus de mes forces. Donc quand je fais quelque chose, c’est soit qu’on m’a manipulée, soit que j’ai pris la décision de le faire. Sinon, macache. En cela, si on peut dire que je suis « bien un bélier »,  la notion de  rendre service dans le sens de « corvée »  m’est peu familière.  Ma mère, quant à elle, pourrait très sérieusement se locher la gueule en essayant de le faire toute seule et j’ai envie de lui faire plaisir. Donc oui.

Bilan : Ma mère a une propension très étrange – dont ma sœur et moi sommes les premières et avantageuses bénéficiaires – à traiter les gens comme si ces derniers étaient ses employés. Non pas qu’elle abuse sur les demandes et les « services », elle-même étant ce qu’on qualifie de serviable, mais je crois simplement que si elle le pouvait, ma mère me paierait en chèque-emploi-service pour que je fasse sans mots dire et de la façon dont elle l’entend exactement ce qu’elle attend de moi.  Faute de chèques-emploi-service, ma mère m’achète avec du Coca Zéro. On notera aussi la distance recherchée dans son emploi de la troisième personne du singulier pour critiquer la fille à qui elle s’adresse, pourtant.  Et à qui elle demande un truc, ça c’est cadeau.

En dépit de tout ça, n’étant qu’Amour et Cheveux, j’accède sans broncher aux doléances de ma mère. Quand je sors de chez moi, il fait une chaleur à pas mettre une pute dehors, je descends l’allée de la résidence, j’arrive à la Seine, je fais 100 mètres et j’ouvre enfin la portière de la Peugeot.

Ce que je dis : Coucou !
La remarque dont je fais l’économie : Non mais c’est vrai finalement, quitte à te garer à l’ombre, chez toi c’était pas beaucoup plus loin. Et puis les saules, tu sais, c’est pas ce qui manque ici, tout, là, partout, sur 500 mètres, que des saules pleureurs. Et puis comme les gens sont rentrés de vacances, qu’on est mardi matin en pleine chaleur, y’a personne donc y’ aussi de l’ombre juste devant chez moi. Partant de ce postulat pourquoi t’es-tu garée si loin ?

Ce qui est nécessaire à la compréhension du lecteur : Ma mère appréhende certaines choses, dont la conduite, la sienne pouvant être qualifiée de nerveuse, aussi est-ce pour elle une source de stress danaïdique (vrai mot), la logique voudrait donc que quelqu’un avec un grand filet à papillons vienne lui retirer son permis. Il n’en est rien en ce monde. Quand ma mère conduit, il convient donc d’éviter de parler et de guetter le danger en récitant trois pater, pendant ce temps, elle se chargera de faire la conversation.

Quand nous arrivons au croisement de sa rue, source de stress, une voiture est stationnée sur le bas-côté de cette rue en pente, ses nouveaux voisins déchargent des matelas. Une voiture descend, je sens le stress de ma mère monter quand elle se positionne derrière la voiture en stationnement, puis, quand elle s’engage pour la dépasser, ripant son pneu sur le trottoir et lâchant par nos fenêtres baissées un « MEEEERDEUAAAAH » absolument hystérique à l’adresse des nouveaux arrivants.

Ce que je dis : Putain mais laisse-les vivre ! T’avais la place de passer !
La remarque dont je fais l’économie : Tu sais, Maman, si j’étais à la place de ces gens, ce que je me dirais ? Mettons-nous veux-tu bien à la place de ces gens deux petites minutes, bon, ils stationnent et ok, ils ont pas mangé le trottoir comme les autres qui sont garés, mais moi je vois une dame aux cheveux blancs, le visage déformé par la colère, qui hurle merde alors que tout le monde arrive à passer sans problème, bah moi je me dirais deux choses : « cette femme est folle » et « celle-là si elle tombe, je la ramasse pas. ». Si j’étais ces gens, je prendrais la tête de John Malkovich dans Con Air, quand il dit  « you’re somewhere between the cockroach and that white stuff that accumulates at the corner of your mouth when you’re really thirsty.”

A 8,56mn.

Bilan : Ma mère supporte mal la chaleur et les gens en général. Elle a aussi sérieusement commencé à entamer ma patience.

Mais sinon, bonne ambiance.

Nous arrivons chez elle, ces conneries pèsent un âne mort et ma mère ne pense pas à se pousser de mon chemin, aussi s’offusque t’elle de mon « PARDON ».

–          Je vais lâcher, putain, où je les mets ? Où je les mets ?

–          Là, sur la terrasse mais de façon à ce qu’ils regardent VERS le jardin… Mais NON ! Pas comme ça, écoute ! Dans l’autre sens !

–          Arrête de me parler comme si j’étais ta bonne, je pense juste à POSER ces trucs, pour l’instant.

–          Oh tu vas pas commencer, hein, POUR UNE FOIS QUE JE TE DEMANDE UN SERVICE.

Ce que je dis : Putain mais je le crois pas,  tu me parles comme à un chien et en plus tu m’engueules ?
La remarque dont je fais l’économie : Mais va chier !

Ce qui est nécessaire à la compréhension du lecteur : Je suis pas grossière qu’avec les inconnus, j’insulte aussi mes proches.

Il va de soi que je me suis barrée dans la minute pour ne pas céder à la violence.

Bilan : Et voilà, Ninette adorée,
Comme un bon vieux chat fatigué,
Je viens déposer à tes pieds,
Le cadavre de ma matinée.

I’m okay

20120808-011151.jpg

Papa,

Des nouvelles d’ici bas, à la va vite, pendant que Pute ronfle et pète comme un cocker cacochyme. Je pensais à toi hier soir, devant mon écran alors que les enfants chuchotaient dans le couloir.

C’est sorti de ma bouche à la vitesse du son mais ça semblait plus rapide,  » Pas de messes basses sans curé ». J’aurais juré que tu parlais par ma voix, le même ton reconnu pour avoir été entendu mille fois. La mémoire, les héritages.

Je vais bien.
C’est incroyable mais je vais bien.

Je crois qu’au milieu de cet été enrhumé, avec mes petits tout près de moi, j’ai fait la paix avec un peu de cette colère que je trimballe partout. Alors bien sûr je ne suis pas idiote, je sais bien que c’est temporaire mais je me vautre dans cette trêve avec délectation.

J’achète des fruits. Je cuisine. Je plie. Je range. Je jette. Je trie. J’écris, je me marre et j’ai envie de pleurer tellement ça soulage.

Comme toujours, j’ai pas un kopek mais je m’en fous. Je n’ai besoin de rien. Je suis contente.
Je n’ai pas peur de l’avenir, de mon compte en banque, d’avoir trente et un an, qu’on me dise merde, d’être une mauvaise mère, que les choses ne soient pas telles que je les veux.

Combien de temps ça va durer? Est-ce que le bonheur va se barrer quand il se rendra compte que je l’observe, ébahie et benoite?

Pour cette nuit au moins et sûrement la prochaine, je vais bien.

Bécots.

VF

%d blogueurs aiment cette page :